•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pompiers luttant contre l’incendie Red Lake 14 pourraient avoir l'aide de dame Nature

Des arbres avec beaucoup de fumée, en raison d'un feu de forêt.

Le vent et les nuages forment une barrière qui diminue l’odeur de la fumée, mais les risques liés à la mauvaise qualité de l’air demeurent présents.

Photo :  Facebook / Priscilla King

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des averses attendues dans les prochaines heures à Pikangikum pourraient aider les pompiers à combattre le feu Red Lake 14, qui fait toujours rage à proximité du village.

L’incendie a atteint une superficie de 3835 hectares lundi après-midi, environ 200 de plus qu’en début de journée.

Le feu de forêt qui a débuté mercredi n’a touché aucune maison ni aucun immeuble de la collectivité, mais cause une importante diminution de la qualité de l’air.

Environnement Canada a par ailleurs publié un bulletin spécial indiquant que les niveaux de pollution sont supérieurs à la normale.

Toutes les personnes les plus vulnérables, dont les aînées, les enfants et les personnes malades, ont été évacuées.

Des avions Dash 8 du ministère des Richesses naturelles et des Forêts (MRNF) ont pris la relève des Hercules des Forces armées canadiennes pour la suite des évacuations.

Prise en charge par une équipe de gestion des incidents

Dix-huit équipes de garde-feu du ministère des Richesses naturelles et des Forêts sont déployées dans la région du Nord-Ouest de l’Ontario pour contrer les flammes.

Une carte indique le périmètre du feu Red Lake 14.

La ligne rouge trace le périmètre du feu.

Photo : source : ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Les équipes se sont concentrées sur la frontière ouest de l’incendie afin de mieux protéger la communauté, explique Chris Marchand, agent de communication au ministère des Richesses naturelles et des Forêts.

Les garde-feu n’ont pas eu besoin d'utiliser les avions-citernes lundi.

Feu de forêt Red Lake 14

  • Superficie : 3835 hectares
  • District : Red Lake
  • Situation : non maîtrisé
  • Date de début : 29 mai 2019
  • Source : ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario

Encore des centaines de résidents à évacuer

Près de 2000 membres de la communauté de 3800 habitants ont été évacués, a écrit sur Facebook le grand chef de la Nation Nishnawbe Aski (NAN), Alvin Fiddler.

De nombreuses municipalités ont accueilli les sinistrés, y compris Kapuskasing, Thunder Bay, Cochrane, Timmins, Smooth Rock Falls, Hearst, Greenstone, Wawa et Winnipeg.

La Municipalité de Hearst est prête à accueillir jusqu’à 120 sinistrés, explique Jean-Michel Chabot, le responsable des évacués à Hearst.

On est prêts à les prendre à long terme, aussi longtemps qu’ils en ont besoin, explique le maire de Hearst, Roger Sigouin. Si les gens sont ici, on va s'assurer de les accommoder pour qu’ils soient chez eux.

Certains résidents ont aussi quitté la Première Nation par leurs propres moyens, en traversant la baie Taxi en bateau, pour emprunter la route vers Red Lake.

Ceux-ci ont obtenu du soutien de l'Indian Friendship Centre et d’autres membres de la communauté, indique le maire de Red Lake, Fred Mota.

Sa municipalité n'a pas été pour le moment officiellement désignée pour accueillir des résidents de Pikangikum, précise M. Mota.

« Nous attendons une réponse de la province pour recevoir des évacués. Nous aiderons certainement de toutes les façons possibles une fois qu’on nous le demandera. »

— Une citation de  Fred Mota, maire de Red Lake

Il affirme que les motels de la région sont presque remplis en raison d’un événement, mais que la communauté pourrait accueillir jusqu’à 200 personnes, notamment dans son aréna.

Le maire Mota raconte que le feu Red Lake 14 rappelle à certains de ses concitoyens un incendie du même nom qui avait forcé l’évacuation de Red Lake en 1980.

Le grand chef adjoint de la Nation Nishnawbe Aski, Derek Fox, affirme que le gouvernement a mis trop de temps à agir.

Je pense qu’il faut un centre d’urgence, parce que l’intervention n’a pas été aussi rapide qu’on l’aurait voulu, affirme-t-il.

Il demande que ce système soit mis en place avant la fin de l’été.

Nous ne sommes qu’en juin, ajoute-t-il, ce qui veut dire qu’il y aura plus de feux de forêt.

L’Ontario n’est pas à l’abri de nouveaux incendies forestiers

Chargement de l’image

Indices du risque de feu de forêt : les zones bleues indiquent de faibles risques alors que les zones vertes, jaunes et rouges indiquent respectivement des risques modérés, élevés et extrêmes.

Photo :  source : ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Les risques de nouveaux incendies demeurent élevés dans les environs de Pikangikum, ainsi qu'au sud de Kenora et à Sioux Lookout, avise le ministère des Richesses naturelles et des Forêts.

Dans le Nord-Est de la province, les forêts sont aussi à risque entre Rivière des Français et Sault-Sainte-Marie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !