•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles?

Une multitude de silhouettes de têtes humaines où sont incrustés des symboles d'avertissement et des hameçons.

Notre cerveau est vulnérable à croire les fausses nouvelles et les théories du complot.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Bouchra Ouatik

Qui n'est pas déjà tombé dans le piège de croire un canular? Peu importe notre âge, nos origines ou notre éducation, nous sommes tous prédisposés à croire les fausses nouvelles, voire à sombrer dans des théories du complot. Le coupable? Notre cerveau.

Nos biais cognitifs ne sont pas une erreur de l’évolution. Au contraire, ils ont permis à nos ancêtres de survivre depuis la préhistoire, dans des conditions parfois hostiles.

Mais, dans notre époque moderne, ces mêmes biais nous rendent vulnérables et, la plupart du temps, ils nous guident à notre insu.

Ainsi, la première étape pour les contourner est de les comprendre.


1. On veut confirmer ce qu’on pense déjà

Un cerveau qui contemple sa propre réflexion dans un écran de téléphone portable.

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce qu'on veut confirmer ce qu’on pense déjà.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Le plus connu de ces biais cognitifs est sans doute le biais de confirmation. C’est ce qui nous amène à chercher des informations qui soutiennent notre point de vue et à rejeter ce qui le contredit. Par exemple, si vous croyez que les réfugiés représentent une menace à la sécurité, vous serez plus réceptifs aux histoires de crimes commis par des réfugiés.

Des recherches (Nouvelle fenêtre) ont d’ailleurs démontré que notre cerveau nous récompense, en produisant de la dopamine, lorsqu’il traite une information qui renforce ce que l’on sait déjà.

Il peut même nous être très désagréable d’être confrontés à des faits qui nous contrarient. Des chercheurs de l’Université de Winnipeg et de l’Université de l’Illinois (Nouvelle fenêtre) ont conçu une expérience dans laquelle des participants pouvaient gagner de l’argent s’ils acceptaient de lire des points de vue opposés aux leurs. La majorité des gens préféraient refuser l’argent plutôt que de lire des opinions contraires.

Le biais de confirmation a évolué pour de bonnes raisons, selon Robert Brotherton, chercheur en psychologie au Barnard College, à New York, et auteur du livre Suspicious Minds : Why We Believe Conspiracy Theories, sur les théories du complot. « Le monde est tellement complexe. Nous sommes constamment exposés à des informations ambiguës », souligne-t-il.

Si nous étions complètement ouverts à toutes les preuves conflictuelles qui existent, nous ne saurions plus quoi croire. Nous serions constamment en train de changer d’avis et nous serions paralysés par l’indécision.

Robert Brotherton, chercheur en psychologie, Barnard College

Selon Hugo Mercier, chercheur en sciences cognitives à l’Institut Jean-Nicod à Paris, le biais de confirmation aide aussi à affirmer sa place dans la société. « Quand vous voulez convaincre quelqu’un, vous avez tout intérêt à chercher des arguments pour votre point de vue et contre celui de l’autre personne », explique-t-il.

Mais lorsque l’on se retrouve uniquement avec des gens qui pensent comme nous, le biais de confirmation devient un piège. « Le souci, c’est quand on retire ce mécanisme de feedback qu’on a dans une discussion [...] et là, le biais de confirmation peut mener à de la polarisation, à de la surconfiance, à des choses qui sont plutôt néfastes », explique Hugo Mercier.

Exemple des Décrypteurs

La fonte des glaciers due aux changements climatiques est un effet bien documenté. C’est pourquoi un photomontage trompeur montrant supposément un glacier qui a fondu en 10 ans a été tout de suite partagé par des centaines de milliers d’internautes. Pourtant, il ne s’agissait pas du même glacier. Lorsque mon collègue Jeff Yates a démenti l’information, certains lui ont répondu : « On s’en fout que ce soit vrai ou pas ». Étant donné que les glaciers fondent réellement, cette image venait confirmer cette idée.


2. On cherche à préserver son identité

Deux silhouettes de têtes humaines identiques superposées à l'intérieur d'un parapluie.

