•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y aura une enquête publique sur le décès de Rosalie Gagnon

Rosalie Gagnon.

Rosalie Gagnon a été retrouvée sans vie à Québec le 18 avril 2018.

Photo : SPVQ

La coroner en chef du Québec, Pascale Descary, a ordonné mercredi la tenue d'une enquête publique sur la mort de Rosalie Gagnon, cette fillette de 2 ans qui a été retrouvée assassinée sur le terrain d'une résidence de Québec en avril 2018.

La coroner Géhane Kamel a été désignée pour présider l’enquête. Elle sera assistée par Dave Kimpton, procureur aux enquêtes publiques. Ils tenteront de faire la lumière sur les causes probables et les circonstances du décès de la fillette.

L’annonce de la tenue d’une enquête publique survient une semaine après la publication de certaines conclusions de l’enquête menée par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ).

La coroner Géhane Kamel.

La coroner Géhane Kamel présidera l'enquête publique.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Les travaux de la CDPDJ ont révélé que les communications entre la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) et le centre d'hébergement où a séjourné la mère de l'enfant, Audrey Gagnon, étaient déficientes.

« L’enquête a effectivement démontré une incompréhension du rôle, du mandat et des attentes entre la DPJ et la maison d'hébergement, [ce qui] a occasionné des problèmes de collaboration et de transmission d'informations essentielles à la protection de cette enfant », avait déclaré la Commission.

Audrey Gagnon été accusée de meurtre au second degré et d'outrage à un cadavre. Son procès devrait commencer l’automne prochain.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.