•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kapuskasing ne peut accueillir plus d’évacués de Pikangikum

Une femme cherche le nom d'un homme sur une liste à une table.

Kapuskasing n’a jamais accueilli autant d’évacués à la fois.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Kapuskasing, dans le Nord-Est de l'Ontario, accueille déjà 736 résidents de la communauté autochtone Pikangikum, menacée par un incendie de forêt.

Malgré des demandes répétées, la Municipalité a répondu dimanche qu’elle ne peut malheureusement en accueillir plus.

Ses hôtels sont pleins. Des dortoirs ont donc été aménagés à l’aréna et au centre de curling.

La Ville, qui héberge depuis des années des évacués de Kashechewan lors d’inondations, a aussi demandé l’aide de la Croix-Rouge.

Beaucoup de personnes évacuées ne savent pas ce qui les attend et aimeraient être mieux informées.

Le directeur général de la Municipalité, Guylain Baril, explique que les employés et d'autres personnes dépêchées à l’aéroport devaient parer au plus pressant.

« Hier, nous avions, à un certain moment, deux Hercules et deux avions commerciaux à l’aéroport. Ce sont des centaines de personnes à la fois qui passaient dans un tout petit terminal d’aéroport avec une main-d’œuvre très limitée. »

— Une citation de  Guylain Baril, directeur général de Kapuskasing
Un homme répond aux questions devant un micro.

Le directeur général de Kapuskasing, Guylain Baril

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Le directeur précise que la priorité était de savoir si les évacués avaient besoin de soins de santé.

Des évacués seront hébergés à Smooth Rock Falls, non loin de là.

La Ville de Winnipeg, au Manitoba, est aussi une communauté d'accueil pour les membres de la Première Nation de Pikangikum.

Les Forces armées canadiennes ont transporté dimanche 320 personnes vers Winnipeg, ce qui porte le total de résidents évacués par les militaires à 1765.

D’après les informations de Mathieu Grégoire

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !