•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vélobus, un bolide au coeur d'un projet contre le décrochage scolaire

Le vélobus dans un grand garage.
Les élèves travaillent sur le projet depuis maintenant deux ans. Photo: Radio-Canada / Nicolas Lachapelle
Radio-Canada

L'école primaire du Boisé à Sept-Îles a eu l'idée d'une offensive bien particulière pour contrer le décrochage scolaire chez les jeunes garçons. Les élèves de 5e et 6e année travaillent sur un projet de construction d'un vélobus.

Cela fait maintenant deux ans que les jeunes de l’école primaire du Boisé s’impliquent à toutes les étapes de la construction d'un vélobus : plans, maquettes, ingénierie et communications du résultat final.

L’objectif derrière ce projet est d’intéresser les jeunes garçons à l'école en les faisant bouger et en leur faisant entrevoir une application concrète des matières enseignées à l'école.

À travers le projet, les élèves ont eu l'occasion de se familiariser avec différents métiers, de visiter les installations de l’Aluminerie Alouette, d'Hydro-Québec et de l’entreprise Métal 7, et même de collaborer avec les étudiants du centre professionnel A.W. Gagné.

Jean-Philippe Elias.Jean-Philippe Elias Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Quand on parlait de [mathématiques] ou de sciences et que les gens étaient venus la journée d'avant parler de leur métier, [les élèves] voyaient déjà l'utilité de ce qu'on faisait dans le cahier de mathématiques, raconte l'enseignant et responsable du projet, Jean-Philippe Elias.

Un projet rassembleur

Le projet, initialement destiné à intéresser les garçons, a sans surprise suscité un intérêt au-delà de la barrière des genres. Hailey Poitras s'est même découvert une passion pour les communications qu'elle a su mettre au profit du projet.

Hailey Poitras.Hailey Poitras Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Partir d'un projet et apprendre des matières, c'est plus cool que juste apprendre comme ça dans un cahier.

Hailey Poitras, élève de 6e année

Noah Drolet, lui, ne regarde plus le quotidien du même oeil.

Noah Drolet.Noah Drolet Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

On ne tient pas compte de tout ce qu'il y a derrière certaines choses du quotidien. On ne se rend pas compte de tout le travail qu'il y a eu, explique-t-il.

Le vélobus fera quelques sorties en ville à l'occasion d'événements spéciaux. Jean-Philippe Elias espère que le succès du projet inspirera d'autres écoles à envisager des techniques pédagogiques alternatives.

Il réfléchit déjà au prochain projet qui motivera les élèves de l'école du Boisé.

D’après le reportage de Nicolas Lachapelle

Côte-Nord

Éducation