•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée Émilise Lessard-Therrien souhaite une meilleure conciliation travail-famille

Émilise Lessard-Therrien serre dans ses bras un enfant qu'on voit de dos.

Émilise Lessard-Therrien et sa fille Solène

Photo : Facebook/Émilise Lessard-Therrien

Piel Côté

La conciliation travail-famille doit être améliorée pour ceux qui travaillent à l'Assemblée nationale. C'est ce que pense la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien.

Selon Mme Lessard-Therrien, plusieurs mesures pourraient être mises en place, et ce, à assez brève échéance. Les propos de la mère d'une petite fille ont d'abord été rapportés par le Journal de Québec.

Elle aimerait notamment que l'allaitement puisse être permis au Salon bleu.

On pourrait équiper les salles de bain de tables à langer ou mettre à la disposition des parlementaires et des employés des chaises hautes à la cafétéria, par exemple, énumère-t-elle.

Ça serait une bonne idée aussi d'aménager des salles familiales sur les différents étages du Parlement. Si mon conjoint vient me rejoindre avec notre enfant et qu'il doit patienter en raison d'une réunion qui s'étire, ça serait une bonne chose d'avoir des livres ou des casse-têtes pour passer le temps, croit-elle.

Un congé parental pour les députés?

Émilise Lessard-Therrien aimerait aussi que les députés puissent bénéficier d'un congé parental. Pour l'instant, la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue déplore qu'il n'existe tout simplement aucun programme.

Nous, ce que l'on souhaite chez Québec solidaire, c'est d'avoir un comité indépendant qui pourrait se pencher sur les conditions de travail des députés et prendre en considération les enjeux de conciliation, réclame-t-elle.

Il faut aussi considérer le temps que les députés doivent passer sur la route. L'avant-accouchement dans le cas des femmes doit être pris en compte, parce qu'elles peuvent avoir des contraintes de déplacement. Ce n'est d'ailleurs pas recommandé de prendre l'avion en haut de 36 semaines de grossesse, rappelle-t-elle.

Politique provinciale

Politique