•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yancoal, filiale d'une compagnie chinoise, s'invite à la table de Scott Moe

Scott Moe, le premier ministre de la Saskatchewan, parle devant un microphone en portant un costume-cravate et des lunettes.

Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

Photo : Radio-Canada / Bryan Eneas

Sophie Chevance

L'entreprise Yancoal, filiale de l'exploitant chinois Yanzhou, offre des billets à des conseillers municipaux pour qu'ils se rendent au dîner de financement annuel du Parti saskatchewanais, le 6 juin prochain, à Regina.

Yancoal Canada, qui a soumis un projet de construction d’une mine de potasse dans les municipalités rurales de Longlaketon et Cupar, au nord de Regina, indique avoir acheté plusieurs billets pour assister au dîner du premier ministre Scott Moe afin d’avoir l’opportunité de discuter de ses activités et de s’entretenir avec d’autres compagnies.

Dans le cadre du renforcement de nos relations avec les conseillers municipaux, nous leur avons proposé de nous accompagner à titre d’invités. Nous sommes d’avis qu’il est important que les conseillers soient là lorsque nous parlons de nos activités.

Adam Cooke, chef de projet chez Yancoal Canada

Yancoal Canada, basée à Saskatoon, attend une réponse du gouvernement provincial afin d’aller de l’avant avec ce projet de mine de potasse, qui a débuté en 2015. De leur côté, plusieurs résidents de la municipalité rurale de Longlaketon avaient exprimé leur inquiétude et leur opposition au sujet de ce projet.

Des résidents affluent devant le petit bâtiment administratif de Longlaketon.

La municipalité rurale de Longlaketon se situe à environ 80 kilomètres au nord de Regina.

Photo : Radio-Canada

L’entreprise a soumis le 28 mai, pour la deuxième fois, un plan de consultation de la communauté au ministère de l’Environnement de la Saskatchewan. Celui-ci indique, pour sa part, qu'il doit encore examiner ce contenu avant de pouvoir accorder une éventuelle approbation au projet.

Cela fait longtemps que nous travaillons sur ce projet et nous avons beaucoup investi, dans le projet de mine lui-même, mais aussi, dans l'établissement de liens solides avec la communauté et le conseil municipal.

Adam Cooke, chef de projet chez Yancoal Canada

Pas de problème du côté du parti de Scott Moe

De son côté, le Parti saskatchewanais confirme l’achat de 8 billets par l’entreprise Yancoal en vue du dîner du premier ministre Scott Moe.

« La façon dont l’entreprise Yancoal distribue les billets achetés lui appartient. Je m’attends à ce que la compagnie ait des politiques et des procédures à suivre entourant le lobbying et les conflits d’intérêts », précise Patrick Bundrock, directeur exécutif du Parti Saskatchewanais.

Patrick Bundrock espère que les municipalités possèdent également des règlements et un code d’éthique à suivre.

Refus de plusieurs élus municipaux

David Ritter, un des six conseillers municipaux de Longlaketon, a été informé de l’invitation. Il indique qu’il n’y donnera pas suite.

Je ne compte pas aller à ce dîner, en raison d’un éventuel conflit d’intérêts.

David Ritter, conseiller municipal de Longlaketon

Un autre conseiller de Longlaketon, qui a préféré garder l’anonymat, ne compte pas non plus se rendre au dîner du premier ministre Scott Moe.

Pour sa part, le professeur émérite d’histoire de l’Université de Regina, Stephen Kenny, relève la probité des conseillers municipaux.

« Ces conseillers agissent avec plus de sagesse et de bon sens que le directeur du parti saskatchewanais qui ne voit rien de problématique dans cette contribution », souligne le professeur.

Stephen Kenny au micro de Point du jour.

Stephen Kenny, observateur de la scène politique en Saskatchewan et ancien professeur d'histoire à l'Université de Regina

Photo : Radio-Canada

Un geste mal venu

Selon Stephen Kenny, s’il est permis pour le parti d’accepter une contribution de l’entreprise d’après la loi électorale de la Saskatchewan, le geste tombe très mal dans le contexte des restrictions de la Chine sur les importations du canola canadien. Par conséquent, le professeur estime que le parti devrait refuser cette contribution.

La province est extrêmement bousculée par les restrictions imposées par le gouvernement chinois sur le canola. Et maintenant, nous avons un petit exemple, assez flagrant, d’une filière d’une compagnie publique chinoise qui contribue aux coffres du parti saskatchewanais.

Stephen Kenny, professeur émérite d’histoire de l’Université de Regina

Aux yeux de Stephen Kenny, cet exemple démontre une fois de plus les failles dans le système de financement des partis politiques dans la province. Pour lui, la Saskatchewan devrait, au même titre que la Colombie-Britannique, revoir le financement de ses partis.

Avec les informations recueillies par Amélia MachHour.

Saskatchewan

Politique provinciale