•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

GNL Québec : 40 % du gaz produit ne remplacerait pas des énergies fossiles

Une affiche d'Énergie Saguenay avec deux personnes en arrière-plan qui consultent des affiches.

L'un des membres de l'équipe de GNL Québec lors des consultations sur l'usine Énergie Saguenay (archives)

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Mélissa Savoie-Soulières

Alors que le projet de GNL Québec a animé les débats à l'Assemblée nationale, lundi, l'entreprise affirme que selon ses estimations, sa production de gaz naturel liquéfié ne serait pas consacrée entièrement à remplacer des énergies plus polluantes.

Environ 40 % des 11 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié que la compagnie prévoit produire à l’usine Énergie Saguenay ajouteraient des émissions de gaz à effet de serre (GES) à la production mondiale.

Actuellement, 100 % de notre production est en négociation avec des clients. On est restés dans des scénarios conservateurs, indique la directrice des affaires publiques de GNL Québec, Stéphanie Fortin. C’est 60 % de notre production qui va substituer des énergies polluantes telles que le charbon, et là on arrive à 28 millions de tonnes [de GES de moins]. On reste quand même très, très, très honnêtes, il y a un 40 % qui, oui, pourrait s’en aller dans l’addition [de GES].

L'entreprise affirme qu’elle n’a toujours pas signé de contrats avec des clients pour le moment.

Un plan sommaire de l'usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec a été rendu public.

Un plan de l'usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Souières

GNL Québec au cœur des débats de l’Assemblée nationale

Québec solidaire et le Parti québécois ont tôt mis le projet GNL Québec à l’ordre du jour à Québec. Pour les deux formations politiques, le projet de 9 milliards de dollars ne s’inscrit pas dans la lutte contre les changements climatiques. Les partis estiment que le gouvernement devrait le rejeter.

Avant sa conversion surprise [à la lutte contre les] changements climatiques, le premier ministre répétait la cassette des lobbyistes comme quoi le gaz de l’Alberta allait verdir les autres nations; maintenant, va-t-il écouter les scientifiques? Va-t-il admettre que GNL Québec est incompatible avec la nécessaire transition énergétique?, a demandé la chef parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé, au premier ministre François Legault lors d’un échange à l’Assemblée nationale.

C’est un projet qui au total va réduire les GES sur la planète, a rétorqué le premier ministre. Ça, c’est important de le dire, parce qu’on ne peut pas laisser les gens dire n’importe quoi sur l’impact des GES.

Le projet en quelques mots, c'est de prendre du gaz naturel qui vient de l'Ouest canadien, le liquéfier à Saguenay et l'exporter en Europe pour remplacer du mazout et du charbon, a poursuivi François Legault.

Le porte-parole du Parti québécois en matière d’environnement et député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, est très clair : pas question d’accepter le projet de GNL Québec.

Je dis qu’on a un devoir de cohérence, notamment au Parti québécois où on plaide pour réduire nos gaz à effet de serre de façon importante pour respecter nos cibles de réduction pour lesquelles on a signé des ententes à l’international à Paris en 2015. C’est un projet qui ne se qualifie pas de notre point de vue, a-t-il affirmé au micro de l'émission Midi info.

Le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, répète quant à lui qu’il faut attendre les analyses.

On est à l’étape où les experts de différents horizons se prononcent. Il est beaucoup, beaucoup trop tôt pour nous pour présumer quoi que ce soit. Moi, je vais attendre les rapports qui vont être produits suite au BAPE [Bureau d’audiences publiques sur l’environnement] notamment, et c’est à ce moment-là qu’on pourra avoir une idée encore plus précise de la valeur de ce projet-là.

Le ministre Charette a rappelé que le BAPE analysera le projet de GNL Québec sur la base des GES émis au Québec et non sur les émissions canadiennes ou mondiales. Il affirme toutefois que l'organisation doit tout de même tenir compte de ces données.

Des scientifiques dénoncent vertement le projet

Lundi matin, 150 scientifiques ont signé une lettre ouverte demandant le rejet du projet d’usine de liquéfaction de gaz Énergie Saguenay. La lettre a été publiée dans le journal Le Devoir. Les scientifiques affirment que le projet de GNL Québec ne s’inscrit pas du tout dans la lutte contre les changements climatiques. Ils croient aussi qu’Énergie Saguenay et le projet de conduite de gaz naturel de 750 km de Gazoduq menacent les écosystèmes de 17 espèces menacées ou en voie de disparition.

GNL Québec déplore que des scientifiques tiennent de tels propos. L'entreprise contredit ces affirmations et soutient qu’elle a consulté de nombreux experts depuis le début de son projet.

GNL Québec accorde une place importante à la science, à la communauté scientifique. […] Ce qu’on trouve dommage avec la lettre de ce matin, c’est que les instigateurs ne semblent pas baser ce qu’ils avancent sur tous les faits qui sont inclus dans notre analyse de cycle de vie qui par ailleurs a été validée [par deux panels de scientifiques, dont le CIRAIG], explique la directrice des affaires publiques de GNL Québec, Stéphanie Fortin.

Saguenay–Lac-St-Jean

Changements climatiques