•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fausse infirmière démasquée à l’hôpital de Jonquière

Toutes les visites sont suspendues à l'hôpital de Jonquière

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une fausse infirmière travaillant à l'hôpital de Jonquière pendant 20 ans a été congédiée par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

La femme a berné son employeur, ses supérieurs et ses collègues en pratiquant le métier durant deux décennies sans posséder le permis de pratique nécessaire.

Elle a travaillé dans différents départements du centre hospitalier, dont celui de chirurgie. Il s’agit d’une histoire abracadabrante et sans précédent dans la région. L’affaire crée un malaise au CIUSSS.

C’est un cas de pratique illégale du titre d’infirmière. Notre enquête interne nous a amenés à nous rendre compte, effectivement, qu’il n’y avait pas de droit de pratique relié à cette dame-là. C’est une situation que nous avons prise très au sérieux. Pour nous, c’est préoccupant comme situation et nous ne faisons aucun compromis au niveau de la qualité des soins et des services.

Joëlle Savard, porte-parole du CIUSSS

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, la femme aurait notamment profité du fait qu’une infirmière d'un autre établissement de santé de la région porte le même nom qu’elle pour obtenir un numéro de permis auprès de l'Ordre des infirmières du Québec. Ce permis est nécessaire pour pratiquer la profession.

C'est à la suite de son inscription à une formation au printemps que quelqu'un se serait aperçu que le numéro d’identification utilisé ne correspondait pas à l’âge de la femme. Une vérification a aussitôt été amorcée. La fausse infirmière a été suspendue, puis congédiée au terme d’une enquête de quelques semaines.

Lorsque nous avons eu des doutes, nous avons retiré la dame de son milieu de travail le temps de l’enquête. Nous avons mis fin au lien d’emploi lorsque nous avons eu les conclusions de l’enquête, poursuit Joëlle Savard, porte-parole du CIUSSS.

La porte-parole parle de gestes « très graves » posés par « une dame habile qui a commis des gestes malhonnêtes dans le cadre de sa vie professionnelle ».

L’Ordre enquête

À l'Ordre des infirmières du Québec, on assure que ce genre de cas qui s'étalent sur des années est extrêmement rare.

Le syndic de l'Ordre mène son enquête, ce qui pourrait entraîner des pénalités financières. Il est toutefois impossible pour le président, Luc Mathieu, d'expliquer comment le stratagème a pu durer aussi longtemps.

Au CIUSSS, la possibilité de déposer des accusations criminelles liées à la production de faux documents et à l’usurpation d'identité n’est pas écartée. La direction dit avoir révisé le système de vérification des permis de pratique des infirmières afin que ce genre d’histoire ne se répète pas.

D'après le reportage de Denis Lapierre

Saguenay–Lac-St-Jean

Établissement de santé