•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève de trois jours au Manoir Champlain

La façade du Manoir Champlain

Le Manoir Champlain est situé en plein coeur du centre-ville de l'arrondissement de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

Mélyssa Gagnon

Une grève de trois jours sera déclenchée au Manoir Champlain de Chicoutimi à minuit, mercredi.

Les 120 travailleurs membres du Syndicat québécois des employés de services (SQES) affilié à la FTQ ont voté à près de 99 % en faveur de ce débrayage lors d’une assemblée tenue le 9 mai dernier.

Les employés touchés par la grève sont des préposés aux bénéficiaires, aux cuisines et à l'entretien ménager, de même que des infirmières auxiliaires. Le mouvement de grève touche 1000 travailleurs regroupés dans 10 résidences privées pour personnes âgées du Québec.

Le Manoir Champlain, situé au centre-ville de Chicoutimi, accueille 450 résidents.

L’enjeu principal est le salaire des préposées aux bénéficiaires. Le syndicat réclame 15 $ l'heure au moment de l'embauche, ce qui représente une augmentation de près de 2 $ l’heure. Le salaire minimum, au Québec, se situe actuellement à 12,50 $.

Des hausses de 1 $ l'heure par année pour un contrat de trois ans sont aussi réclamées.

Le contrat de travail des employés est échu depuis le 27 janvier. Une première offre patronale a été rejetée massivement. Les parties syndicale et patronale ont tenu plusieurs séances de négociations au cours des derniers jours, mais elles n’ont pas réussi à s’entendre. Du point de vue syndical, la grève était inévitable.

Vendredi dernier il y avait une rencontre avec un conciliateur qui était nommé au dossier. On s’est échangé des idées, mais l’employeur n’a pas voulu déposer une nouvelle offre de peur qu'elle soit rejetée. On a donc décidé de passer par le processus de grève de trois jours. On est ouverts à la négociation, mais si l’employeur veut une entente de principe et qu’on puisse la signer, il va devoir mettre d’autre argent sur la table.

Annie Potvin, conseillère syndicale, FTQ

Services essentiels

Bien que le débrayage concerne des résidences privées, le Tribunal administratif du travail a dû déterminer si l’avis de grève était recevable en vertu de la Loi sur les services essentiels.

Annie Potvin en entrevue

Annie Potvin, conseillère au Syndicat québécois des employés de service (FTQ), représente les employés du Manoir Champlain.

Photo : Radio-Canada / Pascal Coudé

Dans un communiqué diffusé mercredi, le Tribunal a indiqué qu’il considère que trois résidences sur 11, dont le Manoir Champlain, ont fait la démonstration qu’elles peuvent dispenser les services de façon à assurer la santé et la sécurité des résidents. Dans le cas des autres résidences, le Syndicat a accepté les modifications proposées par le Tribunal afin de rendre des services essentiels jugés suffisants.

Les employés pourront faire la grève pendant l’équivalent de 20 % de leur temps de travail. Pour chaque heure travaillée, ils débraieront à l’extérieur pendant 12 minutes. Pour l’instant, il n’est question que d’une grève de trois jours, mais le débrayage pourrait se prolonger.

Le mandat est donné, mais on ne sait pas quand on pourrait déclencher la grève illimitée. Tout dépend des discussions qu’on aura avec l’employeur au cours des prochains jours, termine Annie Potvin.

Saguenay–Lac-St-Jean

Santé