•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La diète cétogène, « miraculeuse » et controversée

Des gâteaux surmontés de crème.

La diète cétogène mise sur les lipides tout en supprimant les glucides.

Photo : Radio-Canada

Gildas Meneu

La diète cétogène fait des millions d'adeptes qui espèrent notamment perdre du poids rapidement. Mais ce régime controversé inquiète certains nutritionnistes, car ses effets à long terme sont encore inconnus.

Maigrir en mangeant du gras? Beaucoup de gras? C’est le principe de ce régime très restrictif qui coupe dans les glucides.

Finis les fruits, les céréales, le pain, les pommes de terre, le riz ou encore les légumineuses. Ils ne doivent pas représenter plus de 10 % de l’énergie quotidienne, c’est à dire de 20 à 50 grammes par jour. C’est l’équivalent d’une banane ou d’un yogourt avec des petits fruits.

Josey Arsenault est coauteure du livre Perdre du poids en mangeant du gras avec l'alimentation cétogène. Elle affirme avoir perdu 26 kilos en un an en « se régalant ». Elle se délecte de fromages bien gras tout en ayant éliminé la presque totalité des sucres dans son alimentation. Plus qu’un régime, pour Josey Arsenault, cette diète est désormais un mode de vie.

Le problème, c’est le sevrage de sucre. On mange habituellement jusqu’à 600 g de glucides par jour et là, on passe à 30 g!

Josey Arsenault, coauteure du livre Perdre du poids en mangeant du gras avec l'alimentation cétogène

La diète cétogène est la plus restrictive des diètes faibles en glucides. Développée dans les années 1920 pour soigner une forme d’épilepsie juvénile, elle est revenue en force ces dernières années auprès de ceux et celles qui veulent perdre du poids.

Son principe est simple : privé de glucides, l’organisme va chercher son énergie dans les lipides. C’est ce qu’on appelle l’état de cétose. Il peut amener des effets secondaires comme des nausées, des vomissements, des maux de tête, de la fatigue, ou encore de la constipation.

Ce régime inquiète des nutritionnistes comme Karine Gravel.

Ce n’est pas une diète anodine. Il y a quand même des effets secondaires assez sérieux.

Karine Gravel, nutritionniste et docteure en nutrition

En effet, ce régime prive ses adeptes de nombreux nutriments indispensables à une bonne santé.

« Il manque le groupe d’aliments céréaliers, par exemple, qui apporte de la vitamine B », explique Karine Gravel. « Il y a aussi beaucoup trop peu de fruits et même moins de légumes puisque ceux qui contiennent des glucides (légumes racines) sont rejetés. On remarque aussi un manque de fibres alimentaires dont les effets positifs sur la santé ont largement été démontrés. »

Pour Karine Gravel, qui a étudié la littérature scientifique à ce sujet, rien ne justifie une telle diète.

« Pour la perte de poids, on remarque qu’au bout d’un an, elle est relativement similaire à d’autres régimes », constate la docteure en nutrition.

Les adeptes de cette diète remarquent qu’avec la perte de poids, ils ont aussi amélioré leur santé cardiovasculaire, comme leur taux de cholestérol ou encore leur diabète de type 2.

Karine Gravel ne le nie pas. « Ces personnes-là se basent sur leur expérience personnelle qui est positive. Mais avant d'émettre des recommandations, on va se baser sur des données scientifiques. »

Dans un avis publié en mai 2018, l’Ordre professionnel des diététistes du Québec rappelle d’ailleurs que « La guérison du diabète de type 2 n’a jamais été rapportée scientifiquement. »

Ce qui inquiète d’autres médecins, comme le cardiologue Martin Juneau, c’est l’excès de la consommation de mauvais gras. Bacon, charcuteries, fromages devraient être consommés avec modération.

[Aux] gens qui ont vraiment un surpoids important et qui n’ont jamais réussi à perdre du poids, on leur dit qu’ils peuvent faire cette diète, à condition que les gras soient de très bonne qualité.

Martin Juneau, cardiologue et Directeur de la prévention à l'Institut de cardiologie de Montréal

Josey Arsenault mise aussi sur ces lipides santé, comme l’avocat ou les poissons gras. Mais elle ne se prive pas de crème et de fromages.

Cette diète manque de recherches scientifiques, constate la nutritionniste Karine Gravel. On en ignore les effets à long terme et les conséquences lorsqu’on arrête ce régime alimentaire.

Elle recommande fortement aux personnes intéressées par ce régime d’être suivies par un nutritionniste ou un médecin.

Aux États-Unis, un panel d’experts scientifiques a comparé 41 régimes alimentaires sur le plan de leur efficacité sur la perte de poids et sur la santé cardiovasculaire.

Conclusion, la diète cétogène arrive en 38e position, car elle n’est pas assez équilibrée.

Le régime alimentaire numéro 1 reste la diète méditerranéenne, une alimentation moins restrictive qui ressemble aux recommandations du nouveau guide alimentaire canadien.

Le reportage sur la diète cétogène est diffusé ce mercredi à 19h30 à l'émission L'épicerie

Alimentation

Santé