•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un employé municipal mécontent tue 12 personnes en Virginie

Des policiers travaillent dans l'entrée de l'hôtel de ville, qu'on voit au loin.

Le tireur était un employé de longue date de la Ville, selon la police.

Photo : The Associated Press / L. Todd Spencer

Radio-Canada

Un employé mécontent a ouvert le feu vendredi dans un édifice municipal de Virginia Beach, en Virginie, faisant au moins 12 victimes.

Quatre autres personnes ont été blessées, dont un agent de police qui a survécu grâce à son gilet pare-balle, a indiqué le chef de la police de Virginia Beach, James Cervera. Il n'a toutefois pas précisé la gravité de leurs blessures.

« Il s'agit de la journée la plus catastrophique de l'histoire de Virginia Beach », a réagi le maire de la ville de 450 000 habitants, Bobby Dyer, visiblement sous le choc. « Les gens touchés sont nos amis, nos collègues, nos voisins. »

Au moins un patient a été transféré par hélicoptère vers un centre traumatologique, selon le journal local Richmond Times-Dispatch.

Des secouristes déchargent une civière d'un hélicoptère afin de venir à la rescousse d'une des victimes de la tuerie survenue à Virginia Beach, vendredi.

Des secouristes déchargent une civière d'un hélicoptère afin de venir à la rescousse d'une des personnes blessées lors de la tuerie survenue à Virginia Beach, vendredi.

Photo : Capture d'écran de la chaîne NBC par l'entremise de Reuters

La fusillade a éclaté vers 16 h quand le suspect, « un employé municipal de longue date », est entré dans un bâtiment adjacent à l'hôtel de ville de Virginia Beach, une populaire station balnéaire de la côte est américaine.

Les autorités n'ont pas divulgué le nom du suspect, mais ont plutôt choisi de se concentrer sur les victimes.

Le drame s'est déroulé sur trois étages. La police est entrée dans l'immeuble et a sorti autant d'employés que possible, puis a échangé des coups de feu avec le suspect, qui était armé d'une arme de poing de calibre .45, a dit le chef de police. « Ça a été une longue fusillade entre quatre officiers et le suspect, a-t-il dit, ajoutant que les policiers ont donné les premiers soins au suspect après qu'on lui ait tiré dessus, sans succès.

La police a d'abord déclaré que le tireur avait fait 11 victimes, dont une qui avait été trouvée dans un véhicule à l'extérieur de l'édifice municipal. Le chef de police Cervera a dit plus tard qu'une autre personne est morte en route vers l'hôpital.

Le suspect, que le chef de police a décrit comme « mécontent », a commencé « immédiatement à tirer à l'aveugle » sur les personnes présentes. Il est mort après un échange de coups de feu avec la police.

Les autorités poursuivent leur enquête pour comprendre les circonstances entourant cette fusillade ainsi que les motivations du tireur.

Informé de la tragédie, le président Donald Trump « continue à suivre la situation », a pour sa part fait savoir la Maison-Blanche.

Un débat qui tourne à vide

Depuis le début de l'année, il y a eu 150 fusillades en territoire américain ayant fait plus de quatre victimes, blessées ou décédées, selon l'organisme Gun Violence Archive.

La question des violences armées, qui endeuillent régulièrement les États-Unis, prend ici une dimension particulière, car la Virigine est l'État où siège la National Rifle Association (NRA), le premier lobby des armes du pays.

Cet État traditionnellement conservateur, mais qui se colore démocrate à mesure qu'il s'urbanise et se diversifie, a été le théâtre en 2007 d'une fusillade particulièrement meurtrière : un étudiant instable mentalement avait abattu 32 personnes sur le campus de l'université Virginia Tech.

Chaque fusillade meurtrière relance un débat sur la régulation des armes à feu, mais celui-ci tourne fréquemment à vide. La législation fédérale n'a pratiquement pas évolué ces dernières années.

Avec les informations de Agence France-Presse, Richmond Times-Dispatch, et Reuters

Armes à feu

International