•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Couronne exigera au moins 13 ans contre l'ex-révérend Philip Grandine pour la mort de sa femme

Philip Grandine lors de son procès en 2014.
Philip Grandine (à droite) avec son avocat Amit Thakore lors de son premier procès en 2014. Photo: CBC
Jean-Philippe Nadeau

L'audience sur la détermination de la peine à infliger au révérend déchu Philip Grandine a donné lieu à des témoignages émouvants jeudi au palais de justice de Toronto. La Couronne compte réclamer une peine de 13 à 15 ans de prison contre l'individu qui a été reconnu coupable en février d'homicide involontaire en lien avec la mort de sa femme enceinte en 2011. La victime, Anna Karissa Grandine, s'est noyée après avoir consommé les calmants que son mari lui avait donnés avant qu'elle ne prenne son bain.

Cliff McDowell, le doyen de l'église évangélique à laquelle appartenait M. Grandine avant son expulsion, a parlé au nom des parents de la victime à l'extérieur du tribunal après l'ajournement des audiences. Après deux procès, c'est une épreuve douloureuse pour la famille, mais nous souhaitons tous que justice soit enfin faite pour pouvoir tourner la page, dit-il.

Il s'agissait du second procès du Torontois de 32 ans qui avait été accusé du meurtre prémédité lors de son arrestation en 2012. La Cour d'appel de l'Ontario avait toutefois ordonné un nouveau procès après des irrégularités lors du premier qui s'était également conclu par un verdict d'homicide involontaire.

On voit une photo de Karissa Gandine.Karissa Gandine était enceinte de 20 semaines lorsqu'elle s'est noyée dans la baignoire de son domicile. Photo : Salon funéraire Humphrey

La Couronne compte réclamer une peine de 13 à 15 ans de prison contre Philip Grandine, dont la relation extra-conjugale ne faisait plus de doute. La procureure Donna Kellway rappelle qu'il avait fait des recherches sur le type de sédatifs (NDLR, lorazepam) qu'il avait donné à sa femme avant qu'elle ne prenne son bain le soir de sa mort, le 17 octobre 2011.

Cliff McDowell croit lui aussi à l'intention criminelle malgré le verdict d'homicide involontaire du jury. Il était infirmier de métier dans un foyer pour personnes âgées, il avait accès à l'infirmerie, laisse-t-il entendre à la presse.

Des membres de la congrégation ont d'ailleurs eu des mots très durs à l'endroit de Philip Grandine dans la matinée lors des déclarations sur l'impact que la mort de Karissa Grandine a eu sur leur vie. Certains ont toutefois été incapables de faire face au criminel à la barre des témoins, préférant lire leurs notes au lutrin des procureurs.

La mère de Karissa, Maria Darvin, a expliqué à la cour qu'elle se sentait coupable de ne pas avoir pu sauver sa fille de 29 ans et son premier petit enfant. Où était-il ce soir-là? J'aurais pu être là à sa place pour veiller sur elle, raconte-t-elle. Mme Darvin se souvient de sa dernière conversation qu'elle a eue avec sa fille quelques heures avant sa mort. Elle m'a dit qu'elle m'aimait, se souvient-elle en pleurs.

On voit Cliff McDowell en train de sortir du tribunal.Cliff McDowell est le doyen de l'Église baptiste Ennerdale de Toronto. Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Retenant lui aussi ses larmes à la barre, le doyen McDowell a notamment traité Philip Grandine de lâche pour avoir causé la mort de sa femme, qui était enceinte de 5 mois. Pour nous, chrétiens, ce sont deux vies qui ont été supprimées, vous avez jeté l'opprobre sur notre église par votre adultère.

M. McDowell l'accuse d'avoir terni l'image de son église, en provoquant les insultes et les messages haineux qui ont été adressés à l'institution sur les réseaux sociaux après la mort de Mme Grandine.

Je ressens encore la colère, l'humiliation et la trahison qu'elle a dû sentir en apprenant qu'il la trompait.

Cliff McDowell, doyen de l'Église baptiste Ennerdale

M. McDowell ajoute qu'il ne comprend pas les raisons pour lesquelles Karissa Grandine voulait rester mariée et rebâtir sa relation avec Philip, parce que cela prend deux individus pour qu'un mariage réussisse. Or, Karissa était seule dans ce couple, explique-t-il à la cour.

Des amis de Karissa Grandine ont ensuite vanté sa générosité, son altruisme et sa dévotion. Sa meilleure amie, Ciorsti MacIntyre, était inconsolable. Karissa avait une âme merveilleuse, son départ insensé a créé un vide en moi, mais je continuerai à chérir sa mémoire, dit-elle.

On voit une photo de famille de Philip Grandine et son épouse Karissa.L'ancien révérend Philip Grandine et son épouse Karissa en des temps plus heureux. Photo : Photo de famille

D'autres amis ont dit avoir perdu confiance en leur foi après avoir été trahis. Qui croire d'autre, lorsqu'un homme de Dieu commet un tel crime contre sa femme? s'interroge Robert Steeves assis dans un fauteuil roulant.

Le révérend Philip Grandine m'a trompé, je n'ai plus confiance en quiconque.

Robert Steeves, ami de la victime

M. Steeves précise qu'il se sent abandonné et qu'il ne reconnaît plus le révérend qu'il a connu. Il ajoute qu'il se sent même comme un paranoïaque lorsqu'il assiste à la messe du dimanche dans l'église où Grandine servait l'office. J'aurais peur de me retrouver seul en sa présence, précise-t-il.

D'autres proches de la victime ont enfin fait lire leurs messages de sollicitude à l'endroit de Mme Darvin aux procureurs, soit parce qu'ils étaient trop émus pour les lire eux-mêmes, soit parce qu'ils étaient restés aux Philippines d'où la victime était originaire.

Cour supérieure de justice de l'Ontario au centre-ville de TorontoLe palais de justice au centre-ville de Toronto. Photo : CBC

La défense compte demander une peine maximale de deux ans. L'avocat de Grandine, Amit Thakore, qui avait évoqué l'accident ou le suicide lors du procès, souligne que la victime a volontairement accepté les cachets que son mari lui avait procurés.

Philip Grandine qui a été libéré sous caution à son arrestation est soumis à des conditions strictes de remise en liberté. Il vit notamment chez ses parents.

L'audience sur la détermination de la peine reprendra en septembre.

Crimes et délits

Justice et faits divers