•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bourse de 100 000 $ pour un étudiant de Bathurst

Samuel Lefrançois.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un jeune étudiant de 17 ans de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, voit ses efforts récompensés.

Samuel Lefrançois est le lauréat d’une bourse d'études Schulich Leaders de 100 000 $. Elle lui permettra d’étudier en ingénierie à l’Université Laval, à Québec.

Schulich Leaders remet 50 bourses chaque année. D’un montant allant de 80 000 $ à 100 000 $, elles sont décernées aux étudiants jugés les plus prometteurs et donnent accès aux meilleures universités du pays. L’argent provient d’un fonds de 100 millions de dollars créé il y a sept ans par le philanthrope et homme d'affaires canadien Seymour Schulich.

Les résultats scolaires et l'entrepreneuriat font partie des critères de sélection. Quelque 1500 étudiants sont candidats, mais seulement 25 sont choisis en ingénierie, explique Samuel Lefrançois, qui a été nommé par l'École secondaire Népisiguit (Nouvelle fenêtre).

Deux de ces bourses sont décernées par des universités francophones.

Lyne St-Onge Lefrançois.

Lyne St-Onge Lefrançois

Photo : Radio-Canada

Les parents de Samuel ne cachent pas leur fierté.

Ce qui le démarque le plus, dit sa mère, Lyne St-Onge Lefrançois, c’est sa détermination et son ambition.

Frédéric Lefrançois.

Frédéric Lefrançois

Photo : Radio-Canada

On a été visiter l'Université Laval, ajoute son père, Frédéric Lefrançois. Ça va lui ouvrir beaucoup de portes pour le futur.

Samuel Lefrançois n'en est pas à son premier accomplissement. En 2017, il a remporté une médaille de bronze à l'Expo-sciences pancanadienne. Le jeune homme, qui avait alors 15 ans, avait créé un modèle mathématique qui permet de mieux comprendre le comportement d'une espèce de canard. Avec sa collègue de classe Cloé Robichaud, ils ont remporté une autre médaille cette année pour leur travail sur la biodiversité.

Trésorier du conseil étudiant, il a aussi remporté plus tôt cette semaine le prix du leader masculin par excellence à son école.

Il caresse un autre rêve, soit celui de créer un jour sa propre firme d'ingénieurs, axée sur les changements climatiques, et ce, là où il a grandi. Je ne suis pas certain [...] que je vais pouvoir revenir en Acadie, dit l’étudiant, mais c'est certainement ma préférence.

D’après le reportage de François Vigneault

Nouveau-Brunswick

Éducation