•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protéger les champs lorsque des mauvaises herbes résistent aux herbicides

Un tracteur épand du glyphosate sur un champ de blé.

L'épandage de glyphosate est monnaie courante dans les champs de blé canadiens.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des agriculteurs du Sud-Ouest de l'Ontario devront utiliser de nouveaux cocktails chimiques pour se débarrasser de mauvaises herbes qui sont maintenant résistantes à un herbicide à base de glyphosate, le Roundup.

Cela fait plusieurs années que l'acnide tuberculée a progressivement commencé à envahir certains champs ontariens. De la famille des amarantes, l'espèce a fait son apparition dans les exploitations de maïs et de soya du comté de Lambton dès 2002, peut-on lire sur le site du ministère de l'Agriculture de la province.

Le problème, c'est qu'il est extrêmement difficile de se débarrasser de cette plante très prolifique en raison notamment de l'usage intensif de glyphosate que l'on trouve dans l'herbicide Roundup.

Au cours des 20 dernières années, les producteurs ont compté sur l'utilisation du produit contenant du glyphosate, l'ingrédient actif du Roundup, pour lutter contre les mauvaises herbes dans les champs de maïs et de soja, explique Peter Sikkema, professeur de gestion des mauvaises herbes dans les champs au campus Ridgetown de l'Université de Guelph.

Nous nous sommes en quelque sorte tirés dans le pied en nous fiant trop à une seule substance chimique, indique de son côté Dale Cowan, agronome principal et directeur des ventes chez Agris Cooperative, qui précise que le faible coût de cet herbicide explique en grande partie cette surutilisation.

Gros plan sur une plante

L'acnide tuberculée envahit les champs de maïs et de soya du Sud-Ouest de l'Ontario

Photo : Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario

Diversifier les produits chimiques

Selon les deux experts, pour faire face à la situation actuelle, les agriculteurs n'ont pas d'autres choix que d'utiliser de nouvelles combinaisons de produits chimiques en plus de les pulvériser dans les champs à plusieurs reprises.

Nous avons mis trop de pression sur la population naturelle et maintenant cela ne fonctionne plus bien, donc nous devons ajouter d'autres produits chimiques pour tuer les mauvaises herbes, souligne M. Cowan.

Il explique que l'identification précoce de la mauvaise herbe est aussi importante afin de l'éradiquer lorsqu'elle est encore petite.

Elle ressemble à toutes les autres mauvaises herbes, c'est ça, le problème, commente-t-il.

L'acnide tiberculée est présente dans les comtés suivants : Huron, Wentworth, Middlesex, Haldimand, Essex, Lambton et Chatham-Kent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !