•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Raptors peuvent remercier leur nouveau joueur étoile Pascal Siakam pour la victoire

Le joueur des Raptors Pascal Siakam bloque un tir du joueur des Warriors Draymond Green lors du premier match de la finale de la NBA.

Pascal Siakam s'est illustré lors du match en marquant 32 points.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Matthew Cullen

ANALYSE - Face à une équipe légendaire, les Raptors de Toronto n'ont été pas impressionnés par les joueurs ou la prestance des Warriors de Golden State, lors du premier match de la finale de la NBA.

Les Raptors ont remporté le match 118-109 contre l’une des meilleures équipes dans l’histoire de la NBA.

C’est la cinquième fois de suite que les Warriors se rendent en grande finale. Ils ont déjà remporté trois championnats, dont les deux derniers. C’est sans aucun doute une équipe qui est passera à l'histoire. Mais tout cela n’a pas impressionné les Raptors jeudi soir.

Pour la formation canadienne, le chemin vers la victoire a été différent de celui des matchs précédents, où Kawhi Leonard portait l’équipe sur ses épaules. Jeudi soir, Leonard a été bien surveillé par les Warriors – parfois par deux joueurs – qui l'ont empêché d'inscrire plus de 23 points.

Siakam en forme

Cela a laissé la place pour permettre au jeune camerounais Pascal Siakam d’élever son jeu. Il a fini le match avec 32 points, le plus important total dans sa carrière en série.

C’est incroyable, a déclaré l’entraîneur-chef des Raptors de Toronto, Nick Nurse, au sujet de Siakam. Il travaille très fort. Il s’engage jusqu’au bout pour s’améliorer. Il voulait vraiment trouver une place dans cette ligue.

Pascal Siakam réussit son panier malgré la couverture du joueur des Warriors de Golden State.

Pascal Siakam réussit son panier malgré la couverture du joueur des Warriors de Golden State.

Photo : Getty Images / Gregory Shamus

Ce qui rend le match de Siakam d’autant plus incroyable, c'est son passé. En grandissant au Cameroun, le joueur de 25 ans n’a pas été considéré comme un joueur qui avait le potentiel de jouer dans la NBA. Quand le président des Raptors l’a vu jouer, il y a sept ans, il n’a été pas convaincu.

C’est fou de penser au chemin que j’ai fait, a déclaré Pascal Siakam après le match. Je suis content parce que ça donne le courage à tous les Camerounais. On peut jouer en finales de la NBA.

Sans la belle performance de Siakam, le résultat aurait pu être bien différent pour les Raptors.

Où étaient les Warriors?

Les puissants Warriors ont déjà démontré la puissance de leur attaque lors de ces séries, surtout lorsqu'ils parvenaient à effectuer une remontée pour finalement défaire leurs adversaires. Cependant, les joueurs de Golden State n'ont pas pu faire leur habituel retour en force jeudi soir face aux Raptors.

Le joueur Stephen Curry a la tête dans son maillot lors du premier match de la finale de la NBA avec un joueur des Raptors en arrière.

La dernière fois que les Warriors avaient perdu le premier match d’une série était en 2016 (contre le Thunder d’Oklahoma City de Kevin Durant et Serge Ibaka).

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Les Raptors ont eu une excellente soirée en défense pour mener les Warriors en territoire inconnu, puisque c’est la première fois que l'équipe américaine perd son premier match de la série finale depuis que Steve Kerr est devenu entraîneur-chef.

Les Warriors avaient gagné les premiers matchs des quatre finales précédentes.

C’est dommage, a dit le joueur étoile des Warriors Stephen Curry. On perd 1-0 dans la série. Mais ce n’est pas la fin de monde. C’est une opportunité de prouver que nous sommes résilients.

Le deuxième match de la série se disputera dimanche soir à 20 h, à Toronto.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Basketball