•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour d'une liaison maritime quotidienne entre Matane et la Côte-Nord

Le traversier accoste au quai de Matane avec des voitures sur le pont.

Le Félix-Antoine Savard de retour à Matane en attendant le Saaremaa.

Photo : Radio-Canada

L'arrivée du Félix-Antoine-Savard marque la fin d'une période de presque 80 jours sans service de traverse régulière entre Matane et la Côte-Nord.

La dernière traversée entre les deux rives où les automobilistes et les passagers pouvaient voyager remonte au 16 mars. C'est ce jour-là qu'a pris fin abruptement la courte carrière de l'Apollo dans le Saint-Laurent, alors que ce dernier a percuté le quai à son arrivée à Matane.

Le navire a d'ailleurs été mis au rancart quelques jours plus tard, sous la recommandation du Bureau de la sécurité des transports. Depuis, un navire cargo, le CTMA Voyageur, n'offrait que des traversées pour les poids lourds, et ce, seulement trois jours par semaine.

Le Félix-Antoine-Savard sera cependant soumis à des conditions très strictes de la part de Transports Canada, ce qui pourrait entraîner de nombreuses annulations durant la période estivale.

Ce traversier à pont ouvert a été conçu pour naviguer bien en amont du fleuve. C'est pourquoi il est utilisé régulièrement entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine et entre Québec et Lévis.

C'est sûr que c'est pas la solution la plus optimale, mais je vous rappelle qu'on n'avait pas d'autre option.

Stéphane Lafaut, PDG de la Société des traversiers du Québec

Transports Canada veille au grain

Si des vagues de plus d'un mètre sont prévues, le départ du Félix-Antoine Savard ne sera pas autorisé.

Et peu importe les conditions météorologiques, si les vagues dépassent 1,5 m à la bouée située à la sortie du quai, le capitaine devra annuler la traversée.

L'an dernier, lorsque le Félix-Antoine-Savard avait remplacé le F.-A.-Gauthier, cette limite avait été fixée à 2,5 m.

Le traversier ne pourra pas non plus naviguer une heure avant le lever du soleil et une heure après son coucher.

Le Félix-Antoine-Savard peut accueillir 70 véhicules et 376 passagers. Le traversier habituel, le F.-A.-Gauthier, hors service depuis décembre, a une capacité de 800 passagers et de 180 véhicules.

En service jusqu'à l'arrivée du Saaremaa

Des travailleurs et des dignitaires regardent le navire au quai du groupe Océan à Québec.

Le Saaremaa est amarré au port de Québec, subissant des travaux pour 6 M$.

Photo : Radio-Canada

Au moment où le Félix-Antoine-Savard amorce son service entre Matane et Baie-Comeau, les employés du Groupe Océan s'affairent à apporter les modifications nécessaires pour que le Saaremaa puisse obtenir son certificat de navigation le plus tôt possible.

La Société des traversiers espère que le navire, acheté en Allemagne au coût de 39 millions de dollars, pourra prendre la relève du Félix-Antoine-Savard dès la mi-juillet.

Par contre, la STQ admet que la mise aux normes canadiennes du navire, ce que l'on appelle dans le jargon maritime la « canadianisation », pourrait prendre plus de temps que prévu : c'est que la STQ tente de réaliser en deux mois des travaux qui prennent normalement 12 semaines.

Pour l'instant, on est dans les temps, mais on ne prendra pas de chance, je vais m'assurer qu'on soit capable d'opérer le navire de façon sécuritaire.

Stéphane Lafaut, PDG de la Société des traversiers du Québec

Les départs et les arrivées à Godbout sont par ailleurs annulés jusqu'au 5 juin en raison de travaux sur le quai d'embarquement.

Les navettes aériennes entre Mont-Joli, Pointe-Lebel et Sept-Îles sont maintenues jusqu'à la fin juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Économie