•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle Scène lance une programmation très politisée

Trois comédiens, l'air découragé, sur scène.

Le Théâtre la Catapulte présentera la pièce « Embrigadés », du Collectif les pentures, le 4 octobre à la Nouvelle Scène Gilles Desjardins à Ottawa.

Photo : Cath Langlois

C'est une programmation à forte teneur politique que les compagnies fondatrices de la Nouvelle Scène Gilles Desjardins ont présentée, mardi, pour 2019-2020.

La saison théâtrale de l'institution ottavienne s'ouvrira avec Embrigadés, une création d'un jeune collectif de Québec ayant pour thème la radicalisation. Elle est constituée de trois monologues de jeunes sombrant dans la violence.

Ça a été créé dans la foulée de l'attaque à la grande mosquée de Québec, a précisé Danielle Le Saux-Farmer, directrice artistique du Théâtre la Catapulte, qui accueille la pièce le 4 octobre. On sait que l'islamophobie est quelque chose de tellement présent, malheureusement.

La deuxième pièce, Just In, met en scène le personnage d'un politicien qui sombre dans les méandres du mensonge, de la drogue et de la corruption, selon Mme Le Saux-Farmer. Il serait inspiré par le premier ministre Justin Trudeau, en ce qu' il s'aime beaucoup, se prend en selfie et est enivré de sa propre personnalité. La pièce sera présentée du 24 au 26 octobre, soit quelques jours après les élections fédérales.

Une photo artistique d'une femme.

La comédienne d'origine haïtienne Djennie Laguerre

Photo : Courtoisie

De façon exceptionnelle, la Nouvelle Scène participera au Mois de l'histoire des Noirs avec Manman la mer, de Djennie Laguerre. Ce texte solo, en première mondiale, raconte l'histoire d'une femme haïtienne et de la transmission de valeurs dans un contexte d'immigration.

On n'entend pas souvent ces histoires-là. Du côté canadien-français, on reste très ethnocentriste, assez blanc, a jugé la directrice artistique de la Catapulte.

Il y a quelque chose de politique dans le geste de dire : "On parle de la femme et on parle de la femme noire".

Danielle Le Saux-Farmer, directrice artistique du Théâtre la Catapulte

Le public pourra faire un saut dans le théâtre documentaire du 1er au 4 avril 2020 avec Panama, explorant un échange de lettres entre une jeune fille américaine et le dictateur panaméen Manuel Noriega.

Puis, dans la comédie noire Madame Catherine prépare sa classe de troisième pour l'irrémédiable, le public rencontrera une enseignante montrant à ses élèves quoi faire en cas d'attaque terroriste.

La saison de la Nouvelle Scène, à l'image de la communauté qu'elle défend et de la société dans laquelle elle s'inscrit, donne à voir un kaléidoscope de prises de parole — car, après tout, c'est le rôle de l'art de représenter la complexité de ce que c'est de s'engager — sa beauté, sa colère et son espoir, a synthétisé par courriel Pierre Antoine Lafon Simard, directeur artistique du Théâtre du Trillium.

Retour de La plus grosse poutine du monde

La Nouvelle Scène a aussi une programmation pour enfants et adolescents. Dans ce cadre, La plus grosse poutine du monde, forte de son succès auprès du public, sera de retour le 30 novembre pour deux représentations. L'équipe de la pièce fera une tournée qui l'amènera, à terme, à compléter une trentaine de représentations à travers l'Ontario français.

C'est énorme. Et ils vont jouer dans des lieux non conventionnels, parce qu'il y a des endroits dans le Nord de l'Ontario qui ne sont pas desservis par des salles professionnelles, a spécifié Mme Le Saux-Farmer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !