•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD dénonce l'opération canadienne contre les migrants

Guy Caron parle, debout, dans la Chambre des communes.

Le député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques et porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière d'affaires étrangères, Guy Caron (archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Les députés néo-démocrates ont dénoncé, mercredi, le plan contre les migrants lancé par l'ancien gouvernement conservateur et maintenu par l'actuel gouvernement libéral. Comme l'a révélé une enquête de Radio-Canada le 21 mai, Ottawa s'est notamment associé à de présumés criminels et fournit de l'équipement de surveillance à des régimes corrompus.

Le plan, mis en place par le gouvernement de Stephen Harper en 2010 et qui se poursuit sous celui de Justin Trudeau, coûte près de 18 millions de dollars par année. La Stratégie canadienne de prévention du passage de clandestins avait initialement pour objectif de prévenir l’arrivée de bateaux de migrants au Canada. Elle a depuis été étendue aux voies terrestres et aériennes.

Dans un communiqué diffusé mercredi, le Nouveau Parti démocratique (NPD) juge que la lutte des libéraux et des conservateurs contre les migrants ternit la réputation des défenseurs des droits humains du Canada.

Alors que Justin Trudeau définit sa politique étrangère comme étant féministe, ambitieuse et faisant supposément preuve de leadership en matière de paix et de droits de la personne, la réalité est bien différente, a commenté le porte-parole du NPD en matière d'affaires étrangères, Guy Caron.

Ce rapport montre qu'en plus de suivre les terribles mécanismes mis en place par Stephen Harper en matière d'immigration, le premier ministre refuse d'expliquer les liens entre son gouvernement et le colonel qui a été poursuivi pour crimes contre l'humanité, a-t-il ajouté, faisant référence au colonel Moussa Tiégboro Camara, inculpé relativement à un massacre dans un stade en Guinée.

Le communiqué du NPD rappelle que le Canada est signataire du protocole des Nations unies contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer de 2004, qui vise à prévenir et à combattre le trafic illicite de migrants tout en respectant les droits des migrants.

Au lieu de dépenser des millions de dollars pour faire des alliances avec des criminels, nous devrions dépenser cet argent pour nous assurer que l'Agence des services frontaliers du Canada dispose des fonds dont elle a besoin pour faire son travail ici, au Canada, où nous pouvons assurer la transparence et la surveillance des opérations, a aussi indiqué Matthew Dubé, le porte-parole du NPD en matière de sécurité publique.

À la suite de la publication de l'enquête de Radio-Canada, la ministre fédérale des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, avait défendu les actions de son gouvernement.

C’est aussi important pour nous, un gouvernement progressiste, d’assurer aux Canadiens que le système est juste, qu’on contrôle les frontières, qu’on contrôle le système, avait réagi Mme Freeland.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale