•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le service d'obstétrique offert une semaine sur deux à l'hôpital d'Amqui

Hôpital d'Amqui

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

Les femmes de la Matapédia qui doivent accoucher seront transférées vers le centre hospitalier de Rimouski. Cette procédure devrait revenir toutes les deux semaines selon le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent.

Le nouveau spécialiste en fonction à Amqui ne fait pas de césarienne, et comme il n'y a que deux chirurgiens qui travaillent sur un horaire de deux semaines, le problème sera récurrent s'il n'y a pas de changements.

Selon le CISSS, le médecin s'était pourtant engagé à suivre un stage avant son arrivée à Amqui pour pratiquer des césariennes.

Par contre, au terme de celui-ci, il aurait reçu des avis, entre autres de l'Association québécoise de chirurgie et il aurait par la suite décidé de ne pas tenter de faire reconnaître son stage.

On a su finalement qu'il ne voulait pas faire de césariennes à peine une semaine avant son arrivée, au début mai.

Jean-Christophe Carvalho, Directeur des services professionnels, CISSS du Bas-Saint-Laurent

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes, Diane Francoeur, dénonce cette situation parce qu’elle estime que ça fait déjà un mois que le problème est connu. La chirurgienne originaire de la région affirme avoir elle-même offert ses services au CISSS pour remplacer le chirurgien. Alors quand j’entends ça, le poil me dresse sur le bras de voir comment on est si désorganisés dans la région.

Le CISSS aurait dû trouver une autre solution, selon elle.

De la façon dont on a traité les femmes d’Amqui ces derniers temps, c’est aberrant.

Diane Francoeur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes

Situation dénoncée

Le porte-parole du Comité de citoyens vigie santé matapédien, Michel McNicoll, s’interroge sur les conséquences du manque de services de santé sur la MRC de La Matapédia. Si on veut attirer du monde dans la Matapédia, il faut que nos femmes soient capables d’accoucher ici. Si on veut remonter notre population, qui est rendue en bas de 18 000, on a un problème. Si ce n’est pas le politique qui peut le régler, qui peut le régler?

La préfète de la MRC de La Matapédia, Chantale Lavoie, demande au CISSS de trouver immédiatement une solution. On a un bloc opératoire capable de recevoir ce type de chirurgie. On a du personnel formé, des professionnels qui sont là. Il faut que les gens s’assoient et discutent. Il ne faut pas que notre population soit prise en otage en raison de situation comme celle-là.

Pour le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, cette situation est inacceptable. Je n’arrive pas à croire qu’on n’a pas eu l’assurance que le nouveau chirurgien allait faire des césariennes. Alors ce qu’on nous annonce, c’était prévisible. Je ne sais pas si l’objectif, c’est qu’on s’habitue à ça, mais moi, non seulement je ne veux pas m’habituer à ça, mais je veux que ce soit réglé dans les prochains jours.

Non seulement c’est inacceptable, mais c’est périlleux pour l’avenir de notre hôpital.

Pascal Bérubé, député de Matapédia-Matane

Il demande au ministère de la Santé d'agir pour que soient apportés les correctifs nécessaires afin d'offrir en tout temps le service d'obstétrique à l'hôpital d'Amqui.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Établissement de santé