•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rare collection de papillons offerte à l’Université du Manitoba

Le Dr William Christie collectait des espèces de papillons différentes selon la période de l'année. Photo: Musée d'entomologie Wallis-Roughley
Chloé Dioré de Périgny

Le musée d'entomologie Wallis-Roughley de l'Université du Manitoba a reçu en cadeau un échantillon hors du commun de papillons, collectés pendant trente ans au parc provincial Whiteshell. Ce don permettra de comprendre davantage l'évolution de ces populations d'insectes au Manitoba.

C’est un fait unique d’avoir une telle collection !, lance le professeur au département d’entomologie de l’Université du Manitoba, Kyle Bobiwash. On ne connaît pas bien l’évolution des papillons ni des abeilles, ces données sont en train d’être collectées, s'enthousiasme-t-il.

Plus de 3400 papillons ont ainsi été récemment ajoutés à la collection du musée d’entomologie Wallis-Roughley, qui sert aussi de lieu de recherche pour le département d'entomologie de l’Université du Manitoba.

Ces espèces étaient déjà connues, mais le fait qu’elles aient été collectées au même endroit sur une longue période de temps les rend très utiles, précise Jason Gibbs, le conservateur du musée et professeur au département d’entomologie.

Le professeur d'entomologie Jason Gibbs tient une boîte avec la nouvelle collection de papillons dans ses mains. Le conservateur du musée d'entomologie, Jason Gibbs, est fier de l'arrivée de ces nouveaux papillons dans ses collections. Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Si nous voulons comprendre comment les populations de papillons ont changé et comment elles ont été affectées par le réchauffement climatique par exemple, nous avons désormais d’intéressantes données à exploiter.

Jason Gibbs, conservateur du musée et professeur au département d'entomologie de l'Université du Manitoba

Lorsqu’un de nos doctorants est intéressé par un insecte spécifique, on obtient des données dessus pendant quelques années, mais pas plus longtemps que ça, ajoute Jason Gibbs.

Le conservateur du musée regrette également que les espèces aient souvent été collectées de façon hasardeuse.

Cet échantillon hors du commun, on le doit au Dr. William Christie, un ancien professeur du département de dentisterie de l’Université du Manitoba.

Depuis plus de trente ans, il se rend plusieurs fois par semaine au parc Whiteshell, où sa famille possède un chalet, pour collecter des « papillons de qualité de musée ». Pour ce passionné de nature, c’est un passe-temps parmi tant d’autres.

Des papillons sont exposés dans une boîte. Les papillons de la nouvelle collection du musée proviennent des abords du lac Red Rock dans le parc provincial Whiteshell. Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Bien des espèces encore à découvrir

S'il est le conservateur du musée d'entomologie, Jason Gibbs travaille surtout sur les abeilles dans son laboratoire de l'Université du Manitoba.

En 2015, un rapport (Nouvelle fenêtre) du gouvernement canadien recensait 236 espèces d’abeilles au Manitoba. Deux ans plus tard, les recherches du laboratoire dans lequel travaille Jason Gibbs ont permis d'en lister 324.

Cette semaine, un de mes étudiants a découvert une espèce qui n’avait jamais été collectée au Canada avant, ajoute le professeur.

Mais dresser un portrait complet des insectes du Manitoba prendrait des générations, selon Jason Gibbs. En effet, ces populations d’insectes sont trop diverses pour le peu d’experts qui s'intéressent à l'entomologie.

Les personnes aiment les choses plus grandes, les orignaux, les chevreuils, ces choses majestueuses, alors que les abeilles sont toutes petites et cutes, soutient, à son tour, Kyle Bobiwash.

Ce dernier estime que l’on néglige l’importance de ces petites bêtes, qui sont pourtant à la base de nombreux écosystèmes.

Kyle Bobiwash espère du moins que l'annonce de l'arrivée de cette nouvelle collection de papillons à étudier incitera les gouvernements à investir davantage dans la recherche.

De son côté, Jason Gibbs invite tout le monde à collecter des insectes afin d'aider les chercheurs à compléter leurs bases de données.

Même si le chemin est encore long, les chercheurs sont loin d’être découragés. Le fait qu’on ne connaisse pas toutes les réponses, c’est une motivation pour continuer !, conclut Kyle Bobiwash.

Manitoba

Entomologie