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce qu'on cherche à préserver son identité.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Une fois que notre idée est faite, il peut être difficile d’admettre que l’on s’est trompé, même si les preuves sont accablantes. À ce moment-là, toute tentative de nous convaincre que l’on a tort peut avoir l’effet inverse, selon certains experts. Les chercheurs américains Brendan Nyhan et Jason Reifler (Nouvelle fenêtre) citent l’exemple d’Américains d’allégeance conservatrice qui croyaient que le régime de Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive. Ceux qui lisaient un texte réfutant cette information étaient encore plus convaincus que l’Irak avait de telles armes.

Cela s’explique par le fait que l’on s’identifie émotivement à nos convictions. Ainsi, renoncer à celles-ci équivaudrait à remettre en question son identité. « Plus vous êtes investi dans quelque chose et plus c’est central à votre identité, plus ce sera difficile de vous faire changer d’avis. Vous ne serez pas réceptif aux preuves qui démontrent que vous avez tort », explique le chercheur Robert Brotherton.

Tout le monde a déjà vécu une situation où il a été contredit sur des croyances qui lui étaient importantes, et ce n’est pas agréable.

Robert Brotherton, chercheur en psychologie, Barnard College

Une équipe de chercheurs de l’Université de Californie du Sud à Los Angeles (Nouvelle fenêtre) a observé ce qui se passe dans le cerveau dans ce genre de situation. Ils ont placé une quarantaine de participants dans un scanneur d’imagerie par résonance magnétique. Les participants devaient lire des arguments qui contredisaient leur idéologie politique. Les chercheurs ont alors noté une activation dans les zones du cerveau associées aux émotions négatives et à la représentation de soi. Les auteurs de l’étude soulignent que cela démontre la résistance du cerveau à changer ses croyances.


3. Notre cerveau prend des raccourcis

Un cerveau qui trace un chemin afin de contourner un labyrinthe.

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce que notre cerveau prend des raccourcis.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Le désir d’avoir raison n’est pas le seul facteur qui nous amène à partager une nouvelle sans la vérifier. Parfois, c’est simplement une question de paresse.

C’est ce qu’ont démontré (Nouvelle fenêtre) les chercheurs David Rand, du Massachusetts Institute of Technology (MIT), et Gordon Pennycook, de l’École de commerce Hill-Levene de l’Université de Regina. Ils ont fait lire des articles, dont certains étaient faux, à plus de 3000 participants. Les chercheurs ont constaté que les participants croyaient les fausses nouvelles même quand elles ne correspondaient pas à leur opinion.

Selon eux, le mécanisme en cause est le manque de raisonnement analytique. Ces participants se fiaient à leur intuition pour décider si la nouvelle était vraie ou fausse, plutôt que de prendre le temps d’y réfléchir. Selon les chercheurs, ce facteur jouerait un plus grand rôle que le biais de confirmation.

Les gens croient les fausses nouvelles parce qu’ils n’y réfléchissent pas. Ils sont simplement paresseux.

Gordon Pennycook, chercheur à l’École de commerce Hill-Levene de l’Université de Regina

« Ils ne regardent pas la source, ils ne se demandent pas tellement si c’est vrai ou faux, déplore Gordon Pennycook. Ils le lisent, ils trouvent ça intéressant, ils le partagent, puis ils passent à autre chose. »

Il peut être avantageux pour notre cerveau d’économiser ses ressources cognitives et de prendre des raccourcis. En se fiant à leur intuition plutôt qu’en prenant le temps de raisonner, nos ancêtres pouvaient réagir plus rapidement en cas de danger.

Mais sur les réseaux sociaux, le fait de partager des fausses nouvelles sans les vérifier peut avoir des conséquences tragiques. L’an dernier, en Inde, des rumeurs partagées massivement sur l’application WhatsApp ont mené au meurtre de plus de 20 personnes.

Exemple des Décrypteurs

Une fausse nouvelle affirmant que le voile et la prière seraient interdits sur les lieux de travail au Maroc a été partagée par plus de 36 000 internautes et elle continue de circuler. La personne à l’origine de cette affirmation a observé, durant un voyage au Maroc, que les employées du secteur touristique n’étaient pas voilées et elle n’a vu personne s’adonner à la prière. Elle en a ainsi conclu, à tort, que ces deux choses étaient interdites.


4. Notre mémoire nous induit en erreur

Un cerveau d’où émane un phylactère contenant quatre dés ou les lettres du mot « fait » se transforment en le mot « faux ».

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce que notre mémoire nous induit en erreur.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Notre mémoire est très imparfaite et les fausses nouvelles profitent de ses failles pour s’y faufiler.

Lorsque l’on voit une information familière, on a tendance à croire qu’elle est vraie… même si on l’a vue dans un article qui expliquait justement qu’elle était fausse! C’est ce que les experts appellent l’effet de vérité illusoire.

Les chercheurs David Rand et Gordon Pennycook (Nouvelle fenêtre) ont démontré que cet effet agit sur notre subconscient. Les participants à leur étude étaient plus enclins à croire les fausses nouvelles qu’ils avaient déjà vues que celles qu’ils voyaient pour la première fois. Cet effet s’est produit même lorsque les participants ne se souvenaient pas qu’ils avaient déjà vu la fausse nouvelle, et même lorsqu’ils l’avaient d’abord vue accompagnée d’un avertissement qu’elle était fausse.

Lorsque vous répétez quelque chose, les gens sont plus enclins à y croire, car c’est familier.

Gordon Pennycook, chercheur à l’École de commerce Hill-Levene de l’Université de Regina

Pour nos ancêtres préhistoriques, il était naturel de percevoir ce qui était familier comme étant vrai. Mais, dans notre société moderne, ce réflexe nous rend vulnérables aux fausses nouvelles. Par exemple, à force de répéter, sans preuve, que l’ancien président Barack Obama n’était peut-être pas né aux États-Unis, Donald Trump a fini par convaincre bien des gens que cette histoire était vraie.

Cela pose aussi un problème pour les médias qui vérifient les fausses nouvelles, car chaque article qui explique qu’une information est fausse contribue à renforcer l’effet de vérité illusoire.

Exemple des Décrypteurs

Au cours des dernières décennies, plusieurs informations ont circulé sur le cinéaste Woody Allen : il a épousé une femme qui était la fille adoptive de son ex-conjointe, il a adopté une jeune fille d’origine asiatique, et il a été l’objet d’allégations d’agression sexuelle sur une de ses filles adoptives. Bien que ces trois éléments ne soient pas reliés, certains les ont confondus, ce qui a mené à la création d’un photomontage trompeur sur le cinéaste.


5. On se méfie des dangers

Un cerveau protégé par un casque de football sous une pluie d’enclumes.

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce qu'on se méfie des dangers.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Les informations qui attirent le plus notre attention sont souvent celles qui nous préviennent d’une menace : un aliment que l’on mange couramment serait contaminé, une vague de crimes se produit dans notre quartier...

C’est normal que notre cerveau ait peur du danger. Le chercheur Hugo Mercier explique que, pour nos ancêtres, il était plus prudent de voir des dangers là où il n’y en avait pas que d’ignorer des dangers qui étaient réels.

Si vous ramassez des champignons et que vous n’êtes pas trop sûr si un champignon est vénéneux ou comestible, vous allez vous dire “je vais faire attention parce qu’il est sûrement vénéneux”.

Hugo Mercier, chercheur en sciences cognitives à l’Institut Jean-Nicod à Paris

Ceux qui produisent des fausses nouvelles exploitent souvent ce biais cognitif. Des chercheurs du MIT (Nouvelle fenêtre) ont analysé plus de 126 000 tweets publiés entre 2006 et 2017, ainsi que les émotions qu’ils suscitaient chez les internautes qui les partageaient. Les chercheurs ont constaté que les publications propageant des fausses nouvelles inspiraient de la peur, du dégoût et de la surprise, tandis que celles contenant des vraies nouvelles suscitaient de l’anticipation, de la tristesse, de la joie et de la confiance. Selon cette étude, les fausses nouvelles étaient partagées beaucoup plus rapidement et rejoignaient plus de gens.

Exemples des Décrypteurs

Le thème de l’alimentation est un terreau fertile pour la désinformation. Dans les derniers mois, des fausses nouvelles virales ont prétendu que le tilapia serait nourri d’excréments humains ou encore que le lait de vache serait « l’agent cancérigène le plus important jamais identifié ».

6. Nos sens nous trompent

Un oeil humain qui regarde une représentation aplatie de la planète Terre.

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce que nos sens nous trompent.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Dès notre plus jeune âge, nos cinq sens sont notre premier moyen de comprendre le monde qui nous entoure. On croit d’abord que la Terre est plate, que les objets lourds tombent plus rapidement que les objets légers, ou encore que le froid donne le rhume… jusqu’à ce que la science nous confirme que ces perceptions sont fausses.

Le réalisme naïf est la tendance à croire que le monde est exactement tel qu’on le perçoit, et cela est inné chez l’humain. Pour nous en défaire, il faut accepter que nos sens puissent nous tromper et que notre perception intuitive du monde ne soit pas toujours vraie. Cela est très difficile à accepter pour notre cerveau.

Selon des chercheurs de l’Occidental College à Los Angeles (Nouvelle fenêtre), cette tendance persiste même à l’âge adulte. Les chercheurs ont exposé des participants à des affirmations scientifiquement vraies, mais intuitivement fausses, par exemple que les baleines sont biologiquement plus proches des humains que des poissons. Les participants prenaient plus de temps à accepter les affirmations qui contredisaient leur intuition, même lorsqu’ils avaient une formation scientifique.

Exemple des Décrypteurs

On entend souvent qu’une image vaut mille mots, mais ce n’est pas toujours évident de savoir ce qu’une image dit réellement. Une photo d’un navire entouré d’une traînée brune semble être une preuve convaincante que le bateau déverse de la pollution dans l’océan. En réalité, il s’agit simplement de sable et de boue soulevés par les hélices du navire.


7. On cherche un sens aux événements

Un oeil humain et un cerveau qui regardent une illusion d’optique où trois bâtonnets semblent se transformer en quatre bâtonnets.

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce qu'on cherche un sens aux événements.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

« Rien n’est dû au hasard. » Ce dicton populaire illustre un biais fondamental chez l’humain. On croit que tout événement a une cause, et on est déterminé à la trouver.

Pour nos ancêtres, il était essentiel de comprendre la cause des événements afin de se préparer à mieux y faire face. Ces biais peuvent toutefois nous mener vers une pente glissante.

Le biais de détection nous porte à voir des formes là où il n’y en a pas. Cela se manifeste entre autres par notre tendance à voir des visages humains dans la nature, par exemple dans les nuages. La théorie du complot Illuminati, qui veut que le monde soit contrôlé par une société secrète, exploite ce biais. Puisque le symbole des Illuminati serait une pyramide, ceux qui adhèrent à cette théorie croient voir des triangles un peu partout comme preuves de l’existence de ce groupe.

Les rappeurs Jay-Z et Kanye West placent leurs mains en forme de diamant, pour représenter le logo de la maison de disques de Jay-Z, Roc-A-Fella Records. La photo a été prise le 18 septembre 2007, lors d'une événement organisé par le magazine GQ à New York.

Les rappeurs Jay-Z et Kanye West placent leurs mains en forme de diamant, pour représenter le logo de la maison de disques de Jay-Z, Roc-A-Fella Records. Certains croient y voir le symbole des Illuminati.

Photo : Getty Images / Rob Loud

Le biais de corrélation illusoire nous porte à imaginer des liens de causalité lorsque deux facteurs fluctuent dans la même direction. Le taux de vaccination contre la rougeole a augmenté en même temps que le nombre de diagnostics d’autisme? Certains y verront une preuve que les vaccins causent l’autisme.

Pour démontrer les failles de ce genre de raisonnement, l’Américain Tyler Vigen a créé un site Internet (Nouvelle fenêtre) illustrant des corrélations absurdes. Par exemple, on y apprend que le nombre de morts par noyade chaque année fluctue en même temps que le nombre de films mettant en scène Nicolas Cage.

Le biais d’intentionnalité nous porte à croire qu’il y a forcément des intentions, souvent négatives, derrière tout ce qui nous arrive.

Comme l’explique Robert Brotherton, ce biais a aussi son utilité. « Si vous marchez en bas d’une falaise et qu’une roche vous tombe dessus, vous allez vous demander pourquoi c’est arrivé », illustre le chercheur. Selon lui, si l’on présume que c’est un accident, on se sentira impuissant, tandis que si l’on croit qu’il y a un responsable, on sera motivé à agir pour empêcher que cette situation ne se reproduise.

Bien des théories du complot et des fausses nouvelles se basent justement sur l’idée que l’on nous veut du mal. Par exemple, à chaque épidémie grave — que ce soit le sida, le Zika ou l’Ebola — nombreux sont ceux qui croient que la propagation du virus ne serait pas accidentelle, mais serait plutôt orchestrée dans le but d’éradiquer une partie de la population.

Hugo Mercier explique ainsi la popularité des théories du complot pour expliquer l’écrasement des tours jumelles à New York en 2001. « Dans le cas du 11 Septembre, pour certains, c’est dur de concevoir que les services secrets américains aient pu juste rater ça. [...] Le fait que ce soit juste de l’incompétence, c’est quelque chose qui est un peu dur à avaler pour certaines personnes et donc ils se disent “forcément, ils étaient dans le coup”. »

Les gens ont tendance à attribuer des causes humaines à des événements qui peuvent avoir des causes purement accidentelles.

Hugo Mercier, chercheur en sciences cognitives à l’Institut Jean-Nicod à Paris

Le biais de proportionnalité, quant à lui, nous porte à croire que plus un événement est grave, plus sa cause est importante.

Dans une étude (Nouvelle fenêtre), la chercheuse Robyn Leboeuf de l’Université de Washington a demandé à des étudiants de déterminer la cause d’une panne informatique. Ceux à qui on présentait un scénario dans lequel la panne avait des conséquences sérieuses, comme la perte d’un emploi, étaient plus enclins à conclure que la panne avait une cause grave, comme un virus informatique. Dans le scénario où la panne avait peu de conséquences, les étudiants étaient plus nombreux à présumer qu’elle était due à un accident, par exemple, à un ventilateur qui cesse de fonctionner.

Notre cerveau a évolué à détecter des tendances, à trouver des significations, à connecter des événements qui ne sont pas connectés en apparence, et c’est une des choses qu’il fait le mieux.

Robert Brotherton, chercheur en psychologie, Barnard College

Le biais de conjonction, quant à lui, nous pousse à déduire que si deux événements importants sont rapprochés dans le temps, il y a forcément un lien entre les deux. Pour nos ancêtres, il était salvateur de déduire que si l’on mange une plante inconnue et que l’on tombe malade peu de temps après, la plante en est responsable.

Mais la tendance à voir des liens là où il n’y a que des coïncidences nous prédispose à croire les théories du complot, comme l’a constaté le chercheur en psychologie Robert Brotherton (Nouvelle fenêtre) dans ses recherches.

L’écrasement de deux avions de la compagnie Malaysia Airlines en 2014 illustre bien le biais de conjonction. En mars, l’appareil du vol MH370 a disparu dans des circonstances inexpliquées. Puis en juillet, l’appareil du vol MH17 a été abattu en survolant l’Ukraine. Il n’en fallait pas plus pour que des conspirationnistes tracent un lien entre ces deux événements, allant même jusqu’à affirmer qu’il s’agissait du même avion.

Exemple des Décrypteurs

Dans les premières heures d’une tragédie, nombreux sont ceux qui tentent d’expliquer l’événement à partir du peu d’informations qui circulent. L’incendie récent de la cathédrale Notre-Dame de Paris en est un bon exemple. Certains ont présumé que le président français aurait provoqué l’incendie pour détourner l’attention de la crise des gilets jaunes. D’autres ont cru voir la silhouette de l’auteur de l’incendie au sommet de l’église. Des théories qui sont toutes non fondées.


8. On surestime l’ampleur de son savoir

Un cerveau qui observe avec un loupe une immense lettre A majuscule constituée de minuscules lettres Z.

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce qu'on surestime l’ampleur de son savoir.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Ceux qui croient dur comme fer des informations erronées sont souvent convaincus d’en savoir suffisamment sur leur sujet pour avoir raison.

L’effet Dunning-Kruger, du nom des chercheurs qui l’ont étudié, David Dunning et Justin Kruger (Nouvelle fenêtre), illustre ce phénomène. Ils ont soumis des participants à des tests de grammaire et de logique, puis ils leur ont demandé d’évaluer leur performance. Ceux qui ont obtenu les pires résultats aux tests étaient ceux qui croyaient avoir le mieux réussi!

Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie (Nouvelle fenêtre) ont observé l’effet Dunning-Kruger chez des adeptes du mouvement antivaccins. Dans une étude menée auprès de 1310 personnes, plus du tiers des participants considéraient en savoir plus que les médecins et que les chercheurs sur les causes de l’autisme. Ceux qui en savaient le moins sur l’autisme étaient les plus susceptibles de penser qu’ils en savaient plus que les experts. Ces participants avaient aussi une plus grande tendance à s’opposer à la vaccination obligatoire.

Les gens ne réalisent pas l’étendue des études qu’il faut faire pour être médecin ni les connaissances que la science a accumulées.

Hugo Mercier, chercheur en sciences cognitives à l’Institut Jean-Nicod à Paris

Même les plus grands scientifiques peuvent tomber dans ce piège. Le fait qu’ils soient érudits dans un domaine les amène parfois à ne plus douter d’eux-mêmes. C’est ce que des chercheurs en psychologie (Nouvelle fenêtre) appellent le dogmatisme acquis. Par exemple, on a vu ces dernières années le généticien Jim Watson — lauréat d’un Prix Nobel pour avoir codécouvert la structure de l’ADN — adhérer à des théories pseudoscientifiques sur la race et l’intelligence. Le chimiste américain Kary Mullis — également lauréat d’un Nobel pour ses travaux sur la réaction en chaîne par polymérase — est quant à lui connu pour ses affirmations climatosceptiques.

Exemple des Décrypteurs

La désinformation autour des vaccins est souvent alimentée par un manque de connaissances sur le sujet. Par exemple, les vaccins, comme celui de la rougeole, ont des effets secondaires qui peuvent être graves dans certains cas. Cependant, ces effets sont infiniment plus rares que les complications que risquent ceux qui ne sont pas vaccinés. Cette information est souvent mal comprise par ceux qui craignent les vaccins.


9. On a besoin de faire partie d’un groupe

Une série de casquettes blanches arborant toutes le logo de la même image.

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce qu'on a besoin de faire partie d’un groupe.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

L’humain est un animal social. La vie en groupe est ce qui nous a permis de survivre jusqu’à maintenant, et notre cerveau est prêt à tout pour nous éviter d’être rejetés.

Mais notre biais social nous amène parfois à être plus crédules face aux fausses nouvelles, surtout celles qui jouent sur la fibre de l’identité, qu’elle soit reliée au genre, à l’origine, ou à l’appartenance politique ou religieuse.

Selon Hugo Mercier, cet instinct était bien présent chez nos ancêtres. Par exemple, une façon pour eux de prouver qu’ils étaient loyaux à leur groupe était de proférer des choses négatives à l’égard des groupes rivaux.

Aujourd’hui, cela peut nous pousser à partager des nouvelles partisanes sans les vérifier. « Typiquement, on va partager ces fausses nouvelles-là avec des gens qui sont déjà convaincus. Donc, je pense qu’on les partage plutôt pour marquer notre allégeance à un groupe », explique Hugo Mercier.

Quelqu’un qui partage des informations vraiment horribles sur Hillary Clinton aura du mal à se faire des amis démocrates. Donc, il signale à des républicains qu’en effet, il est un bon républicain et qu’il ne va pas changer de camp dans un futur proche.

Hugo Mercier, chercheur en sciences cognitives à l’Institut Jean-Nicod à Paris

Le déni des changements climatiques peut aussi s’expliquer par ce biais social. Des études en sociologie (Nouvelle fenêtre) suggèrent que les Américains ont tendance à s’identifier personnellement au parti politique pour lequel ils votent et à adopter, en bloc, les idéologies de ce parti. Ainsi, les républicains seront plus enclins à être climatosceptiques que les démocrates, non pas parce qu’ils ne comprennent pas la science du climat, mais parce que cela est la position de leur groupe.

Par ailleurs, des études démontrent que plus une personne se sent seule, plus elle sera vulnérable aux fausses nouvelles et aux théories du complot. Une étude de l’Université de Chicago (Nouvelle fenêtre) démontre que le sentiment d’isolement peut avoir un effet négatif sur les facultés cognitives et sur le jugement, et accroître la perception de menaces.

Une autre étude (Nouvelle fenêtre), menée à l’Université de Princeton, conclut que l’exclusion sociale rend plus favorables aux superstitions et aux croyances conspirationnistes. Les chercheurs ont trouvé que le fait d’adhérer à ces théories permet à ces gens de donner un sens à leur vie.


10. On a peur du groupe rival

Une rangée de casquettes blanches séparées d’une rangée de casquettes rouges par un ruban où apparaît le mot « danger ».

Pourquoi croit-on les fausses nouvelles? Parce qu'on a peur du groupe rival.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Notre loyauté envers les membres de notre groupe va de pair avec notre méfiance envers ceux qui y sont étrangers. Dans les années 1970, le psychologue Henri Tafjel (Nouvelle fenêtre) a démontré à quel point il était facile d’attiser ce sentiment. Il a séparé au hasard un groupe d’adolescents du même âge en deux. Même si les deux groupes étaient en tous points semblables, les jeunes ressentaient une appartenance plus forte au groupe auquel ils avaient été assignés et avaient un comportement discriminatoire envers les membres de l’autre groupe.

Une histoire très courante que les humains se racontent depuis des millénaires est que nous sommes attaqués et que les gens là-bas nous veulent du mal.

Robert Brotherton, chercheur en psychologie, Barnard College

« Dans notre histoire évolutionnaire, c’était logique de penser ainsi, car les étrangers pouvaient nous faire du mal. Ils pouvaient commettre des crimes et être en compétition avec nous pour les ressources. Donc, c’était logique de s’en méfier, explique Robert Brotherton. Mais dans la société moderne, les choses sont plus complexes. Les gens coopèrent beaucoup plus. Mais nos cerveaux pensent encore en termes de “nous contre eux”. » Ainsi, bon nombre de fausses nouvelles appellent à la méfiance envers les étrangers, par exemple, les migrants ou les réfugiés. Lorsque les préjugés envers l’autre groupe sont bien enracinés, la véracité de la nouvelle aura peu d’importance pour celui qui la partage.

D’autres fausses nouvelles et théories du complot jouent sur la peur d’organisations perçues comme étant toutes-puissantes, par exemple les gouvernements ou encore les compagnies pharmaceutiques. Selon Robert Brotherton, de telles histoires circulent depuis les débuts de l’humanité. « Une histoire très populaire est celle de l’opprimé, où notre petite communauté de braves héros fait face à un adversaire beaucoup plus grand et puissant. La morale de l’histoire est toujours que l’opprimé peut gagner, que nous pouvons vaincre ce pouvoir si l’on s’unit et que l’on comprend ce qui se passe vraiment. »

Exemple des Décrypteurs

La fausse nouvelle la plus partagée de l’histoire du Québec met en scène le maire de Dorval. Ce dernier aurait supposément tenu tête à des musulmans qui auraient exigé que l’on retire le porc du menu des cantines scolaires. De nombreux internautes, lorsqu’ils ont appris que la nouvelle était fausse, affirmaient que cela ne changeait rien pour eux puisqu’ils étaient d’accord avec l’idée exprimée dans cette nouvelle.


Peut-on contrer nos biais?

Une multitude de silhouettes de têtes humaines où sont incrustés des symboles différents les uns des autres

Peut-on contrer nos biais ? S’exposer à des avis contraires permettrait de développer son humilité intellectuelle.

Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Une fois que l’on prend conscience de ces biais cognitifs et des pièges vers lesquels ils nous entraînent, comment s’en défaire?

Ce n’est pas si simple, répond le chercheur en sciences cognitives Hugo Mercier. « Le problème, c’est que dans la plupart des cas, ce sont des biais qui sont bénéfiques. Le biais de confirmation, dans la plupart des situations de la vie quotidienne, c’est très bien de l’avoir. Les biais qui font qu’on a tendance à se méfier un peu, à voir s’il n’y a pas des gens qui veulent nous nuire, dans certains cas, ce n’est pas si mal que ça. »

Robert Brotherton est du même avis. Il explique qu’il y a eu dans l’histoire récente de véritables complots. Il cite en exemple l’étude de Tuskegee sur la syphilis, menée entre 1932 et 1972 aux États-Unis. Durant cette période, les autorités de santé publique ont fait croire à des centaines d’hommes afro-américains atteints de syphilis qu’ils recevaient un traitement contre la maladie, alors qu’on leur donnait en réalité un placebo. Le but de l’étude était de documenter comment progresse la syphilis lorsqu’elle n’est pas traitée.

Personne ne suggère que les complots ne se produisent jamais dans le monde et personne ne suggère que la pensée complotiste est forcément irrationnelle.

Robert Brotherton, chercheur en psychologie, Barnard College

Il a toutefois quelques conseils pour départager le vrai du faux. Selon lui, dans plusieurs théories du complot, les conspirateurs ont des intentions particulièrement malveillantes, par exemple, ils veulent éradiquer une partie de la population. Dans la réalité, ceux qui fomentent des complots le font généralement pour s’enrichir ou acquérir du prestige, dit-il. Robert Brotherton souligne aussi que les véritables complots ne restent pas secrets très longtemps.

Quelle est la solution?

Bien que l’on ne puisse jamais échapper complètement à nos biais cognitifs, il existe des stratégies pour faire face à la désinformation qui nous entoure.

Il vaut mieux contrôler notre environnement que d’essayer de changer notre psychologie.

Hugo Mercier, chercheur en sciences cognitives à l’Institut Jean-Nicod à Paris

Hugo Mercier suggère de s’entourer de gens avec qui on ne partage pas les mêmes opinions. « Si on a la chance d’avoir des gens avec qui on peut avoir des discussions de bonne foi, mais qui ne sont pas d’accord avec nous, il faut en profiter autant que possible. »

S’exposer à des avis contraires permet aussi de développer son humilité intellectuelle (Nouvelle fenêtre), c’est-à-dire la capacité à reconnaître les limites de son savoir et à admettre que l’on s’est trompé. Selon le psychologue Mark Leary (Nouvelle fenêtre), ceux qui font preuve d’une plus grande humilité intellectuelle sont plus critiques face à l’information qu’ils reçoivent.

Si on pouvait convaincre les gens de réfléchir plus, ils réussiraient mieux.

Gordon Pennycook, chercheur à l’École de commerce Hill-Levene de l’Université de Regina

Gordon Pennycook, quant à lui, considère que la plupart des gens sont capables de reconnaître des fausses nouvelles s’ils prennent le temps d’y réfléchir. « On peut par exemple leur rappeler que l’exactitude est importante et qu’ils devraient uniquement partager des choses qui sont exactes », explique le chercheur. Il croit aussi qu’il faut intervenir tôt. « Quand les gens sont à l’école secondaire et qu’ils forment leur aptitude à raisonner, c’est là qu’ils reçoivent les outils pour penser de façon critique. »

Robert Brotherton croit, de son côté, que les médias ont un rôle à jouer, en évitant de donner trop de visibilité aux fausses nouvelles et aux théories du complot.

Nos cerveaux ont évolué pour utiliser ces raccourcis, et ça ne changera pas beaucoup à court terme.

Robert Brotherton, chercheur en psychologie, Barnard College

En comprenant mieux le contexte dans lequel nos biais cognitifs ont évolué, on pourra ainsi réaliser que le monde dans lequel on vit n’est plus celui de nos ancêtres préhistoriques.

Psychologie

Science