•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux offres d'achat pour le vieil Apollo

Le traversier Apollo est amarré au port de Québec.

Le traversier Apollo est amarré au port de Québec.

Photo : Radio-Canada

Deux entreprises ont finalement déposé une offre d'achat pour devenir propriétaire du navire Apollo. Selon nos informations, l'une des deux offres permettrait de conserver le bateau qui changerait cependant complètement de vocation.

La Société des traversiers du Québec (STQ) a dû débourser trois millions et demi de dollars pour acquérir le vieux traversier qui n'aura servi que 17 jours cet hiver entre Matane, Baie-Comeau et Godbout.

Au début du processus, sept entreprises avaient manifesté leur intérêt pour devenir propriétaire du bâtiment.

L'une des offres ne viserait pas, selon nos sources, le démantèlement du navire, qui demeurerait à quai pour devenir autre chose.

La STQ va évaluer ces deux offres au cours des prochains jours, mais ne s'engage pas à en accepter une puisqu'elle a établi de nombreuses conditions à respecter.

En tête de liste, le navire devra battre pavillon canadien et l'acquéreur devra opérer lui-même le navire pendant au moins un an, sans le sortir des frontières du pays.

Nos spécialistes sont en train d'évaluer ces offres, si elles respectent nos paramètres et si elles sont intéressantes pour les contribuables québécois.

Alexandre Lavoie, porte-parole, Société des traversiers du Québec

Si aucune des deux offres n'est acceptée, la STQ fera face à deux choix. D'une part, elle pourrait décider d'envoyer le navire à la ferraille, auquel cas elle devra sans doute débourser plusieurs centaines de milliers de dollars.

L'option de transformer l'Apollo en récif artificiel au large de Godbout serait aussi considérée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Justice et faits divers