•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La finale de la NBA signifie « plusieurs millions » pour Toronto

Des fans des Raptors de Toronto au Jurassic Park.

L'enthousiasme des amateurs des Raptors déborde dans les rues de Toronto après une victoire en série.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La société de traitement de crédits et de débits Moneris a évalué les transactions monétaires lors des matchs de basket de la NBA. Celles-ci ont augmenté de 14 % à l'échelle du pays lors du sixième match qui opposait les Raptors de Toronto aux Bucks de Milwaukee samedi soir dernier.

Selon Moneris, les transactions dans les bars de l'Ontario seulement ont augmenté de 23 % lors du sixième match de la finale de l'Association de l'Est.

Dans la région du Grand Toronto, les transactions ont augmenté de 28 %. À Toronto même, ce nombre atteignait 76 % au moment du pic de 23 h, lorsque le match s'est terminé et que les partisans des Raptors ont bu un coup pour fêter ça.

Dans le Grand Toronto, la transaction moyenne à cette heure-là était de 60 $.

Mais ces transactions ne se limitaient pas à la Ville Reine. À Vancouver, elles ont atteint un sommet de 90 % à 20 h, et à Calgary et Edmonton, respectivement 79 % et 76 % à 21 h. Soit, dans chaque cas, au moment où se terminait le match.

Moneris a examiné les transactions dans les bars d'un bout à l'autre du pays de 19 h jusqu'à 2 h cette nuit-là – soit avant, pendant et après ce match où les Raptors ont décroché leur place pour la finale de la NBA pour la première fois de l'histoire de la franchise.

L'entreprise ne pouvait en revanche pas dire combien de bars avaient été interrogés ni quantifier ces pourcentages en retombées monétaires en dollars.

Une foule de gens tenant des drapeaux et des bâtons. Un homme à l’avant-plan tient une pancarte sur laquelle il est écrit en anglais qu’il veut des billets.

Les partisans des Raptors aiment se rassembler au « Jurassic Park » devant le stade à Toronto pour regarder des matchs.

Photo : CBC/John Rieti

Des retombées qui se chiffrent en millions

Selon le directeur des ventes et du marketing chez Moneris, Jeff Guthrie, ce genre de grands événements sportifs génère toujours d'importantes retombées économiques pour les bars, car ils poussent les gens à sortir.

En 2016, à Toronto, les dépenses effectuées dans les bars du centre-ville pendant les matchs à domicile avaient bondi de 55 %, et celles faites dans les bars proches de l'aréna, de 64 %.

Une étude datant de l'an dernier et portant sur l'impact économique du match des étoiles de la NBA à Los Angeles suggère qu'en 2016, lorsque Toronto accueillait les matchs, l'impact économique y était compris entre 80 millions et 100 millions de dollars américains.

Selon l'expert en marketing et professeur agrégé à la Rotman School of Management de l'Université de Toronto, Richard Powers, toute cette effervescence contribue aussi à mettre Toronto sur la carte.

Dans l'aréna plongée dans l'obscurité et des lumières rouges, l'écran géant au centre et au dessus du terrain affiche le slogan We the North.

Les milliers de supporteurs qui assistent aux matchs des Raptors à Toronto scandent à l'unisson le slogan We the North qui fait désormais partie intégrante de l'identité de l'équipe.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Outre les revenus pour les entreprises locales, elle permet aussi de donner de la visibilité à la métropole, notamment à la télévision internationale.

Les personnes qui n'ont peut-être pas envisagé de venir à Toronto voient à quel point c'est une grande ville et planifient leur prochaine visite, indique M. Powers.

Il estime donc que les retombées financières pour Toronto vont se chiffrer à plusieurs millions. Selon les estimations, l'impact à long terme sur les secteurs du divertissement et du tourisme pourrait même représenter un milliard de dollars pour la ville sur 10 ans.

Qui est le grand gagnant?

Sunny Pathak, président de la société de marketing NewPath Sports & Entertainment, estime pour sa part que les principaux gagnants de ces matchs seront les secteurs du divertissement, de la restauration et des produits dérivés.

Les maillots officiels se sont vendus à la vitesse de l'éclair, selon M. Pathak, qui y voit une occasion pour les vendeurs de rue. Les imitations deviennent des affaires en or pour certains.

Un partisan des Raptors avec Nav Bhatia.

Nav Bhatia est le visage multiculturel des Raptors.

Photo : Radio-Canada / Philippe Leblanc

Les touristes affluent aussi et paient souvent leurs billets au prix fort.

Selon le revendeur de billets en ligne StubHub, le premier match des Raptors contre les Warriors était leur troisième meilleure vente des finales de la NBA, juste derrière les matchs de la finale disputée entre les Warriors et les Cavaliers de Cleveland en 2016 et 2017.

Le prix de vente le plus élevé pour ce premier match sur StubHub était de 23 896 $US. Le prix moyen se situait à 1371 $US.

Vendredi après-midi, le prix du billet le plus élevé vendu pour le deuxième match se situait à 10 000 $US, et la moyenne était passée à 1444 $US.

« Nous prévoyons que la demande pour dimanche sera similaire, voire plus forte que pour le premier match. Les prix d'entrée restent stables », fait savoir le directeur général de StubHub CanadaPaul Nowosad.

Si tout le Canada semblait de sortie pour suivre les matchs, les données de Moneris de samedi dernier indiquent toutefois une exception : à Montréal, le nombre de transactions a diminué au cours du sixième match.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !