•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs d’Ottawa développent une maison adaptée au Grand Nord

Vue de côté d'un prototype de maison avec un panneau solaire.

La maison sur laquelle travaillent les chercheurs de CanmetÉNERGIE serait chauffée et éclairée par la biomasse ainsi que par des panneaux solaires.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Même si le temps chaud revient graduellement dans la région, des chercheurs affiliés à Ressources naturelles Canada ont toujours le regard rivé sur le Grand Nord. Ces derniers développent depuis plusieurs années un prototype de maison spécialement adaptée aux défis de la vie dans des conditions polaires.

Dean Haslip et son équipe de CanmetÉNERGIE, un organisme fédéral dédié à la recherche sur les énergies propres, travaillent depuis six ans au développement de ce logement nouveau genre.

Il n’y a pas beaucoup de temps pour bâtir une maison [dans le Grand Nord]. Il y a des problèmes de disponibilité des personnes avec des habiletés. C’est très cher pour déménager les matériaux, toutes les composantes, d’une maison du sud au nord, souligne M. Haslip.

Le prototype de maison sur lequel Dean Haslip et ses collègues travaillent peut être assemblé par une équipe de quatre personnes en quatre jours seulement.

Un homme en entrevue dans un atelier.

Dean Haslip et son équipe travaillent sur un prototype de maison depuis six ans.

Photo : Radio-Canada

Ce nouveau type de maison moins chère, mieux isolée et plus facile à construire serait d’autant plus utile dans les communautés autochtones éloignées, où les logements sont trop souvent mésadaptés et en piètre condition.

Selon Statistique Canada, 40,6 % des Inuits vivaient dans un logement surpeuplé en 2016 (Nouvelle fenêtre).

L'assemblage du prototype de maison de Dean Haslip

D'ailleurs, cette demeure nouveau genre ne coûte qu’une fraction du prix d’une maison dans le « sud », malgré les importantes contraintes monétaires de la construction dans un milieu aussi reculé.

Nous avons ciblé un coût qui est à la moitié de la construction conventionnelle et maintenant nous sommes environ à cette cible.

Une citation de : Dean Haslip, directeur général, CanmetÉNERGIE Ottawa

Une partie du secret se trouve entre les murs, où l’on retrouve un isolant d’à peine quelques centimètres d’épaisseur. Il y a comme un espace vide au centre alors c’est comme un thermos, vulgarise M. Haslip.

Quant à l’énergie nécessaire à la maison, elle est produite par des panneaux solaires et un système de biomasse. Cette seconde méthode présenterait, selon M. Haslip, une occasion de stimuler le développement d’entreprises dans les communautés nordiques qui pourraient couper le bois et générer le combustible.

Les chercheurs de Ressources naturelles Canada sont maintenant en quête de partenaires pour tester le prototype de maison dans les conditions réelles du Grand Nord. Mais M. Haslip et son équipe demeurent conscient qu’il reste encore plusieurs étapes à franchir avant qu’on puisse voir des voisinages de petites maisons adaptées dans les villes arctiques et subarctiques du Canada.

Avec les informations de Pascale Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !