•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour obtenir un visa américain, il faudra renoncer à l'anonymat en ligne

Un homme tient dans sa main droite son passeport à la page de son visa refusé.

Le visa d'un Yéménite a été refusé en février 2017 en raison du décret anti-immigration des États-Unis.

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le département d'État américain exige maintenant que presque tous les demandeurs de visas soumettent leurs noms d'utilisateur sur les médias sociaux, leurs adresses courriel et leurs numéros de téléphone.

La modification, qui a été proposée en mars 2018, devrait toucher les quelque 15 millions de personnes qui font une demande de visa pour entrer sur le territoire américain chaque année.

« La sécurité nationale est notre priorité absolue lors de l'attribution des visas, et tous les voyageurs et les immigrants qui souhaitent se rendre aux États-Unis font l'objet d'un contrôle de sécurité approfondi », a précisé le département. « Nous travaillons constamment à trouver des mécanismes pour améliorer nos processus de filtrage afin de protéger les citoyens américains. »

Les identifiants de médias sociaux, les courriels et l'historique des numéros de téléphone n'avaient auparavant été réclamés qu'aux candidats identifiés comme des personnes voyageant dans des régions contrôlées par des organisations terroristes.

On estime à 65 000 le nombre de demandeurs qui tombent dans cette catégorie chaque année.

En plus de leurs antécédents dans les médias sociaux, les demandeurs de visa doivent maintenant fournir tous les numéros de téléphone et adresses électroniques qu'ils ont utilisés au cours des cinq dernières années.

Lors de l'annonce des changements, en mars, l'organisation de défense des droits de la personne Americain Civil Liberties Union avait soutenu qu'il n'existait « aucune preuve qu'une telle surveillance des médias sociaux soit efficace ou juste », en plus d'affirmer que cela pousserait les gens à s'autocensurer en ligne.

Avec les informations de Associated Press, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !