•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment le F-35 est réapparu sur le radar d’Ottawa

Une photo d'un avion de chasse F-35 de la Force aérienne israélienne qui survole la ville de Beer Sheva dans le sud d'Israël

Un avion de chasse F-35 de la Force aérienne israélienne survole la ville de Beer Sheva dans le sud d'Israël

Photo : AFP/Getty Images / JACK GUEZ

Marc Godbout

Justin Trudeau s'était engagé à ne pas acheter le F-35, l'avion de chasse de Lockheed Martin. Pourtant, de récentes manoeuvres rendent de plus en plus probable l'acquisition de l'appareil américain. Une réelle compétition aura-t-elle vraiment lieu pour remplacer les vieux chasseurs des Forces armées canadiennes?

Les jeux de coulisse se sont intensifiés toute la semaine à Ottawa. L’enjeu est énorme : un contrat de 19 milliards de dollars pour 88 avions de combat canadiens.

En toile de fond, le salon canadien des équipements militaires. Non seulement les lobbyistes sont plus actifs que jamais, mais leurs clients ont mis le paquet pour séduire et chercher à influencer le futur acheteur.

Airbus et SAAB ont même fait venir d’Europe, par navire, des répliques de leurs avions de chasse respectifs. Mais au-delà des apparences, l’inquiétude s’est installée.

Une image de militaires observant le cockpit d'un avion Typhoon de la compagnie Airbus dans le cadre du salon d'équipements militaires CANSEC à Ottawa

Des militaires observent le cockpit d'un avion Typhoon de la compagnie Airbus dans le cadre du salon d'équipements militaires CANSEC à Ottawa

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Après le F-35, le F-35

Après des années d’attente, de dérapages et d’interminables débats, un appel d’offres du gouvernement fédéral doit finalement être lancé d’ici la mi-juillet.

Il le sera juste avant la campagne électorale, près de quatre ans après l’élection des libéraux qui avaient promis d’amorcer le processus immédiatement en arrivant au pouvoir.

Résultat? Le choix du gagnant ne sera annoncé qu’en 2022, et les premiers avions, livrés en 2025, au plus tôt.

Les concurrents potentiels pour la construction des avions de chasse canadiens :

  • Boeing (Super Hornet)
  • Airbus (Typhoon)
  • Saab (Gripen)
  • Lockheed Martin (F-35)

Quatre joueurs souhaiteraient être de la course. Mais le seront-ils tous? Le portrait pourrait très bien changer.

Les pressions exercées par Washington sur Ottawa y sont pour beaucoup. L’administration Trump a obtenu des assouplissements au processus d’évaluation des retombées économiques au Canada pour s’assurer que le F-35 soit de la course.

Une photo d'un homme qui passe devant un panneau publicitaire du géant américain de l'aérospatiale, Lockheed Martin.

Un homme passe devant un panneau publicitaire du géant américain de l'aérospatiale, Lockheed Martin.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

La politique canadienne d’approvisionnement militaire exige depuis très longtemps que les entreprises dépensent au pays l’équivalent de la valeur d’un contrat afin de renforcer l’industrie canadienne.

Or, le programme du F-35, dont le Canada est l’un des neuf pays partenaires, est structuré autrement. Les entreprises canadiennes ont le droit de soumissionner pour des contrats mondiaux liés à la chaîne d’approvisionnement. Les pays partenaires ne peuvent, par contre, exiger des avantages économiques comme condition préalable à l’achat de l’appareil.

Voilà que la récente révision obtenue par Washington permet à Lockheed Martin et son avion de ne pas être écartés de la compétition quoiqu'ils seraient pénalisés s'ils choisissent un système différent.

Une photo montre le président américain Donald Trump qui observe le cockpit d'un F-35 à la base aérienne Luke, en Arizona

Le président américain Donald Trump observe le cockpit d'un F-35 à la base aérienne Luke, en Arizona

Photo : AFP/Getty Images / NICHOLAS KAMM

Nous n’achèterons pas de chasseurs-bombardiers furtifs F-35.

Extrait de la plateforme du Parti libéral du Canada de 2015

On est donc bien loin de la promesse électorale de 2015 de Justin Trudeau, qui s’engageait à ne pas acheter l’avion de Lockheed Martin. Les libéraux ont tout fait pour se distancer du F-35 dans la foulée du fiasco qui collait à la peau des conservateurs. Mais la réalité a fini par rattraper le gouvernement Trudeau.

« Sélectionner un appareil autre que le F-35 pourrait créer des tensions avec les Américains », soutient Justin Massie, professeur de science politique à l’UQAM. « Le F-35 est important pour l’administration Trump, qui veut développer davantage l’industrie militaire américaine. »

Ce revirement a eu l’effet d’une douche froide chez les concurrents. « Il ne serait pas étonnant de voir des joueurs se retirer dès le départ ou en cours de route. Ils sont furieux », a confié à Radio-Canada une source très proche du dossier.

Une image montre des instruments de bord à l'intérieur du cockpit d'un avion de chasse Gripen de la compagnie suédoise Saab

Des instruments de bord à l'intérieur du cockpit d'un avion de chasse Gripen de la compagnie suédoise Saab

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Tant l’américaine Boeing que l’européenne Airbus et la suédoise Saab disent maintenant attendre « l’ensemble des exigences » de l’appel d’offres avant d’annoncer leurs intentions finales.

« Nous sommes sur nos gardes [....] et de plus en plus incertains de vouloir nous lancer », a même indiqué un dirigeant de l’une de ces compagnies, sous le couvert de l’anonymat.

Retour vers le futur

Le temps est-il en train de jouer en faveur du F-35? Possiblement.

« Le volume de production du F-35 entraîne la diminution du coût à l’unité qui est inférieur à celui de ses concurrents qui sont moins avancés sur le plan technologique », expliquait récemment Richard Shimooka dans un rapport de l’Institut Macdonald-Laurier.

Alors que le coût par avion dépassait les 200 millions de dollars américains au début de la production en 2007, il devrait passer sous la barre des 80 millions d’ici 2020, selon le Pentagone.

Plus de 390 appareils ont été livrés dans le monde. Et pas plus tard que cette semaine, le président américain annonçait la vente de 105 avions supplémentaires à l’issue d’un sommet avec le premier ministre japonais.

Les pays qui ont choisi le F-35 :

  • États-Unis
  • Royaume-Uni
  • Italie
  • Pays-Bas
  • Norvège
  • Danemark
  • Belgique
  • Turquie
  • Japon
  • Australie
  • Israël
  • Corée du Sud

Il s’est déjà écoulé neuf ans depuis l’annonce par le gouvernement Harper de l’achat de 65 avions F-35.

« La modernisation de nos vieux F-18 a coûté beaucoup d’argent. Et l’acquisition de chasseurs intérimaires australiens a coûté au bas mot un milliard de dollars de plus aux contribuables canadiens », déplore Justin Massie.

Neuf ans plus tard, le Canada a commencé à recevoir ses premiers F-18 australiens usagés, toujours dans l’attente d’une solution permanente.

Il est quand même plutôt ironique de constater que l’Australie voulait s’en débarrasser pour recevoir ses premiers F-35 tout neufs.

Politique fédérale

Politique