•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il ne faut pas s'inquiéter de la maladie de Lyme

Photo non datée du U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

Les tiques à pattes noires sont actives dès que la neige fond et elles peuvent transmettre la maladie de Lyme.

Photo : The Associated Press / James Gathany

Radio-Canada

Les Québécois n'auraient que de 1 % à 3 % de risques de contracter la maladie de Lyme s'ils sont piqués par une tique à pattes noires, et ce, même dans les régions plus à risque comme l'Estrie, la Montérégie, le Centre-du-Québec et l'Outaouais.

C'est ce que révèle un rapport de l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) publié cette semaine.

Ça vient donner l'heure juste. D'un côté, des gens qui ont à s'inquiéter et à être particulièrement vigilants. C'est le cas en Estrie où ce n'est pas uniforme. On sait que dans les MRC de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska, le risque d'être infecté, une fois qu'on est piqué, est beaucoup plus élevé qu'ici à Sherbrooke où très peu de tiques sont porteuses de la bactérie. D'autre part, il y a des gens qui ont besoin d'être rassurés un peu plus. Quand j'entends qu'il y a des gens qui évitent de faire des marches en forêt à Sherbrooke, ça n'a absolument pas lieu d'être , soutient la directrice de la Santé publique en Estrie, la Dre Mélissa Généreux.

Un bilan des cas recensés en Estrie au cours de 2018 sera dévoilé la semaine prochaine. Si la Dre Généreux n'a pas voulu dévoiler les données exactes, elle avance néanmoins que la situation s'améliore. On a un certain plateau en ce moment qui peut s'expliquer par quelques hypothèses. Peut-être que les gens sont plus sensibilisés et au courant de ce qu'il faut faire une fois qu'on a été piqué. En moins de 24 heures, il faut retirer la tique adéquatement. Si c'est fait, vous n'avez pas à vous inquiéter. Le risque de contracter la maladie est pratiquement nul.

La Santé publique rappelle aux gens de s'examiner après une sortie en forêt par exemple.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !