•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yves Lévesque officiellement candidat chez les conservateurs

Yves Lévesque lors du dévoilement de sa candidature pour le Parti conservateur du Canada.

Yves Lévesque lors du dévoilement de sa candidature pour le Parti conservateur du Canada.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-Onge

Marie-Ève Trudel

Après avoir laissé planer le mystère, l'ex-maire Yves Lévesque a fait le grand saut jeudi soir. Il est devenu le candidat du Parti conservateur du Canada (PCC) dans Trois-Rivières en vue des élections fédérales d'octobre 2019.

C'est une ville dont on est fier et il faut continuer à la bâtir.

Yves Lévesque, candidat du PCC dans Trois-Rivières

L'annonce du 65e candidat du PCC au Québec s'est faite au Complexe Laviolette en présence du chef, Andrew Scheer, et du lieutenant politique pour la province, Alain Rayes, qui ont décrit Yves Lévesque comme un homme d'action.

Après une première carrière comme officier et capitaine de bateau, Yves Lévesque a fait sa marque [comme maire], a dit Andrew Scheer. Yves a contribué au progrès et à la prospérité de Trois-Rivières, a-t-il ajouté.

Yves Lévesque rencontre les partisans lors de l'annonce de sa candidature aux côtés du chef Andrew Scheer et du député Alain Rayes.

Yves Lévesque rencontre les partisans lors de l'annonce de sa candidature aux côtés du chef Andrew Scheer et du député Alain Rayes.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-Onge

« Ça m'a fait mal de quitter cette ville. Vous savez, j'ai été capitaine de bateau, ce n'est pas toujours le beau temps, la politique, a dit Yves Lévesque. J'ai fermé tous les systèmes de communication pendant 7 ou 8 mois », a rappelé celui qui a démissionné de ses fonctions de maire en décembre dernier.

En fin de discours, le candidat a appelé Yvan Toutant, qui a perdu son poste à la Ville de Trois-Rivières, à venir le rejoindre sur scène. Tu étais un porte-parole important pour la Ville de Trois-Rivières et tu seras un porte-parole important pour le Parti conservateur, a-t-il dit.

L'annonce s'est déroulée sous une présence policière. Une dizaine d'opposants au Parti conservateur s'étaient rassemblés devant l'entrée du Complexe Laviolette.

Le portrait se précise dans Trois-Rivières

Yves Lévesque affrontera notamment le néo-démocrate Robert Aubin, qui occupe le siège depuis 2011. L'élu a déjà annoncé son intention de se représenter. Son assemblée d'investiture aura lieu samedi.

Selon toute vraisemblance, la conseillère municipale Valérie Renaud-Martin sera également de la course dans l'équipe libérale. L'annonce doit avoir lieu prochainement.

Un long flirt avec le PCC

Yves Lévesque n'a pas caché ses intentions au cours des dernières années de se lancer en politique fédérale sous la bannière conservatrice. Il y a un an, le chef du clan conservateur avait pour sa part laissé entendre qu’une éventuelle candidature d’Yves Lévesque serait « un bon coup ».

L'homme politique souhaite être élu à Ottawa, notamment pour faire avancer les dossiers du train à grande fréquence et des vols commerciaux à l'aéroport de Trois-Rivières.

Une démission qui a fait grand bruit

L'annonce du départ d'Yves Lévesque à la tête de la Ville de Trois-Rivières le 27 décembre dernier a créé une onde de choc. Il a quitté son poste de maire pour des raisons de santé, après 24 ans de politique municipale.

Près de quatre mois après sa démission, en avril, il avait déclaré qu'il se portait mieux et qu'il songeait sérieusement à se présenter aux prochaines élections fédérales.

Entre-temps, en février, Yves Lévesque a participé à une audience de la Commission municipale du Québec pour toucher ses allocations de transition et de départ qui totalisent près de 250 000 $.

La CMQ lui a accordé les allocations, jugeant que sa démission était justifiée.

Questionné à ce sujet après avoir passé plusieurs mois loin de la vie publique, Yves Lévesque s'est engagé à renoncer à son indemnité de départ s'il est élu au scrutin du 21 octobre prochain.

Avec la collaboration de Sébastien St-Onge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Politique fédérale