•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une garderie en pleine nature ouvrira ses portes à Saguenay

Un enfant devant un terrain boisé au parc de la Colline

La Garderie Nature, un milieu de garde dédié au jeu libre et actif à l’extérieur, ouvrira ses portes en octobre.

Photo : Radio-Canada / Catherine Dib

Catherine Dib

Le projet de garderie en plein air à Chicoutimi-Nord se concrétise peu à peu. La construction a commencé il y a quelques semaines et l'ouverture de la garderie est prévue pour le mois d'octobre.

Le principe de cette garderie privée est de favoriser le contact avec la nature par le biais de jeux libres. Beau temps, mauvais temps, les tout-petits pourront donc découvrir les ruisseaux, les boisés, les plantes et les insectes qui peuplent le parc de la Colline.

Un mur transporté sur un chantier.

La construction de la garderie a commencé en mai, près d'un terrain boisé à Chicoutimi-Nord.

Photo : Radio-Canada / Catherine Dib

L'espace où la garderie sera construite est présentement un chantier au bord d'un terrain boisé. Symbole fort de l'établissement : un arbre trônera au milieu de la garderie, plus précisément un bouleau écorcé et séché.

J'ai toujours dit qu'il va y avoir un arbre à l'intérieur de cette garderie. Vraiment avoir nos racines et le déploiement vers le haut. Être bien enraciné mais aussi tout le sentiment de liberté , explique l'instigatrice de Garderie Nature, Karine Gravel.

Un homme en train d'installer un arbre.

Pour le moment, la garderie n'est qu'un chantier, mais une grande partie de la structure est déjà en place.

Photo : Radio-Canada / Catherine Dib

Le service de garde autrement

Karine Gravel, mère de deux enfantse et amatrice de plein air, rêve de ce projet depuis longtemps. C'est la lecture d'un article sur les garderies scandinaves qui a fait germer l'idée dans son esprit.

J'avais vu des petits gars et des petites filles de trois ans avec un petit sac à dos qui vont tous les jours en forêt. Ç'a été un déclic qui ne m'a jamais lâchée, raconte la fondatrice de Garderie Nature avec beaucoup de passion.

La promotrice de la garderie nature

Le projet de garderie en plein air à Chicoutimi-Nord avance peu à peu.

Photo : Radio-Canada / Catherine Dib

Elle raconte qu'elle a vécu un choc lorsqu'elle a inscrit son enfant à la garderie, ce qui l'a poussée à réfléchir à un autre modèle de garde.

Les garderies traditionnelles ne me convenaient pas car mon enfant était trop à l'intérieur. Il y avait beaucoup de plastique, de stimuli et de couleurs, se souvient-elle.

Vers une éducation plus naturelle

Selon Karine Gravel, le jeu libre en pleine nature apporte beaucoup de bienfaits aux tout-petits. Elle estime que plusieurs maux qui frappent les enfants, tels que l'obésité ou encore la sédentarité, pourraient être évités par une vie active à l'extérieur.

Lorsqu'un enfant est dehors, il est doublement actif, il est toujours en train de bouger, il est toujours en éveil, explique celle qui a lu beaucoup sur le sujet.

Un enfant et une éducatrice qui observent la nature

Les preuves des bienfaits d’un contact soutenu avec la nature sur le développement des enfants ne sont plus à faire, selon la fondatrice de Garderie Nature.

Photo : Radio-Canada

L'apprentissage est aussi différent, grâce au contact avec la nature.

On n'apprend pas qu'une pomme c'est rouge dans un livre, mais on touche une pomme ou une fleur avec les sensations et les odeurs. Ça ancre les apprentissages, précise Karine Gravel.

Avec tous les problèmes environnementaux auxquels vont faire face nos enfants, comment on les prépare? Ça va être leur quotidien.

Karine Gravel, fondatrice de Garderie Nature

Elle croit que les 14 éducatrices de la garderie auront peu de discipline à faire, car la nature favoriserait aussi l'entraide et l'harmonie.

On va être en observation et en accompagnement. Mais je pense que le but premier, c'est de laisser l'enfant découvrir son environnement avec ses capacités et nous on est là en soutien, explique l'éducatrice de Garderie Nature, Audrey McLean.

Les enfants pourront dîner dehors et même faire la sieste dans le parc si la température le permet.

Les familles au coeur du projet

Le concept a suscité beaucoup d'intérêt auprès des familles de la région. Soixante-quinze enfants sont déjà inscrits à la garderie et plusieurs autres sont sur une liste d'attente. De nombreux parents sont d'ailleurs déjà impliqués dans ce projet.

Une famille devant un chantier

Vicky Gauthier a déjà l'impression de faire partie d'une communauté avant même l'ouverture de la garderie.

Photo : Radio-Canada

Vicky Gauthier, mère d'une fillette de trois ans, se dit heureuse d'avoir trouvé un endroit qui reflète ses valeurs communautaires et environnementales.

Ça allait vraiment avec nos valeurs aussi, qui sont de ne pas nécessairement envoyer ton enfant dans une place où il doit faire des activités où il n'est pas tout le temps sollicité, déclare-t-elle.

La philiosophie de la place est de laisser les enfants vivre leur enfance, finalement, pas de juste produire, produire, produire des dessins, produire des choses.

Vicky Gauthier

Le concept de la garderie a aussi intéressé des parents comme Paul-Henri Callens, qui estime que le plein air permet de responsabiliser les enfants à la notion de risque et de danger.

Dans notre société actuel, on a tendance à mettre nos limites nous-mêmes, souligne-t-il. L'environnement naturel permet aux enfants de faire leur propre test, d'établir eux-même leur propre limite dans un environnement permissif.

Saguenay–Lac-St-Jean

Éducation préscolaire