•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médicament pour la SLA trop cher pour le Québec

La ministre Danielle McCann en gros plan.

Danielle McCann assure que les négociations se poursuivent avec le producteur d'édaravone, un médicament qui ralentit la progression de la SLA

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

L'édaravone, un médicament permettant de ralentir l'évolution de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), est tout simplement trop dispendieux pour être offert aux Québécois selon la ministre de la Santé, Danielle McCann.

La Sherbrookoise Lisette Joyal, atteinte de la SLA, a payé le fort prix pour se procurer le médicament fabriqué au Japon. Même s’il a été approuvé par Santé Canada, il demeure impossible de se procurer l’édaravone au pays.

On parle de 62M$ pour des traitements de 3 ans pour un peu plus de 300 personnes. C’est très très cher, faut tenir compte de la capacité de payer des citoyens du Québec a déclaré cette semaine la ministre de la Santé, Danielle McCann.

La ministre soulève aussi qu’une évaluation de l’Institut national d'excellence en santé et services sociaux du Québec et une du Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés du Canada démontrent que la valeur thérapique n’est pas très élevée puisqu’elle ralentit la progression de la maladie sans toutefois la soigner. Un effet jugé trop faible comparativement au coût demandé par le fournisseur.

Danielle McCann soutient que ces patients demeurent importants pour son ministère et que les négociations se poursuivent avec le fournisseur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Maladie