•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport en commun : un fonds spécifique pour les villes de la taille de Québec?

Valérie Laplante, Régis Labeaume et François-Philippe Champagne assistent à une conférence de presse.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante (à gauche), et le maire de Québec, Régis Labeaume (au centre), réclament la création d’un fonds fédéral spécifique pour les projets de transport en commun des villes de taille moyenne.

Photo : Radio-Canada

Louis Gagné

Les municipalités canadiennes font front commun pour réclamer la création d'un fonds fédéral réservé aux projets de transport en commun des villes de taille plus modeste comme Québec, Gatineau ou encore Winnipeg.

Réunis à Québec, où se tient le congrès de la Fédération canadienne des municipalités, les maires des principales villes du pays ont présenté jeudi leurs demandes en vue des prochaines élections fédérales, prévues à l’automne.

Ils ont convenu que le système de financement actuel ne favorise pas la réalisation de projets de transport en commun à l’extérieur des trois métropoles canadiennes : Montréal, Toronto et Vancouver.

« Tout le monde est de bonne foi là-dedans, mais pour le prochain exercice, on va essayer de demander de faire deux fonds différents ou trouver un mécanisme pour qu'il y ait moins de difficultés pour les villes plus petites comme les nôtres », a indiqué le maire de Québec, Régis Labeaume.

Les métropoles avantagées

Présentement, les sommes contenues dans le Fonds pour les infrastructures du transport en commun sont distribuées en fonction de la population et de l’achalandage, un système qui avantage les grandes villes.

À titre d’exemple, près de 75 % de l’enveloppe de 5,2 milliards de dollars réservée au Québec ira à la grande région de Montréal, où est concentrée environ la moitié de la population québécoise. La somme accordée à la Ville de Québec pour financer son projet de réseau structurant de transport en commun, en revanche, ne pourra excéder 400 millions de dollars.

Ce qu'on dit, c’est oui, la priorité aux très grandes villes, mais essayez d'avoir un autre fonds à côté pour les villes qui sont aux alentours de 5 ou 600 000 personnes parce qu’un wagon de tramway, qu'il soit à Vancouver ou à Montréal ou à Québec, il coûte la même affaire.

Régis Labeaume, maire de Québec
Esquisse du réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec

La part du Fonds fédéral pour les infrastructures du transport en commun à laquelle Québec aura droit pour financer son projet de tramway ne pourra excéder 400 millions de dollars.

Photo : Ville de Québec

« Il faut penser à l’avenir »

Même si le système actuel favorise sa municipalité, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, appuie la création d’un fonds de financement pour « les projets des plus petites villes ou qui sortent du cadre d’achalandage ».

« C'est des demandes qu'on fait à tous les partis parce qu'on sait, justement, qu'il faut penser à l'avenir, pas juste à la question de l'achalandage actuellement, mais celle de l'avenir [également] », a déclaré Mme Plante.

En plus du financement des projets de transport en commun, les municipalités canadiennes réclament entre autres un financement accru pour le logement social. Elles souhaitent également obtenir le droit de percevoir directement la taxe sur l’essence.

Ottawa à l’écoute

De passage à Québec pour le congrès de la Fédération canadienne des municipalités, le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, n’a pas fermé la porte à la création d’un fonds distinct pour les villes intermédiaires.

« Nous, on est toujours prêt à écouter, parce qu’on est partenaires avec les villes pour faire plus […] et on sera toujours en mode solution », a-t-il indiqué.

Le ministre a toutefois rappelé que les critères actuels d’octroi du financement pour le transport collectif avaient été mis en place à la demande des municipalités et des provinces afin d’assurer un financement stable et prévisible à long terme.

« C’est pour ça qu’on est arrivé avec une formule qui parle d’achalandage et qui parle, évidemment, de population », a-t-il dit.

Le congrès annuel de la Fédération canadienne des municipalités se tient jusqu’à dimanche au Centre des congrès de Québec.

Avec la collaboration de Louise Boisvert et Pascal Poinlane

Transport en commun

Politique