•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Juste pour rire et le Zoofest se réinventent dans l'inclusion et l'exploration

Le logo du Festival juste pour rire.
Juste pour rire veut miser sur l'inclusion Photo: http://www.hahaha.com/
Radio-Canada

Pour sa 37e année de festivités, Juste pour rire voulait se « contemporaniser » – le néologisme nous est offert par le vice-président aux contenus francophones du festival, Patrick Rozon. On mise sur un thème en particulier : l'inclusion.

L’année dernière en était une de transition, à la suite d’un automne marqué par l’affaire Gilbert Rozon et de la création du Grand Montréal comédie fest, initiée par une cinquantaine d’humoristes en réaction aux allégations d’agressions sexuelles visant le grand patron de Juste pour rire.

Le Festival Juste pour rire revient en force cette année avec une vision claire de ce qui formera son avenir. Et cela voudra dire rompre avec d’anciennes habitudes.

Avant, on faisait beaucoup franco, franco, franco, franco... franco blanc. C’était vraiment ça. Mais un moment donné, je me suis dit "Ce n’est plus ça, la vie, on s’en va ailleurs", a expliqué Patrick Rozon, en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle de l’émission Le 15-18.

On voulait avoir une vision d’inclusion, d’ouverture aux différentes communautés, bref, d’essayer de rassembler le plus de monde possible, mais autour d’un même thème, qui est le rire.

Patrick Rozon, vice-président aux contenus francophones du Festival Juste pour rire
Patrick RozonPatrick Rozon Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Plutôt que de verser dans les spectacles grand public, le mainstream, les organisateurs ont choisi plutôt de viser les niches.

Qu’est-ce que les jeunes aiment? Qu’est-ce que les gens plus âgés aiment? Aujourd’hui, les communautés haïtiennes tripent sur quoi, c’est qui les humoristes qui font rire ces gens-là?s’est demandé Patrick Rozon.

C’est pourquoi le festival propose le spectacle Juste pour ados, par exemple. Les organisateurs ont également invité des humoristes de divers horizons, pour les jumeler avec d’autres humoristes et ainsi créer des cocktails humoristiques inusités.

On est allés chercher des Aba and Preach, qui se sont ramassés avec Christine Morency. Et eux, ils vont chercher une communauté qui ne venait pas à Juste pour rire, qui ne se retrouvait pas à travers ça. Il a aussi mentionné un spectacle à venir, Extravaganza, avec Mado Lamotte, un show plus LGBTQ+, qui fait en sorte que cette gang-là va aller chercher cette clientèle-là, mais c’est aussi pour tout le monde.

Pour décloisonner encore plus le festival, on présente cette année de nombreux spectacles bilingues, voire trilingues, à l’extérieur et en salle. On mêle tout! s’est exclamé Patrick Rozon.

Pour moi, c’est ça le futur dans le monde événementiel, et Montréal est la meilleure plateforme pour aller chercher ça.

Patrick Rozon

Zoofest, un laboratoire sans limites

Depuis sa création, en 2009, le Zoofest, qui se déroule en parallèle du Festival Juste pour rire, vise à mettre en valeur la relève en humour, en plus d’être un lieu d’exploration pour les nouveaux humoristes comme les plus établis.

Et comme Juste pour rire vient déjà grappiller dans la relève pour diversifier sa programmation de 2019, le Zoofest va pouvoir aller plus que jamais dans le côté laboratoire, a expliqué Patrick Rozon.

Il a ajouté que des montants d’argent avaient été alloués à des artistes pour venir tester des nouvelles affaires, des nouveaux types de shows, des nouveaux shows concepts; des affaires que normalement à Juste pour rire on ne ferait pas.

Au Zoofest, on teste, on éclate tout, il n’y a pas de règles, s’est enthousiasmé M. Rozon.

Le Festival Juste pour rire aura lieu du 10 au 28 juillet, tandis que le Zoofest prendra place du 11 au 27 juillet 2019. La programmation complète des deux festivals n’a pas encore été dévoilée.

Humour

Arts