•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix nouvelles réserves naturelles protégées à perpétuité au Québec

Coucher de soleil sur le lac Opasatica​.

La réserve de biodiversité Opasatica, au sud-ouest de Rouyn-Noranda, figure parmi les réserves dorénavant protégées à perpétuité.

Photo : Guillaume Rivest

Thomas Gerbet

Le gouvernement du Québec annoncera aujourd'hui l'octroi d'un statut permanent de protection à neuf réserves de biodiversité et à une réserve aquatique, a appris Radio-Canada. Ces milieux naturels d'une grande valeur écologique sont situés dans les régions du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de l'Abitibi-Témiscamingue et de la Côte-Nord.

Des forêts rares de l'Abitibi-Témiscamingue et des érablières à sucre parmi les plus nordiques du Québec sont dorénavant protégées de toute activité industrielle, qu'elle soit forestière, minière ou énergétique.

Le ministre de l'Environnement Benoit Charette proposera la protection à perpétuité de 3087 kilomètres carrés de milieux naturels, soit plus de six fois la superficie de l'île de Montréal.

Seules les activités récréotouristiques y sont autorisées, dont la chasse et la pêche.

Ces territoires bénéficiaient d'un statut de protection temporaire, parfois depuis plus de 10 ans, qui nécessitait d'être pérennisé.

Le but, c'est d'aller plus vite que les précédents gouvernements.

Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, en entrevue à Radio-Canada

Encore loin de l'objectif

Ces annonces ne font toutefois pas avancer le Québec vers son objectif de protéger 17 % des zones terrestres et d'eaux intérieures d'ici le 31 décembre 2020. En effet, les réserves écologiques projetées sont déjà incluses dans le calcul.

Aujourd'hui, la province est à 10,68 %. Pour augmenter ce chiffre, il faudra trouver de nouvelles aires à protéger.

« Le gouvernement du Québec met les bouchées doubles pour respecter les cibles d’ici 2020 », affirme le ministre de l'Environnement, en entrevue à Radio-Canada.

Benoit Charette affirme que le gouvernement travaille à établir de nouvelles réserves et pas seulement dans le nord du Québec. « Si on veut favoriser la biodiversité, dit le ministre, il faut avoir des étendues à la grandeur du territoire. »

L'objectif de 17 % d'aires protégées découle de la Convention sur la diversité biologique de l'ONU, signée par 195 pays. Comme le Québec, le Canada accuse du retard et figure même parmi les cancres de la planète. Même la Chine (17 %) et les États-Unis (13 %) font mieux.

Pour atteindre la cible, il faudrait ajouter près de 100 000 kilomètres carrés d'aires protégées.

Selon la Société pour la nature et les parcs (SNAP), il est encore tout à fait possible d'y arriver avant la fin 2020. La SNAP détermine 130 000 kilomètres carrés qui pourraient être protégés immédiatement au Québec.

Le Québec aura encore plus de difficultés à respecter un autre de ses engagements internationaux. La province s'est donné comme cible de protéger 10 % des aires marines d'ici 2020. Or, seulement 3,65 % du territoire marin est actuellement protégé.

La liste des nouvelles aires protégées à perpétuité

Carte des aires protégées au Saguenay-Lac-Saint-Jean.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carte des aires protégées au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo : MELCC

  • Réserve de biodiversité Akumunan (284,8 kilomètres carrés)
  • Réserve de biodiversité des Drumlins-du-Lac-Clérac (449,0 kilomètres carrés)
  • Réserve de biodiversité du Plateau-du-Lac-des-Huit-Chutes (102,7 kilomètres carrés)
  • Réserve de biodiversité des Buttes-et-Buttons-du-Lac-Panache (129,3 kilomètres carrés)
  • Réserve aquatique de la Vallée-de-la-Rivière-Marguerite (320,5 kilomètres carrés)
Carte des aires protégées en Abitibi-Témiscamingue.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carte des aires protégées en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : MELCC

  • Réserve de biodiversité Opasatica (334,4 kilomètres carrés)
  • Réserve de biodiversité Kakinwawigak (243,1 kilomètres carrés)
  • Réserve de biodiversité de la Moraine-d’Harricana (364,0 kilomètres carrés)
Carte des aires protégées sur la Côte-Nord.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carte des aires protégées sur la Côte-Nord.

Photo : MELCC

  • Réserve de biodiversité Katnukamat (533,0 kilomètres carrés)
  • Réserve de biodiversité des Méandres-de-la-Taitaipenistouc (326,5 kilomètres carrés)

Politique provinciale

Environnement