•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta pourrait replonger dans la récession

Un chevalet de pompage dans un champ de l'Alberta au coucher du soleil

Un chevalet de pompage en Alberta

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Radio-Canada

L'Alberta pourrait plonger dans une légère récession cette année pour la première fois depuis 2016, selon un nouveau rapport du Conference Board du Canada.

Les difficultés liées au bas prix du pétrole canadien et à la décision de la Chine de bloquer les importations de canola canadien et d'autres produits agricoles sont les deux raisons avancées pour expliquer une possible contraction prolongée de l’économie de la province en 2019.

Il s’agit d’un revers pour l’économie albertaine. En février, le Conference Board du Canada s'attendait à une croissance économique de 1,3 % en Alberta cette année. L’organisme prévoit maintenant une contraction de l'économie de 0,1 % pour la même période.

Le rapport explique cette baisse par la décision du gouvernement de l'Alberta de restreindre la production de pétrole. Si cela a permis d’obtenir un prix plus élevé pour le pétrole albertain, cela a aussi entraîné une réduction des activités de forage et des dépenses des entreprises.

« L’effet sur les investissements a été important et l'économie albertaine devrait se contracter de 0,1 % en 2019, une récession légère, mais une récession tout de même », indique le rapport.

Selon Pedro Antunes, économiste en chef au Conference Board, la province a encore besoin d'augmenter la capacité de transport par pipeline afin d'exporter davantage de pétrole et de gaz hors de l'Alberta.

« Le gros problème pour l'Alberta, c'est qu'il ne s'agit pas uniquement d’un problème de prix du pétrole, mais également d’investissements », indique l’économiste.

« Lorsque nous nous sommes penchés sur les intentions d'investissements dans les sables bitumineux, nous avons constaté que les activités de forage ont très fortement reculé cette année. Nous ne voyons pas de nouvelles constructions de mines ou de développement minier. Des projets sont aussi retardés ou suspendus », ajoute-t-il.

Malgré tout, le Conference Board du Canada s'attend quand même à ce que l'Alberta rebondisse en 2020 avec une croissance de 2,7 %, grâce au démarrage de nouveaux projets et parce que les réductions de production pétrolières seront levées.

Avis contraire

Au cours de ce mois, des économistes de la banque ATB Financial ont déclaré que la province ferait face à une année difficile et ont réduit de moitié leurs prévisions de croissance par rapport à mars. Malgré cela, la banque ne s'attendait pas à ce que la province entre en récession et prévoyait une croissance du PIB réel de 0,7 % en 2019, et de 1,6 %, en 2020.

« Malgré tous les obstacles qui entravent le développement économique de l'Alberta, il semble que l’Alberta ne tombera pas en récession », avait déclaré l'économiste en chef de la banque ATB, Todd Hirsch. Il notait que les ventes de produits manufacturés et le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire avaient connu des performances « encourageantes ».

Avec les informations de Kyle Bakx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Économie