•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Gîte Loiselle : l'histoire d'un conte de fée

Le Gîte Loiselle à Trois-Rivières.

Le Gîte Loiselle à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Guylain Côté

Marie-Ève Trudel

Recevoir, c'est un bonheur quotidien pour Liette Genest et Mario Houle, qui opèrent le Gîte Loiselle de Trois-Rivières depuis plus de 10 ans. Pour eux, le plaisir est plus grand lorsqu'il est partagé. Les propriétaires, très unis, soulignaient d'ailleurs 37 ans de mariage le jour où ils nous ont ouvert les portes de leur cocon de la rue des Ursulines.

L’effet « wow »

On est tombé en amour avec la maison et avec le lieu, s’exclame Liette Genest.

La première fois qu’ils ont mis les pieds au Gîte Loiselle, le charme a opéré. Il a même fallu cacher un peu l’enthousiasme, confie la propriétaire à la blague, question de ne pas faire surenchérir la vente. Ça a fait wow! Mais il ne fallait pas trop que ça fasse wow!

Le salon du Gîte Loiselle.

Le salon du Gîte Loiselle.

Photo : Radio-Canada / Guylain Côté

Il faut dire qu’ils ont bien failli passer à côté de l'opportunité d’achat. À trois reprises par le passé, ils ont marché sur la rue des Ursulines et se plaisaient à s’imaginer tenanciers du gîte. La troisième fois, ils ont voulu sonner à la porte pour manifester leur intérêt… sait-on jamais? Et si les propriétaires se montraient intéressés à leur remettre les clés du gîte? Mais ils se sont ravisés au pas de la porte. Je me suis dit qu’on ne pouvait pas faire ça, raconte Liette Genest.

Un jour où ils étaient dans le bureau de leur courtier Denis Colbert à finaliser une autre offre d’achat pour concrétiser leur rêve d’avoir un gîte, ce dernier leur a dit une chose qui allait tout changer : Je connais un gîte clé en main à Trois-Rivières qui est à vendre, mais qui n’est pas annoncé. Dommage, je vous aurais bien vu... au Gîte Loiselle.

Liette Genest et Mario Houle n’ont fait ni une ni deux et sont aussitôt allés, accompagnés de leur courtier, à la rencontre du propriétaire, Jean Loiselle.

Ils étaient déjà séduits par l’extérieur de la maison, de style néoclassique, et l’ont été encore davantage par la décoration intérieure, qui renvoie à l’ère victorienne.

La maison a quatre étages… et les quatre étages, c’est magnifique!

Liette Genest, copropriétaire du Gîte Loiselle
L'une des chambres du Gîte Loiselle.

L'une des chambres du Gîte Loiselle.

Photo : Radio-Canada / Guylain Côté

Toutes les chambres se trouvent à l'étage.

Toutes les chambres se trouvent à l'étage.

Photo : Radio-Canada / Guylain Côté

En rentrant, ce qui nous a marqué le plus, c’est que c’est paisible la maison. La maison est sourde, les plafonds sont hauts, donc c’est une maison très calme, dit Mario Houle.

Quelques jours plus tard, le 31 mars 2009, tout était conclu. Ils ont acheté le gîte clé en main. La grande demeure, meublée par Jean Loiselle et Michelle Maillot, a été laissée comme telle aux nouveaux propriétaires. Liette Genest et Mario Houle ne sont arrivés qu’avec leurs valises.

L’aventure pouvait commencer… ou presque. Légalement, le processus d’achat de l’autre propriété qu’ils avaient dans la mire était trop avancé pour qu’ils puissent reculer. Ils ont donc finalisé l’achat et l’ont aussitôt remise en vente. Elle a trouvé preneur peu de temps après. Enfin, le vrai conte de fée pouvait commencer.

C'est en vacances avec leurs deux enfants que l'idée d'avoir un gîte a pris forme pour Mario Houle et Liette Genest.

C'est en vacances avec leurs deux enfants que l'idée d'avoir un gîte a pris forme pour Mario Houle et Liette Genest.

Photo : Gracieuseté Liette Genest / Mario Houle

Un peu d’histoire

Liette Genest et Mario Houle sont les cinquièmes propriétaires de la maison construite vers 1875 par P.A. Gouin, marchand de quincaillerie.

La maison a survécu à l’incendie de Trois-Rivières en 1908. Elle a été épargnée, dit Mario Houle. Les gens du secteur nous ont raconté que les Ursulines ont tellement prié pour ne pas que tout passe au feu qu’elles ont été exaucées, ajoute Liette Genest.

La vocation de gîte est arrivée dans les années 1990. L’entrepreneur Jean Loiselle et sa femme Michelle Maillot ont acheté la maison en 1992 et ont fini de la rénover en 1995.

Ce sont des maisons chaleureuses, qui ont de l’âme, qui ont de l’histoire… Ce sont des maisons qui ont du vécu.

Liette Genest, copropriétaire du Gîte Loiselle

L’art mis en valeur

Dans les quatre chambres et dans l’appartement du sous-sol, tout est impeccable. Rien ne retrousse.

Pareillement dans les espaces réservés aux hôtes, dont la cuisine. D’ailleurs, Liette Genest nous explique qu’il n’est pas rare que les invités, fascinés par le style de la maison, demandent à voir la pièce lumineuse et invitante, au milieu de laquelle trône le buste d’Albert Consort, mari de la reine Victoria. Comme la maison est victorienne, Albert vient finir la décoration!

Mario Houle et Liette Genest dans leur cuisine.

Mario Houle et Liette Genest dans leur cuisine.

Photo : Radio-Canada / Guylain Côté

Des tableaux ornent les murs de la grande maison. Les artistes-peintres Robert Roy et Céline Veillette y laissent des oeuvres en consignation.

L'une des oeuvres de Robert Roy. Celle-ci a été faite sur mesure et représente la famille des propriétaires à la cabane à sucre.

L'une des oeuvres de Robert Roy. Celle-ci a été faite sur mesure et représente la famille des propriétaires à la cabane à sucre.

Photo : Radio-Canada / Guylain Côté

Certaines oeuvres sont signées Liette Genest. La propriétaire profite de ses temps libres pour sortir les pinceaux et laisser place à la créativité. Son atelier se trouve à l’étage, avec les chambres.

Faire le plein d’histoires

En étant en plein coeur du quartier historique, le Gîte Loiselle devient un repère paisible, coquet et typique pour des touristes venus des quatre coins du globe.

Faut aimer le monde évidemment. Moi j’aime servir, j’aime la visite!, s’exclame Liette Genest.

Liette Genest apprécie le côté chaleureux de la maison.

Liette Genest apprécie le côté chaleureux de la maison.

Photo : Radio-Canada / Guylain Côté

Elle se sent privilégiée de recueillir les histoires, souvent très touchantes, des gens qui s’arrêtent au gîte et qui se livrent à cœur ouvert.

Elle aura toujours en mémoire le passage d’une femme âgée, une octogénaire de Paris qui venait voir son fils malade à Trois-Rivières pour la dernière fois.

Sur une note plus cocasse, les propriétaires se rappellent du passage d’un couple du Japon qui ne parlait ni anglais, ni français. Quand on arrive pour les petits déjeuners le matin, on ne pouvait pas se comprendre, relate Liette Genest. Je ne sais pas parler du tout le mandarin! On leur a servi un menu différent pour qu'ils puissent goûter à nos produits québécois. Ils avaient l'air bien heureux!

 Les propriétaires se plaisent à raconter l'histoire des lieux aux visiteurs.

Les propriétaires se plaisent à raconter l'histoire des lieux aux visiteurs.

Photo : Radio-Canada / Guylain Côté

Le choix de vendre

C’est le contact quotidien avec des touristes qui a mené les propriétaires à cultiver eux aussi le rêve de voyager.

On côtoie du monde qui voyage, qui voyage, qui voyage et qui raconte des voyages… Veux-veux pas, ils nous ont transmis ce goût-là! On serait prêts nous aussi à voyager, dit Liette Genest. On se donne un certain temps vu que c’est une maison spéciale, complète son mari.

Liette Genest est confiante que les prochains acheteurs poursuivront la vocation de gîte. La maison elle est faite pour ça, pour accueillir les gens!

Mauricie et Centre du Québec

Tourisme