•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avortement : une femme de l’Î.-P.-É. dit être la cible de menaces

Becka Viau.

Becka Viau

Photo : Radio-Canada / CBC / Nicole Williams

Radio-Canada

Une femme de Charlottetown en faveur du droit à l'avortement se dit la cible de menaces après avoir réclamé la démission du chef intérimaire du Parti libéral de l'Île-du-Prince-Édouard.

Dimanche dernier, Robert Mitchell a pris part à un rassemblement contre le droit à l'avortement. Le lendemain, des citoyens ont lancé une pétition en ligne réclamant la démission de M. Mitchell, qui est chef par intérim du Parti libéral de l’Île-du-Prince-Édouard depuis la démission de Wade MacLauchlan.

Becka Viau, militante bien connue dans la province, a partagé la pétition sur les réseaux sociaux, ce qui lui a valu, dit-elle, des menaces contre elle-même et sa famille.

Elle affirme avoir reçu des appels téléphoniques anonymes qui, à son avis, proviendraient de plus d’une personne.

Des notes imprimées la qualifiant de meurtrière et lui disant de surveiller ses arrières ont été laissées, dit-elle, sur sa voiture, à sa résidence et près de son lieu de travail.

Becka Viau.

Becka Viau

Photo : Radio-Canada / CBC / Nicole Williams

Certains messages viseraient directement ses enfants. L'une de ses filles aurait trouvé une de ces notes sur la pelouse devant le domicile familial.

Nous savons que tu travailles ici, meurtrière et Tu ferais mieux de surveiller tes enfants font partie des messages imprimés que Mme Viau affirme avoir reçus.

Elle n’a pas participé mardi à un rassemblement exigeant la démission de Robert Mitchell, car elle dit craindre pour sa sécurité et celle de ses enfants.

Becka Viau a porté plainte à la police de Charlottetown, qui confirme qu'une enquête est en cours.

Pour sa part, Robert Mitchell admet réfléchir à son avenir politique.

Sur Twitter, le député de Charlottetown et ancien ministre de la Santé a écrit lundi qu'il appuie le droit d’une femme à choisir et a rappelé avoir fait partie du cabinet d’un gouvernement libéral qui a redonné aux femmes de l’Île-du-Prince-Édouard accès à l’avortement pour la première fois en 35 ans.

M. Mitchell soutient avoir participé à un rassemblement contre le droit à l’avortement seulement parce qu'il s'est engagé à être à l'écoute de tous les citoyens. Il dit avoir reçu une invitation à participer au rassemblement d'un groupe pro-choix la fin de semaine prochaine et qu'il a l'intention d'y assister.

Avec les renseignements de François Pierre Dufault et Nicole Williams, CBC

Île-du-Prince-Édouard

Avortement