•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 résidences pour personnes âgées en grève pour de meilleurs salaires

Des travailleurs d'une résidence pour personnes âgées de Québec font partie des grévistes. Photo: Radio-Canada / Cimon Leblanc
Alain Rochefort

Les 950 travailleurs de dix résidences privées pour personnes âgées sont en grève pour trois jours.

Il s'agit principalement de préposés aux bénéficiaires, d'employés de cuisine et d'entretien et des infirmières auxiliaires.

Des travailleurs de Québec, Trois-Rivières, Montréal, Laval, Saint-Jean-sur-Richelieu et Saguenay, notamment, s’unissent dans leurs revendications qui concernent surtout les salaires, explique la présidente du Syndicat québécois des employés de services, Sylvie Nelson.

« Les salaires qui sont donnés dans ces résidences-là, c’est vraiment dérisoire. On parle en moyenne de 13 $ à 14 $ à l’embauche pour une préposée aux bénéficiaires », déplore-t-elle.

Nos demandes sont raisonnables, ce qu’on demande syndicalement, c’est 15 $ de l’heure à l’embauche et une augmentation minimale de 1 $ de l’heure à chaque année, pour les 3 prochaines années.

Sylvie Nelson, présidente du Syndicat québécois des employés de services

« Et on demande ça pour qui? Pour des gens qui prennent soin de vos parents à vous, de vos grands-parents à vous, qui donnent des soins intimes, qui les font manger, qui leur changent leur culotte d'incontinence, qui leur donnent des bains. Ça n'a pas de sens. C'est déraisonnable. Il faut que ça cesse », ajoute-t-elle.

D’autres moyens de pression ?

Les négociations se poursuivent et le syndicat, qui dispose d'un mandat de grève illimité, pourrait exercer d'autres moyens de pression si les pourparlers ne progressent pas à son goût.

Le Tribunal administratif du travail a statué mercredi sur les services essentiels qui devront être maintenus pendant ce débrayage.

Les 950 grévistes débrayent donc environ de 10 % à 20 % de leur temps de travail normal.

Leur contrat de travail est échu depuis le 31 décembre 2018.

Société