•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kapuskasing se prépare à accueillir des centaines d'évacués de Pikangikum

Des personnes sont rassemblées dans un édifice et attendent.

La plupart des personnes évacuées sont installées dans des chambres d'hôtel, mais la capacité étant limitée, d'autres personnes seront transportées dans les hôtels de la communauté voisine Smooth Rock Falls.

Photo : Photo fournie par Guylain Baril

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que les évacuations se poursuivent à Pikangikum où un feu de forêt menace la communauté autochtone, la municipalité de Kapuskasing se démène pour accueillir des centaines de personnes évacuées.

La municipalité de Kapuskasing, qui compte environ 7300 habitants, a accueilli 150 personnes samedi et s'attend à en accueillir 350 de plus d'ici la fin de la journée.

Ça va être une grosse journée, a déclaré le directeur général de la municipalité de Kapuskasing, Guylain Baril.

Kapuskasing s'attendait toutefois à recevoir 600 évacués samedi, mais les avions chargés de les transporter ont connu des retards.

La communauté avait par ailleurs déjà accueilli 198 évacués qui sont arrivés vendredi dans des avions Hercules des Forces armées canadiennes.

« On voit qu’ils sont un peu déboussolés et désorientés. »

— Une citation de  Guylain Baril, directeur général de la municipalité de Kapuskasing

Hier, on voyait qu’ils arrivaient l’air un petit peu déboussolé, on entendait de certains d’entre eux que c’était la première fois qu’ils sortaient de leur réserve donc pour eux, c’est un nouveau monde et c’est difficile [...] Ils ne savent pas s’ils vont pouvoir y retourner avec une maison, a rapporté M. Baril au sujet des personnes évacuées.

La plupart des personnes évacuées sont installées dans des chambres d'hôtel, mais la capacité étant limitée, d'autres personnes seront transportées dans les hôtels de la communauté voisine Smooth Rock Falls.

Le reste des évacués seront accueillis à l’aréna et au club de curling de Kapuskasing où des lits temporaires ont été installés en attendant que des chambres d’hôtel se libèrent.

M. Baril explique que beaucoup d’efforts sont déployés pour tenter de garder les familles ensemble.

Kapuskasing, communauté d’accueil

Guylain Baril explique que la municipalité a l’habitude de répondre à ces situations d’urgence.

C’est la 14e année de suite qu’on reçoit des évacués. Habituellement, ce sont les gens de Kashechewan qu’on reçoit à cause des crues printanières. Cette année n’a pas été une exception, et à peine sont-ils repartis qu’on a reçu un appel pour le feu de forêt, rapporte-t-il.

Un homme s'enregistre auprès de personnes qui cherchent dans leurs feuilles des informations.

Près de 200 personnes évacuées sont arrivées vendredi à Kapuskasing en provenance de la Première Nation de Pikangikum.

Photo : Photo fournie par Guylain Baril

M. Baril souligne le travail des partenaires communautaires pour assurer les efforts logistiques.

« L'hôpital est débordé ces jours-ci avec les gens qui arrivent. »

— Une citation de  Guylain Baril, directeur général de la municipalité de Kapuskasing

On a des hôtels, quatre restaurants locaux qui participent à la préparation des repas, on a des autobus, les services de santé et de soins. [...] Sans eux, ce ne serait pas possible.

Avec les informations de Mathieu Grégoire

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !