•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fentanyl : interdite en Chine, la production pourrait déménager au Mexique

Des comprimés de fentanyl, un puissant analgésique

La Chine est devenue le premier fournisseur de fentanyl grâce à ses capacités de production à grande échelle.

Photo : La Presse canadienne / Graeme Roy

Agence France-Presse

La décision récente de la Chine d'interdire la production de fentanyl, un opioïde synthétique 50 fois plus puissant que l'héroïne, a été saluée par le président américain Donald Trump. Mais elle pourrait n'avoir pour effet que de déplacer le problème, en impulsant la production dans d'autres pays, notamment le Mexique.

Sous la pression des États-Unis, Pékin a interdit depuis le 1er mai la production de tous les types de fentanyl, à l'origine d'une épidémie de surdoses qui a tué pas moins de 28 000 Américains en 2017 – et dont le chanteur Prince a été victime en 2016.

Donald Trump a obtenu cette décision dans le cadre de sa guerre commerciale avec la Chine, plus grand fournisseur mondial de cette drogue synthétique. Mais pour les experts, l'interdiction pourrait avoir pour effet de déplacer sa production ailleurs, notamment au Mexique, où les puissants cartels de la drogue se livrent déjà au trafic de cet opioïde.

L'agence antidrogue américaine (DEA) est bien consciente du problème : « À mesure que nous mettons la pression sur la Chine, les produits chimiques vont être tout simplement envoyés au Mexique pour que [le fentanyl] soit fabriqué là-bas », résume sous couvert de l'anonymat un responsable de l'agence.

Selon lui, des fournisseurs chinois vont probablement commencer à envoyer des produits à l'étranger pour contourner les mesures prises par Pékin. Et il y a tellement de substances différentes qui peuvent entrer dans la fabrication du fentanyl qu'il est impossible de contrôler chaque source de production, souligne l'expert.

Avec une délocalisation des zones de production au Mexique, l'histoire ne fera que se répéter.

Un contrôle strict

Au début des années 2000, face à la hausse spectaculaire de la consommation d'amphétamines aux États-Unis, les autorités avaient imposé un strict contrôle des sirops pour la toux et autres médicaments détournés à des fins récréatives.

Cette réglementation avait durement frappé les laboratoires illégaux aux États-Unis, mais avait aussi eu comme conséquence l'ouverture d'un nouveau secteur d'activité pour les cartels de la drogue mexicains, qui avaient commencé à développer des liens avec des laboratoires chinois pour que ceux-ci leur fournissent des produits destinés à la fabrication d'amphétamines.

Puis est arrivée aux États-Unis l'épidémie de surdoses liée à la consommation d'opiacés prescrits à des fins médicales, et les autorités ont décidé d'encadrer plus strictement leur distribution.

Les laboratoires chinois se sont alors retrouvés en première ligne pour la fabrication de copies du fentanyl, et les cartels ont rapidement commencé à en assurer le trafic à destination des États-Unis.

L'offre et la demande

Or, avec l'interdiction de la production en Chine, les cartels mexicains – comme ceux de Sinaloa et Jalisco Nueva Generacion – pourraient jouer un rôle plus important dans la chaîne de production du fentanyl au Mexique, estime Edgardo Buscaglia, spécialiste du crime organisé à l'Université américaine de Columbia.

L'interdiction [en Chine] va clairement avoir pour conséquence que des fournisseurs de moindre envergure, dont le Mexique, vont augmenter leur production pour satisfaire la demande. C'est la loi du marché.

Edgardo Buscaglia, spécialiste du crime organisé

« Le Mexique a un grave problème de régulation de son industrie pharmaceutique [...] et le marché du fentanyl est gigantesque. Donc c'est tout à fait possible que la production augmente au Mexique à travers les structures illégales déjà existantes », ajoute-t-il.

Pour Javier Oliva, chercheur à l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM), le principal défi des cartels mexicains sera de développer le savoir-faire nécessaire pour remplacer la production chinoise.

« La production de fentanyl demande un certain degré de technologie pharmaceutique, qui sera difficile à installer au Mexique », estime-t-il.

De fait, la Chine est devenue le premier fournisseur de fentanyl grâce à ses capacités de production à grande échelle, comme dans les autres domaines manufacturiers, souligne un autre fonctionnaire américain sous couvert de l'anonymat.

Une telle évolution inquiète les responsables américains, tant pour les États-Unis, où le nombre de décès par surdose est passé de 17 000 en 1999 à plus de 70 000 en 2017, que pour le Mexique, où quelque 250 000 personnes ont été tuées depuis 2006 à la suite de violences liées à la guerre contre les cartels.

Drogues et stupéfiants

International