•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral exhorte l'Ontario à soutenir l'usine Bombardier de Thunder Bay

Pancarte de l'usine Bombardier de Thunder Bay, en Ontario.

Les activités de l'usine de Bombardier de Thunder Bay seront considérablement réduites d'ici la fin de l'année 2019, si le constructeur ne reçoit pas davantage de contrats.

Photo : Radio-Canada / Caroline Bourdua

Radio-Canada

Dans une lettre datée du 24 mai adressée au ministre ontarien des Transports, Jeff Yurek, le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, encourage la province à soutenir les centaines d’emplois à risque à l’usine de Thunder Bay, où le travail régresse.

En avril, le constructeur indiquait que les activités de l’usine de Thunder Bay, qui emploie près de 1200 personnes, seraient réduites considérablement d’ici le quatrième trimestre de 2019.

Les fluctuations du nombre d’employés sont fréquentes dans les activités industrielles, où les exigences peuvent varier au cours de la période couverte par un contrat, mais sans travail additionnel à l’horizon, la viabilité de l’usine de Thunder Bay et les emplois qui y sont associés sont à risque en permanence, écrit le ministre Champagne.

Un homme portant un veston et une cravate regarde droit devant lui. Il est assis devant une vitre sur laquelle se trouve le logo de Radio-Canada.

Le ministre fédéral de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, exhorte le gouvernement ontarien à soutenir l'usine de Bombardier de Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement fédéral ne joue pas de rôle dans l’approvisionnement pour les projets dans lesquels nous investissons conjointement. Toutefois, je veux m’assurer que nos gouvernements respectifs travaillent conjointement afin de faire tout ce que nous pouvons pour soutenir les centaines d’emplois à risque à Thunder Bay.

Extrait de la lettre du ministre François-Philippe Champagne au ministre Jeff Yurek

Le président de la section locale 1075 d'Unifor, qui représente les employés de l'usine de Bombardier de Thunder Bay, trouve rassurant le fait que les gouvernements fédéral et provincial communiquent pour essayer d'assurer l'avenir de l'usine.

Dominic Pasqualino indique que le syndicat et les dirigeants de Bombardier ont communiqué avec les deux gouvernements et que tout le monde semble croire qu’il faut faire quelque chose pour soutenir l’usine.

Cette lettre démontre que les différents gouvernements veulent travailler ensemble et sont au courant de la situation de notre usine.

Dominic Pasqualino, président de la section locale 1075 d’Unifor

Nous travaillons actuellement sur le train Go et aussi les trains légers. Le meilleur scénario serait d’obtenir davantage de contrats pour ce genre de véhicules, mais aussi peut-être de voir si on pourrait faire autre chose, comme les wagons de métro, explique M. Pasqualino.

Un homme en veste noire et chemise rouge

Dominic Pasqualino est président de la section locale 1075 d'Unifor, qui représente les travailleurs de l'usine de Bombardier de Thunder Bay.

Photo : CBC/Nicole Ireland

Le ministre François-Philippe Champagne ajoute par ailleurs dans sa lettre que le gouvernement fédéral est prêt à aller de l’avant avec les projets de transport prioritaires dans la région du Grand Toronto aussitôt que des propositions complètes seront reçues.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, a récemment annoncé que la province investirait plus de 28 millions de dollars pour l’expansion du transport en commun à Toronto, un plan incluant notamment une nouvelle ligne de métro de 15 kilomètres au centre-ville.

En avril, le maire de Thunder Bay, Bill Mauro, avait aussi envoyé une lettre au premier ministre Ford pour lui demander de maintenir ou de réviser les mesures actuelles régissant l’approvisionnement en contenu canadien des entreprises de transport en commun.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !