•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Risque de cancer : les implants mammaires Biocell d'Allergan interdits au Canada

Une infirmière tient dans sa main un implant mammaire.

N'ayant pas reçu les informations demandées de la part d'Allergan, Santé Canada interdit la vente d'implants macrotexturés au pays.

Photo : iStock / Poplasen

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après avoir annoncé en avril son intention de le faire, Santé Canada a interdit officiellement, mardi, la vente et l'importation au pays des implants mammaires Biocell de l'entreprise Allergan, en raison d'un risque accru de cancer lié à leur utilisation.

L'agence fédérale avait lancé en novembre dernier un processus d'évaluation de ces implants après qu'ils eurent été liés à 22 nouveaux cas de cancer, plus précisément de lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (LAGC-AIM).

Invitée à « fournir des preuves montrant que les avantages liés à l’utilisation des instruments l’emportent sur les risques », Allergan ne semble pas avoir convaincu Santé Canada. Les experts de ce ministère ont établi que « les renseignements fournis par le fabricant n’étaient pas suffisants pour justifier le maintien de l’homologation des instruments ». Cela a conduit à conclure que « les risques éventuels liés aux implants l’emportaient sur les avantages possibles ».

« Comme les risques éventuels liés à ces implants mammaires, notamment le risque rare, mais grave de LAGC AIM, l’emportent sur les avantages, Santé Canada a suspendu les homologations relatives aux implants mammaires Biocell d’Allergan (les seuls implants macrotexturés vendus au Canada). »

— Une citation de  Extrait du communiqué de Santé Canada

Désormais, les implants mammaires Biocell d’Allergan ne seront plus disponibles au Canada. Allergan a retiré volontairement du marché canadien ces implants, tout en gardant d'autres produits.

Santé Canada explique dans son communiqué que « le LAGC-AIM est une forme grave - bien que rare - de lymphome non hodgkinien (un cancer qui affecte le système immunitaire) qui peut se développer plusieurs mois ou années après la pose d'implants mammaires. Ce n'est pas un cancer des tissus mammaires. Il se caractérise généralement par une accumulation de liquide entre l'implant et les tissus environnants. »

Un reportage de l'émission Enquête avait montré que des problèmes concernant ces implants avaient été cachés à la population et qu'une étude obligatoire avant été abandonnée.

Les produits touchés (numéro d'homologation - nom du produit) :

  • 3112 - NATRELLE SALINE-FILLED BREAST IMPLANTS (TEXTURED)
  • 72262 - NATRELLE 410 TRUFORM SILICONE - FILLED BREAST IMPLANTS
  • 72263 - NATRELLE SILICONE - FILLED BREAST IMPLANTS - BIOCELL ROUND
  • 87277 - NATRELLE INSPIRA TRUFORM 1 (RESPONSIVE) BREAST IMPLANT (TEXTURED SHELL)
  • 87279 - NATRELLE INSPIRA TRUFORM 2 (SOFT TOUCH) BREAST IMPLANT (TEXTURED SHELL)

Les Québécoises sensibilisées

Le ministère de la Santé du Québec a demandé au début de mars que toutes les Québécoises qui ont reçu des implants mammaires texturés depuis 1995 soient contactées et avisées d'un risque potentiel de cancer.

Cet avis visait tous les implants texturés, quelle que soit la marque, et pas uniquement les Biocell d'Allergan, a confirmé mardi le ministère.

Les établissements de santé étaient invités à ouvrir les dossiers de leurs patientes, dont les femmes ayant subi une intervention chirurgicale de reconstruction mammaire, afin de déceler celles qui avaient reçu ces implants texturés.

Il ne s'agissait pas d'un rappel à proprement parler, mais bien d'une démarche préventive, a rappelé le ministère par courriel mardi.

Le but était d'informer les Québécoises des risques, des symptômes à surveiller et de la démarche d'accès aux ressources médicales appropriées, selon la situation.

Que faire si vous avez des implants mammaires Biocell d’Allergan?

Santé Canada ne recommande pas de retirer les implants mammaires si la personne qui les porte ne présente aucun signe ni symptôme évoquant le LAGC-AIM. Il est conseillé de parler des risques et des avantages de ce retrait avec un professionnel de la santé.

La pratique régulière de l'autoexamen des seins est également recommandée, de même qu’un suivi médical périodique. Une consultation avec un médecin est nécessaire si des changements inhabituels sont constatés au niveau des seins (douleur, gonflement soudain ou apparition d’une masse).

Si la personne ignore quel type d’implant mammaire elle porte, il serait approprié qu'elle s'en informe auprès du chirurgien qui a pratiqué l’opération.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !