•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vaches broutent pour contrer les feux de forêt

Des vaches dans un champ.

Le bétail pourrait être un outil supplémentaire pour aider à réduire le risque que font courir les feux de forêt aux communautés.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Benoit Clément
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des troupeaux de bétail vont bientôt contribuer à la réduction des risques d'incendie autour de certaines communautés de Colombie-Britannique, grâce à un nouveau projet pilote de pâturage ciblé.

Le directeur général de l’Association des éleveurs de bétail de la Colombie-Britannique, Kevin Boon, explique que l’idée est de transporter les vaches pour paître autour des communautés à risque, en prévision d’une saison des feux de forêt occupée.

« Les vaches vont manger l’herbe, les buissons, les tiges, qui pourraient servir de combustible pendant un feu de forêt », ajoute-t-il.

M. Boon note que le travail du bétail permettrait de créer une zone tampon entre les forêts et les habitations, ce qui donnerait aux pompiers un endroit à partir d’où ils peuvent travailler à combattre les flammes.

C’est ce que nos animaux font de toute façon. Mais, maintenant, les éleveurs peuvent, en plus, aider leur communauté.

Une citation de : Kevin Boon, directeur général, Association des éleveurs de bétail de Colombie-Britannique

Pas d’inconvénients

« Je ne vois pas d’inconvénients pour les habitants. Peut-être qu'ils entendront des meuh derrière leur clôture, plus près de leur maison? Mais je crois qu’ils vont comprendre », dit à la blague Kevin Boon.

La province a remis 500 000 $ à l’Association des éleveurs de bétail pour ce projet pilote. La ministre de l’Agriculture, Lana Popham, se dit enthousiaste de le voir à l’oeuvre.

« C’est un modèle plutôt inusité, et j’espère qu'il pourra permettre de protéger nos communautés tout en soutenant les éleveurs de bétail de la Colombie-Britannique », dit-elle dans un communiqué.

L’association doit toujours discuter avec le Service des incendies de la province, les municipalités et les communautés autochtones pour déterminer quelles sont les zones à risque où les troupeaux iront paître.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !