•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rationnement des vaccins contre la rougeole alors que les cas confirmés augmentent

Une fiole du vaccin contre la rougeole.

Les pharmaciens et les médecins du Nouveau-Brunswick ne parviennent pas à obtenir des doses de vaccin contre la rougeole.

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Jean-Philippe Hughes

Deux nouveaux cas de rougeole ont été confirmés dans la région de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick mercredi, portant le total à 11 cas. Les autorités pressent la population à se faire vacciner, mais les vaccins sont rationnés par la Santé publique.

Les pharmacies et les séances de vaccination peinent à répondre à la demande croissante pour les vaccins contre la rougeole. Deux nouveaux cas de rougeole ont été confirmés à Saint-Jean mercredi. Les doses sont pour le moment gérées par la Santé publique.

Dans une situation d’éclosion de rougeole, nous avons accès aux doses dont on a besoin pour protéger ceux qui sont entrés en contact avec un cas diagnostiqué de rougeole, explique la médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell.

Les enfants à risque de la région de Saint-Jean, où il y a un foyer d’éclosion de rougeole, sont vaccinés en priorité dans les séances organisées par la Santé publique. Ailleurs dans la province, il est très difficile pour un adulte de mettre la main sur le vaccin.

On ne peut pas en avoir, on n'a pas accès aux vaccins, on a un stock pour les médecins, mais on n’a pas de stock pour les patients, explique le pharmacien Dennis Abud.

[C’est une] pénurie pour les gens qui veulent payer pour le vaccin, mais le gouvernement a leur stock de côté.

Dennis Abud, pharmacien
Dennis Abud est accroupi devant un réfrigérateur.

Le pharmacien Dennis Abud affirme que les fournisseurs du vaccin contre la rougeole ne peuvent pas lui en faire parvenir avant la mi-juillet.

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

En temps normal, les adultes qui désirent obtenir un vaccin contre la rougeole peuvent obtenir une dose auprès de leur médecin de famille, d’un pharmacien, ou lors de séances de vaccination. Ces options sont exclues pour le moment à l'extérieur de la région de Saint-Jean.

Un fournisseur a prévenu M. Abud que les délais pour obtenir le vaccin pourraient s’étirer jusqu’à la mi-juillet. On fait affaire avec différents fournisseurs à Montréal ou Halifax, on les a contactés pour en avoir, et tout simplement la réponse c’est non, on n’en a pas.

Un autre pharmacien du sud-est du Nouveau-Brunswick, Pierre LeBlanc, ne se rappelle pas d’une situation similaire en 40 ans de métier. Son épouse ne parvient pas à trouver des vaccins pour leurs petites-filles, des jumelles âgées de six semaines.

Les gens disent qu'on ne peut pas réserver un vaccin avant la journée même [de la vaccination], probablement parce qu'ils ne savent pas combien de temps on va en avoir, relate M. LeBlanc.

Dans la province, des médecins et des pharmaciens sont témoins de l’inquiétude croissante de la population. Les professionnels de la santé contactés mercredi affirment qu'ils font face à une demande plus forte qe d'habitude.

Priorité aux personnes en contact

Les professionnels de la santé se font néanmoins rassurants. La Dre Jennifer Russell explique que les infirmières de la Santé publique vont téléphoner à toutes les personnes qui sont entrées en contact avec des personnes infectées. C’est vraiment important qu’on le réserve à ces personnes, maintient la médecin-hygiéniste.

C’est vraiment important que les gens aient le vaccin dans les 72 heures après le contact avec une personne infectée.

Dre Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick
Jennifer Russell en entrevue devant un drapeau du Nouveau-Brunswick

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Jennifer Russell, assure que le rationnement des vaccins contre la rougeole relève d'un processus habituel.

Photo : Radio-Canada

Le vaccin contre la rougeole est gratuit pour les bébés et demeure disponible pour eux. Pour le reste de la population, la Santé publique met l'accent sur la vaccination des personnes vulnérables dans la région de Saint-Jean. Les personnes qui doutent de leur statut d’immunisation sont appelées à contacter leur médecin de famille.

Avec les informations de Catherine Allard

Nouveau-Brunswick

Vaccination