•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Dennis Beaudoin à Danford Lake : pas d'accusation contre le policier

Une voiture de police entre deux cordons rouges de la police délimite le secteur de la fusillade.

Un périmètre de sécurité avait été mis en place à l'endroit où Dennis Beaudoin a été abattu par les policiers à Danford Lake (archives).

Photo : Radio-Canada / Estelle Côté-Sroka

Radio-Canada

Aucune accusation ne sera portée contre le policier qui a abattu Dennis Beaudoin, à Danford Lake, le 28 décembre 2017. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) en a fait l'annonce, mardi après-midi, après avoir pris connaissance du rapport du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI).

L'homme de 36 ans menaçait de tuer ses parents et était sous l'effet de l'alcool le soir de l'incident, a rappelé le DPCP dans un communiqué. Un parent avait d'abord appelé la centrale 911 à 21 h 42.

[M. Beaudoin] appelle à son tour au 911 quelques minutes plus tard et demande aux policiers de le rejoindre à un endroit déterminé dans les vingt prochaines minutes, à défaut de quoi il passerait à l'acte, raconte le DPCP.

Selon le DPCP, M. Beaudoin avait tiré une flèche d'arc en direction des policiers, sans les atteindre, puis aurait foncé dans leur direction avec une barre de métal à la main avant que l'un d'eux n'ouvre le feu sur lui. M. Beaudoin avait par la suite été transporté à l'hôpital, où son décès avait été constaté.

Les policiers avaient des motifs raisonnables d'estimer que la force appliquée à l'endroit de l'homme était nécessaire pour leur protection contre des lésions corporelles graves ou la mort, peut-on lire dans le communiqué du DPCP.

Le procureur responsable de l'analyse du rapport du BEI a conclu qu'aucune infraction criminelle n'a été commise par les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) lors de leur intervention considérant le danger imminent auquel ils faisaient face, les armes utilisées par l'individu et son défaut d'obtempérer à de nombreuses reprises.

À noter que sept enquêteurs du BEI ont travaillé à faire la lumière sur les événements qui ont mené à la mort de Dennis Beaudoin, avec l'appui de deux techniciennes en identité judiciaire du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Ottawa-Gatineau

Forces de l'ordre