•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vent tourne pour les évacués des feux de forêt en Alberta

Deux véhicules de pompiers sont stationnés dans un champ. En arrière-plan, des arbres flambent.

Les évacués de High Level peuvent regagner leur domicile, mais le brasier reste non maîtrisé dans ce secteur du nord de l'Alberta.

Photo :  Facebook / Municipalité de High Level

Nafi Alibert

Tandis que les habitants de High Level retournent chez eux depuis lundi matin, la ville de Slave Lake, où nombre d'entre eux avaient trouvé refuge, surveille de près « le feu monstrueux » qui s'intensifie à quelques dizaines de kilomètres de cette municipalité du nord de l'Alberta.

Pour les habitants de High Level, c'est le soulagement.

« Enfin! », s'exclame Magali Legeret. « On va retrouver chez nous enfin. »

Attablée au restaurant du Holiday Inn où elle a passé les 15 derniers jours, elle prend son dernier petit déjeuner avec ses deux enfants à Slave Lake.

« On a passé deux jours à Edmonton pour changer d’espace, sinon on a été tout le temps ici », explique-t-elle. « C’était excellent, on a visité un peu la région [et] on s’est promené au bord du lac [... ] C’est simple », raconte-t-elle comme si elle avait passé un séjour en villégiature.

Une femme sourit. Elle est assise à une table dans le restaurant d'un hôtel.

Originaire de Suisse, Magali Legeret vit depuis 13 ans à High Level.

Photo : Radio-Canada

Gratitude

Son témoignage fait écho à celui des autres évacués rencontrés à Slave Lake.

Josephine Arante, une restauratrice de High Level, parle même d’une « routine normale » qui s’était installée au fil de ces deux semaines qu’elle a passées avec sa famille à Slave Lake.

Une femme originaire des Philippines est debout dans un stationnement.

Josephine Arante a hâte de retrouver ses clients dans le restaurant qu'elle possède à High Level.

Photo : Radio-Canada

« Merci », lance-t-elle à la communauté qui l’a accueillie et a donné de son temps, dès les premières heures de la prise en charge en urgence, jusqu’à l’organisation d'ateliers de peinture ou de cours de sports pour occuper les plus jeunes.

On a reçu tellement d’aide, presque de l’amour, je dirais.

Magali Legeret

C’est donc reconnaissants que les milliers d’habitants de High Level, du comté de Mackenzie et des communautés de la Première Nation Déné Tha’, rentreront chez eux.

Un couple devant un camion de l'Armée du Salut.

Pressés de retrouver leur domicile, Shirley et Garry Murphy n'en remercient pas moins les habitants de Slave Lake de leur accueil.

Photo : Radio-Canada

Impatients, Shirley Murphy et son mari Garry, deux autres évacués basés à Slave Lake, ont « paqueté » leurs valises depuis dimanche.

« On a vraiment hâte », avoue Shirley Murphy, plus prête que jamais à prendre la route pour parcourir les quelque 480 kilomètres qui la séparent de son domicile.

Prudence à Slave Lake

Pendant que les habitants de Slave Lake voient ces résidents temporaires partir de leur ville, ils surveillent de près un autre invité surprise dont ils se seraient bien passés.

« Il y a encore un feu monstrueux au nord de la ville qui est loin d’être maîtrisé », confirme Tyler Warman, le maire de Slave Lake.

Le brasier, situé à 33 kilomètres de la municipalité, ne s’est pas rapproché des limites de Slave Lake, mais il a considérablement grossi depuis qu’il a fusionné avec un autre feu de forêt qui menace surtout le secteur de Trout Lake, 300 km plus au nord.

Un hélicoptère déverse de l'eau sur une forêt d'où s'échappe de la fumée.

Un hélicoptère survole le feu de Chuckegg Creek, un brasier tout aussi incontrôlable que celui situé entre Trout Lake et Slave Lake, et qui s'étend désormais sur plus de 238 000 hectares.

Photo : Gouvernement de l'Alberta / Chris Schwarz

« Il a plu ce matin dans le secteur sud de la ville où le niveau d’humidité est plutôt bon », raconte Tyler Warman avec optimisme. « Mais il n’y a quasiment pas eu de précipitations au nord, là où se trouve le feu. » Et les prévisions météorologiques n’indiquent pas qu’il y en aura davantage au cours de la semaine.

Selon Alberta WildFire, la foudre a provoqué 11 autres feux de forêt dans cette région dans la nuit de dimanche à lundi. Aucun ne menace pour l’instant de communauté, a précisé Alberta Wildfire dans sa dernière mise à jour, mais une alerte d’évacuation est encore en vigueur pour le secteur de Slave Lake.

Ce n’est qu’un au revoir?

Si les habitants de High Level peuvent rentrer chez eux depuis 10 h, ce matin, ils ne sont pas pour autant à l’abri de tout danger.

Le feu de Chuckegg Creek fire, qui a atteint une taille de 2800 km2, n'est toujours pas maîtrisé.

« Restez conscient qu’une alerte est toujours en vigueur et que vous risquez de devoir évacuer à nouveau les lieux à n’importe quel moment », les a prévenus Crystal McAteer, la mairesse de High Level.

« Tout est prêt pour votre retour », a-t-elle lancé à ses concitoyens en précisant que les épiceries, les banques et les hôpitaux seraient ouverts.

Il faut s’attendre à ce que l’autoroute 88, l’axe qui relie Slave Lake à High Level, soit particulièrement achalandée lundi, comme l’a rappelé James Ahnassay, le chef de la Première Nation Déné Tha’.

« Que tout le monde conduise avec prudence, car il y aura beaucoup de véhicules sur les routes, a-t-il indiqué dans une vidéo. Bon voyage et bon retour à tous. »

Avec les informations de Geneviève Normand et de La Presse Canadienne.

Notre dossier sur la saison des feux de forêt en Alberta en 2019

Alberta

Feux de forêt