•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 nouveaux cas de rougeole confirmés : la vaccination « ne doit pas être optionnelle », selon Blaine Higgs

Blaine Higgs le 15 mai 2019 à l'Assemblée législative devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick et du Canada.

Le premier ministre Higgs a déclaré mardi à l'Assemblée législative qu'il est temps d'agir pour faire grimper le taux de vaccination dans la province.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Appelé à commenter l'éclosion de rougeole qui sévit dans la région de Saint-Jean, le premier ministre Blaine Higgs a déclaré mardi que la vaccination ne devait « pas être optionnelle » et qu'il fallait faire plus de sensibilisation auprès du public.

Deux nouveaux cas ont été confirmés tard mardi. Ils sont reliés à un autre cas déjà confirmé à la Kennebecasis Valley High School. Il y a maintenant au total 11 cas confirmés de rougeole dans la région de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Bien des parents ont fait le choix de ne pas vacciner leurs enfants. Il faut se pencher sur la question. Que ce soit dans une garderie ou dans le système scolaire, [la vaccination] ne doit pas être optionnelle, a déclaré Blaine Higgs peu après la confirmation du neuvième cas.

Dans un système public où d’autres sont à risque, il y a des mesures de protection qui ont fait leurs preuves et elles doivent être utilisées.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

La rougeole est une maladie très contagieuse. Elle se répand par contact direct ou par des gouttelettes de salive en suspension dans l’air. Elle peut mener à des complications graves comme la pneumonie, l’encéphalite et même un travail prématuré ou une fausse couche dans le cas de femmes enceintes.

Un bébé avec des symptômes de la rougeole ou de la rubéole dans les bras d'un médecin.

La rougeole est une maladie très contagieuse qui peut avoir des conséquences graves.

Photo : Getty Images / andriano_cz

Une politique sur l'immunisation qui n'est pas respectée

Au Nouveau-Brunswick, la politique 706 du ministère de l’Éducation exige que les parents présentent une preuve d’immunisation de leurs enfants contre une série de maladies, dont la rougeole.

Des exemptions peuvent être accordées pour des raisons médicales ou dans le cas d’une objection des parents, pour des raisons de liberté de conscience ou de religion. Les parents devront alors accepter que leurs enfants soient exclus de l’école dans le cas de l’éclosion d’une maladie contagieuse couverte par la politique.

Le ministre de l’Éducation Dominic Cardy affirmait toutefois récemment avoir appris que la politique n’était pas respectée à la lettre depuis « très longtemps ». Les sept districts scolaires de la province ne récoltent pas de données sur l’immunisation de leurs élèves comme l’exige la politique, déplorait-il.

Dominic Cardy devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick et du Canada.

Selon le ministre de l'Éducation Dominic Cardy, la politique de son ministère sur l'immunisation n'est pas pleinement suivie depuis « très longtemps ».

Photo : Radio-Canada

Un moment donné, il faut considérer les risques et prendre une décision, a affirmé Blaine Higgs mardi. Et c’est là où nous sommes rendus. 

Une crise de santé publique selon l’opposition

Le député libéral d’Edmundston-Madawaska-Centre, Jean-Claude- D’Amours, a qualifiée de crise l’éclosion de rougeole, mardi, à l’Assemblée législative.

Il a demandé au premier ministre de rappeler au travail le ministre de la Santé, Ted Flemming, qui est actuellement en vacances.

Blaine Higgs a répondu que le ministre sera de retour au bureau jeudi. Entre-temps, a-t-il soutenu, les responsables de la santé publique ont la situation bien en main.

« Toutes les ressources disponibles » travaillent à contenir l'éclosion

Selon la médecin-hygiéniste en chef de la province, la Dre Jennifer Russell, la situation est préoccupante. « Toutes les ressources disponibles sont consacrées à ce problème », affirme-t-elle.

Jennifer Russell en point de presse

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Jennifer Russell

Photo : Radio-Canada

Elle précise que tous les employés de la Santé publique dans la région de Saint-Jean travaillent à contenir l’éclosion et que des renforts ont été envoyés d’autres régions.

Les premiers symptômes de la rougeole peuvent comprendre de la fièvre, une toux, une douleur aux yeux ou des yeux rouges, le nez qui coule ou de minuscules taches blanches dans la bouche.

De trois à sept jours plus tard, une éruption cutanée avec des taches rouges apparaît, d’abord sur le visage, puis sur le tronc, les bras et les jambes.

La rougeole est très contagieuse parce qu’elle peut être transmise quatre jours avant l’apparition de l’éruption, le signe le plus reconnaissable de la maladie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Santé publique