•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : des sinistrés accusent Québec de les mettre « dans une position insoutenable »

L'eau recouvre complètement les terrains de plusieurs maisons.

La crue de la rivière des Outaouais a causé beaucoup de dommages à Rigaud ce printemps.

Photo : Radio-Canada / Pascal Robidas

Radio-Canada

Alors que des sinistrés des inondations de Sainte-Marthe-sur-le-Lac se sont présenté mardi à l'Assemblée nationale pour demander à Québec un programme d'indemnisation qui réponde mieux à leurs besoins, neuf des municipalités de la MRC de Vaudreuil-Soulanges ont pour leur part publié une lettre ouverte pour réclamer la même chose au gouvernement. Ces dernières ont finalement obtenu une rencontre avec la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Les neuf municipalités de Vaudreuil-Soulanges sollicitent également le gouvernement fédéral pour qu’il tienne sa promesse d’envoyer les Forces armées pour aider les municipalités à se remettre des inondations et qu’il étende cette aide aux citoyens.

Dans leur lettre, intitulée « Inondations 2019 : Les caméras se retirent… le gouvernement aussi », les maires des municipalités de Pointe-Fortune, Rigaud, Hudson, Vaudreuil-Dorion, Vaudreuil-sur-le-Lac, L'Île-Cadieux, Terrasse-Vaudreuil, L'Île-Perrot et Pincourt interpellent les premiers ministres du Canada et du Québec pour leur rappeler que « les sinistrés et les municipalités ont toujours besoin de l'appui de leurs gouvernements » qui « semblent insensibles » à leurs requêtes.

Les maires demandent d’abord au gouvernement de François Legault s’il compte prendre en charge la totalité des frais liés à l’hébergement des sinistrés, comme l'avait fait le gouvernement libéral en 2017.

Ils accusent Québec de les mettre « dans une position insoutenable » en « s’engageant auprès des municipalités sur des périodes de 15 jours en 15 jours ». Ils affirment que cette façon de faire oblige certaines municipalités à « diminuer l'aide alimentaire et revoir l'hébergement des sinistrés ».

Les municipalités déplorent ensuite le manque de communication provenant du gouvernement, « puisqu'il ne leur transmet pas la même information et oublie de communiquer avec certaines d'entre elles ». Elles regrettent également que peu de services soient offerts aux sinistrés eux-mêmes, notamment parce qu’« aucune consultation publique ne sera tenue ».

Selon Michel Bourdeau, maire de Terrasse-Vaudreuil, cela fait trois semaines qu’aucune communication n’a eu lieu entre les municipalités sinistrées et Québec.

Depuis trois semaines, c’est silence radio. On pose des questions, on n’a aucune réponse. La série de questions qu’on a posées dans la lettre ouverte, on attend encore des réponses de ça.

Michel Bourdeau, maire de Terrasse-Vaudreuil

M. Bourdeau affirme que les coûts d’hébergement qui sont imposés aux municipalités sont énormes, en raison de leur budget limité, et parce qu’elles doivent acquitter la totalité des factures envoyées par la Croix-Rouge avant de recevoir le remboursement gouvernemental, qui va de « 75 % à 85 %, selon la municipalité ».

« Une municipalité comme Terrasse-Vaudreuil, elle a 2,5 millions de budget. Si j’ai une facture à payer de 40 000 $ ou 50 000 $, c’est sûr que je n’aurai pas le choix d’augmenter les taxes », commente-t-il.

Le maire Bourdeau souligne qu’il attend « du concret » de la rencontre avec la ministre Guilbault, prévue jeudi midi.

Hommes, femmes et enfants entourent Christine Saint-Pierre.

Des sinistrés de Sainte-Marthe-sur-le-Lac venus réclamer des indemnisations mieux adaptées à leur situation ont été accueillis à l'Assemblée nationale par la porte-parole du Parti libéral en matière de sécurité publique, Christine Saint-Pierre.

Photo : Radio-Canada

Où sont les Forces armées canadiennes?

Par ailleurs, la lettre ouverte des neuf des municipalités de la MRC de Vaudreuil-Soulanges demande « où sont les Forces armées canadiennes? ». La missive souligne que, malgré les promesses faites par le gouvernement du Canada de fournir de l'aide militaire aux municipalités de Vaudreuil-Soulanges, ces dernières attendent toujours.

Les maires réclament de plus que, lors de leur passage, les soldats puissent aider directement les sinistrés, « épuisés mentalement et physiquement », et qu’ils ne travaillent pas seulement au rétablissement des infrastructures municipales.

« L’armée n’a pas le droit d’aller sur les terrains des citoyens. Mais c’est les citoyens qui ont besoin d’aide. Il faut absolument que l’armée puisse aller chez les citoyens pour pouvoir enlever les sacs de sable », explique le maire Michel Bourdeau.

Politique provinciale

Politique