•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les francophones du Nord-Ouest ontarien font le point sur la « résistance »

Une édifice avec les mots Centre francophone sur la devanture.

Le rassemblement aura lieu au Centre francophone de Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Des délégués d'organismes francophones de la région se réunissent samedi à Thunder Bay pour le rassemblement annuel de l'Association des francophones du Nord-Ouest de l'Ontario (AFNOO). Ils en profiteront pour discuter du mouvement de contestation contre les coupes du gouvernement Ford touchant les Franco-ontariens.

La directrice générale par intérim de l'AFNOO, Lina Mayer, raconte que leur mouvement la résistancea été sans doute le dossier le plus important des derniers mois.

Elle rappelle que l’AFNOO a réussi à mobiliser 350 personnes pour les manifestations du 1er décembre 2018, dans une région qui compte environ 7000 francophones.

Un groupe de personnes tenant des drapeaux et des pancartes.

Quelques-uns des manifestants à Thunder Bay le 1er décembre 2018, devant le bureau du député libéral Michael Gravelle.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Un représentant de l’AFO sera sur place pour parler des prochaines étapes de la lutte contre les compressions des progressistes-conservateurs, dont l’abolition du Comissariat aux services en français de l’Ontario.

Le rassemblement débute avec l’assemblée générale annuelle de l’AFNOO, suivie de présentations et de discutions autour d’enjeux communs, comme l’éducation et l’accès aux services en français.

L’association régionale a fait appel à ses partenaires provinciaux et nationaux pour offrir à ses membres une programmation variée.

C’est l’opportunité pour que les francophones de la région se sentent un peu moins isolés.

Lina Mayer, directrice générale par intérim de l'Association des francophones du Nord-Ouest de l'Ontario

Mme Mayer souligne l’aide de la Fondation Trillium de l’Ontario pour payer une partie des coûts de transports et d’hébergement pour des délégués venus de l’extérieur de Thunder Bay.

Les délégués pourront entre autres assister à une formation en gestion de projet offerte par le Conseil de la coopération de l’Ontario et participer à un jeu-questionnaire sur les 50 ans de la Loi sur les langues officielles.

En soirée, les participants du rassemblement sont invités à se joindre à une soirée cabaret organisée par le Club culturel francophone de Thunder Bay.

Cet événement se déroule à Urban Abbey, qui accueille en ce moment une exposition d’artistes francophones.

Selon la vice-présidente du club, Claire Thiébaut, une centaine de personnes ont confirmé par courriel leur présence à l'événement.

Les priorités pour la prochaine année

Dans les prochains mois, l’AFNOO continuera ses démarches pour l’ouverture potentielle de garderies francophones dans plusieurs municipalités de la région, explique Lina Mayer.

On a développé des comités aviseurs dans cinq communautés pour faire l’état des lieux. On espère avoir quelque chose de concret dans les prochains mois.

Lina Mayer, directrice générale par intérim de l'Association des francophones du Nord-Ouest de l'Ontario
Une carte de l'Ontario avec les noms de plusieurs communautés.

L'AFNOO, créé en 1977, représente les francophones de plusieurs communautés du Nord-Ouest de l'Ontario, répartis sur un grand territoire.

Photo : AFNOO/Ariane Thibault

L’attraction et la rétention de main-d’œuvre francophone, pour pourvoir des postes bilingues, demeurent des priorités pour l’AFNOO et plusieurs de ses partenaires, comme le Réseau de soutien à l’immigration du Nord de l’Ontario.

Mme Mayer souligne que le défi est particulièrement grand pour les organismes communautaires, qui n’ont pas les moyens d’offrir des salaires compétitifs, surtout pour attirer des gens de l’extérieur.

L’AFNOO a par ailleurs distribué pendant la dernière année des trousses d’accueil pour les nouveaux arrivants francophones dans huit communautés de la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !