•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermez les réseaux sociaux s'il le faut, dit un ex-conseiller de Facebook

Des membres du Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et de l’éthique sont assis au cours d'une conférence de presse, pendant laquelle le député conservateur Bob Zimmer répond à la question d'un journaliste.

Le Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et de l’éthique en était à sa deuxième journée de travaux à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Sophie-Hélène Lebeuf

Un ancien conseiller de Facebook comparaissant devant un comité parlementaire canadien, mardi, a pressé les gouvernements d'une dizaine de pays de montrer les dents aux plateformes numériques comme Facebook et Twitter.

Investisseur de la première heure dans l'entreprise dirigée par Mark Zuckerberg et auteur du livre Facebook, la catastrophe annoncée, Roger McNamee n'a pas hésité à formuler des propositions radicales devant le Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et de l’éthique, réuni pour trois jours à Ottawa pour discuter des moyens de protéger la vie privée et contrer la désinformation en ligne.

« La voie la plus efficace pour forcer une réforme serait de fermer les plateformes, au moins temporairement, a-t-il lancé. Les plateformes ne vous ont pas laissé le choix. Le moment est venu de dénoncer leur bluff. »

« Les gens de Google et de Facebook ne sont pas mauvais », a affirmé M. McNamee devant les responsables de 11 pays qui se sont joints aux membres du Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique des Communes.

« Ils sont le produit d'une culture d'entreprise américaine avec peu de règles, dans laquelle la mauvaise conduite entraîne rarement des sanctions, a-t-il dit. Les gens intelligents prennent ce qu'ils peuvent obtenir et se disent qu'ils l'ont mérité. [...] Les conséquences sont le problème de quelqu'un d'autre. »

« Si vos objectifs sont de protéger la démocratie et la liberté individuelle, vous devez être audacieux. Il faut forcer une transformation radicale du modèle d'affaires des plateformes virtuelles », a-t-il soutenu.

« Au minimum », il faut sévir contre la surveillance des utilisateurs effectuée par les plateformes, d'après lui.

Le fondateur et président du conseil d'administration du Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale (CIGI), Jim Balsillie, a lui aussi appelé à une plus grande surveillance. Sinon, la technologie pourrait « rendre la démocratie libérale désuète », a averti celui qui a aussi été PDG de Research in Motion, le fabricant du BlackBerry.

Les données ne sont pas le nouveau pétrole. C'est le nouveau plutonium : étonnamment puissant, dangereux quand il se propage, difficile à nettoyer, et [entraînant] de graves conséquences quand il est mal utilisé.

Jim Balsillie, président du conseil d'administration du CIGI

Plaidoyer pour des lois mieux adaptées

Daniel Therrien, témoignant devant le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique.

Daniel Therrien a plaidé pour des lois sur la protection de la vie privée ayant plus de mordant.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le commissaire à la vie privée du Canada, Daniel Therrien, a insisté sur la « nécessité d’adapter nos lois aux nouvelles réalités de notre monde numérique interconnecté ».

Certains utilisent les outils numériques « pour subvertir et non renforcer nos démocraties », a-t-il déploré, évoquant notamment les campagnes de désinformation et l'utilisation de données personnelles, comme dans le scandale Cambridge Analytica.

L'entreprise britannique spécialisée dans le profilage psychographique avait obtenu des données de 50 millions d'utilisateurs de Facebook, dont plus de 620 000 Canadiens, sans autorisation ou de façon trompeuse, pour bâtir un programme informatique permettant de prédire et d'influencer le choix des électeurs américains.

Mon enquête sur Facebook a révélé un cadre de protection de la vie privée qui était en fait une coquille vide.

Daniel Therrien, commissaire à la vie privée du Canada

Le mois dernier, Daniel Therrien a d'ailleurs annoncé son intention de poursuivre l'entreprise en Cour fédérale après avoir conclu que l'entreprise avait enfreint la Loi sur la protection des renseignements personnels dans ce dossier.

« De plus en plus de gens comprennent que l’ère de l’autoréglementation doit cesser », a-t-il soutenu.

« La vie privée ne peut pas être protégée sans régulateurs indépendants et sans le pouvoir d'imposer des amendes, de vérifier de façon proactive la conformité [aux lois] et de s'assurer que les organisations rendent véritablement des comptes quant à la protection de l'information », a-t-il affirmé.

« La confiance [des citoyens] doit être restaurée, mais ne peut pas être restaurée par la Silicon Valley », a poursuivi la présidente de la Federal Election Commission des États-Unis, Ellen Weintraub.

« Quand les gens [de Facebook] nous disent qu’ils maîtrisent la situation, nous savons que ce n’est pas vrai », a-t-elle ajouté, évoquant l'inaction de la multinationale devant l'ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

Elle a évoqué les faux comptes d'utilisateurs américains créés en Russie et la propagande dénigrant la démocrate Hillary Clinton. Facebook a accepté des paiements pour des publicités politiques en roubles, a-t-elle signalé.

Daniel Therrien a en outre appelé à l'adoption d'un traité international pour protéger la vie privée et les données personnelles.

Mark Zuckerberg, aux abonnés absents

Les noms de Sheryl Sandberg et de Mark Zuckerberg sont affichés, devant des chaises vides.

Les représentants du Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et de l’éthique n'ont pas apprécié l'absence des hauts dirigeants de Facebook.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Les représentants gouvernementaux n'ont par ailleurs pas apprécié l'absence du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, ni celle de la directrice de l'exploitation de l'entreprise, Sheryl Sandberg, qui avaient été convoqués.

L'entreprise avait dépêché à leur place ses responsables américain et canadien des politiques publiques, Neil Potts et Kevin Chan, qui ont tenté de les convaincre qu'elle considère leurs travaux avec sérieux.

« Ils nous ont mandatés, M. Chan et moi-même, pour collaborer avec vous », a soutenu M. Potts, rapidement interrompu par le président du Comité permanent, Bob Zimmer.

« Nous représentons 400 millions de personnes, et lorsque nous demandons à ces deux personnes de venir, c'est exactement ce à quoi nous nous attendons », a lancé le député conservateur, dénonçant le « mépris » manifesté par les deux hauts dirigeants de l'entreprise.

Neil Potts a justifié leur absence par « sa mauvaise connaissance des procédures parlementaires canadiennes », une explication qui n'a pas convaincu les membres du Grand Comité.

L'an dernier, Mark Zuckerberg ne s'était pas présenté à la première rencontre de la coalition internationale, tenue à Londres, a rappelé la députée britannique Jo Stevens. « Nous avons traversé l'Atlantique pour lui faciliter la tâche. Et nous ne pouvons que conclure qu'il a peur de faire l'objet d'un examen minutieux », a-t-elle déploré.

Et pour éviter tout doute, j'en ai marre d'être assise pendant des heures à faire face aux platitudes de Facebook et à ses tactiques pour éviter de répondre aux questions. Je veux que le patron prenne ses responsabilités.

Jo Stevens, députée britannique

Le comité parlementaire a de nouveau voté en faveur de la comparution de M. Zuckerberg et de Mme Sandberg. Cette deuxième assignation à comparaître les obligerait à se présenter devant le comité quand ils viendront au Canada.

S'ils refusent, ils seront accusés d'outrage au Parlement, a déclaré M. Zimmer, comme il l'avait fait la veille. Cette première menace est cependant restée lettre morte.

Les membres du Grand Comité ont par ailleurs adopté une déclaration commune réaffirmant leur résolution qui vise à « favoriser la juste concurrence, à accroître la responsabilisation des plateformes des médias sociaux, à protéger les droits en matière de vie privée et de renseignements personnels et à maintenir et renforcer la démocratie ».

Mercredi, dernier jour de leurs travaux, ils entendront des dirigeants d’Amazon, d’Apple, de Microsoft et de Mozilla.

Les travaux, qui se sont amorcés lundi, rassemblent des députés, sénateurs et représentants gouvernementaux de 12 pays – Canada, Royaume-Uni, Allemagne, Irlande, Chili, Mexique, Maroc, Estonie, Équateur, Costa Rica, Sainte-Lucie, Singapour.

Au cours des derniers jours, Ottawa s'est par ailleurs entendu avec Microsoft, Facebook et Google pour protéger la démocratie en ligne, à l'aube des élections fédérales d'octobre.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique