•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump annonce des tarifs douaniers sur tous les produits mexicains

Le président américain tient mordicus à construire son mur à la frontière avec le Mexique. On le voit ici dans a ville frontalière de Calexico, en Californie, le 5 avril dernier.

Le président américain tient mordicus à construire son mur à la frontière avec le Mexique. On le voit ici dans la ville frontalière de Calexico, en Californie, le 5 avril dernier.

Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Radio-Canada

Donald Trump a annoncé jeudi que les États-Unis prélèveraient à partir du 10 juin des droits de douane de 5 % sur tous les produits importés du Mexique et que ces taxes seraient relevées tant que le flux de migrants clandestins venus d'Amérique centrale en traversant le Mexique ne sera pas stoppé.

« Les droits de douane vont progressivement augmenter jusqu'à ce que le problème d'immigration illégale soit résolu », auquel cas ces tarifs douaniers seront alors supprimés, a déclaré le président des États-Unis sur Twitter.

Dans un communiqué transmis par la Maison-Blanche, il précise que son administration relèvera les droits de douane à 10 % au 1er juillet et continuera de les augmenter chaque mois jusqu'à ce qu'ils atteignent 25 % au 1er octobre prochain.

Des droits de douane de 25 % resteront alors en vigueur tant que le Mexique n'aura pas « stoppé considérablement » le flux de migrants arrivant à la frontière avec les États-Unis, ajoute-t-il.

À Mexico, le ministère des Affaires étrangères a dénoncé une mesure injustifiée, inattendue et « très extrême ».

Cela serait un « désastre » si Donald Trump venait effectivement à mettre en œuvre sa menace, a déclaré le ministre adjoint des Affaires étrangères, Jesus Seade.

Il a ajouté que Mexico privilégiait la conclusion d'un accord commercial, mais était prêt à répondre « avec fermeté ».

« La coopération passive du Mexique dans cette intrusion de masse présente une urgence et une menace extraordinaire à la sécurité nationale et à l'économie des États-Unis », déclare le président américain dans le communiqué.

« Le Mexique a des lois très strictes en matière d'immigration et pourrait facilement stopper le flux de migrants clandestins, notamment en les renvoyant dans leurs pays d'origine », ajoute-t-il.

« Spectaculaire »

Le président avait promis, jeudi matin, de faire une annonce « spectaculaire » sur la question du mur qu'il entend construire à la frontière mexicaine.

Peu de temps avant le tweet présidentiel publié jeudi à 19 h 37, des détails avaient commencé à filtrer sur cette annonce « spectaculaire » à la suite de révélations sous le couvert de l'anonymat faites par trois responsables de l’administration américaine au Washington Post.

Certains employés de la Maison-Blanche ont tout tenté afin de dissuader le président de mettre en place cette mesure, écrivait le quotidien. Ces employés ont fait valoir qu'une telle menace ébranlerait les marchés financiers et pourrait mettre en péril l'adoption de l'Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

Selon un haut fonctionnaire de l’administration, toutefois, ces employés avaient peu de chance de succès puisque, a-t-il indiqué au Post, une grande majorité de l’administration serait d’accord avec la mesure du président.

Une femme proteste contre les migrants devant un refuge à Deming, au Nouveau-Mexique, lundi.

Une femme proteste contre les migrants devant un refuge à Deming, au Nouveau-Mexique, lundi.

Photo : Reuters / Adria Malcolm

Jeudi, la Maison-Blanche a envoyé une première version de l’ACEUM au Congrès afin d'accélérer son adoption. L'accord vise à réduire le type de tarifs que le président menace maintenant d'imposer si le Mexique n'agit pas au sujet du flux de migrants.

On ne sait pas si Trump pourrait imposer avec succès de nouveaux tarifs selon les termes de l'ACEUM dans l'attente de l'approbation du Congrès. L'accord vise à limiter les droits de douane et les barrières commerciales entre les États-Unis, le Mexique et le Canada.

Donald Trump, président des États-Unis
Avec les informations de Washington Post, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International